vendredi 25 novembre 2016

Le tournant missionnaire



Addendum : Mon interlocuteur après avoir lu le résumé de rencontre ci-après m'a informé que les animateurs ont effectivement nommé le 8 églises qui vont fermer lors de la rencontre.


Le titre du premier chapitre de ce document [ si la Bible avait été écrite avec le style de ce document, personne ne la lirait ! ] commence bien : Remettre au premier plan le caractère missionnaire de l’Église. Allez comprendre quelque chose à ça quand le Pape insiste tant pour nous dire de ne pas faire de prosélytisme, que c'est un « péché contre l'oecuménisme » ! Mais il semblerait — lecture faite en oblique, je l'avoue — qu'on veuille cibler la « clientèle perdue » au cours des décennies plutôt que d'approcher d'autres confessions religieuses dans ce missionnariat. Il importe de mentionner que dans la discipline de la « Théorie de la qualité », il requiert de 4 à 5 fois plus d'efforts pour regagner un client insatisfait que d'en trouver un tout nouveau... Hum ! Belle mission, ce tournant missionnaire.

Bon, je ne suis pas allé à cette soirée du « Tournant missionnaire » ce soir mais j'en ai eu un compte rendu. Et je vous en fais part : une centaine de personnes assistaient dont 98 avaient des cheveux blancs. Les animateurs ont passé un diapo : à peine 2% de pratique religieuse dans le diocèse si ce n'est dans le Québec tout entier. Une baisse super drastique des mariages et de baptêmes. Plus de vies en concubinage que de vies vraiment maritales. Les vocations périclitent comme le Titanic. Vous l'aurez deviné : moins de fidèles, beaucoup moins de revenus.

Les animateurs ont pris la peine de dire que le « Tournant missionnaire » était une initiative à la demande du Pape lui-même pour son « Église universelle » (oui, oui, je l'ai fait répéter à mon interlocuteur deux fois — peut-être que le pape a l'intention de faire concurrence à celle de Jésus... qui sait ?). C'est à se demander si cet exercice ne ressemble pas à une prise d'inventaire des actifs tangibles et intangibles avant fusion ou intégration car l'exercice se fait dans tout le Québec.

C'était davantage une rencontre d'information avec une période de questions et de réponses qu'une rencontre de consultation comme telle.

À la période de questions : Une dame a demandé pourquoi il n'y avait pas de confessions avant les messes. Un des animateurs a bredouillé mais n'a jamais répondu à la question. Une deuxième personne est allée au micro : elle s'est identifiée comme étant une religieuse qui avait enseigné la catéchèse pendant 18 ans. Elle a dit que, depuis qu'il n'y avait plus aucune catéchèse dans les écoles, les enfants ne sont absolument plus instruits de la Foi, que leurs parents ne s'en occupent presque plus et qu'ils les laissent affairés à leur I-Pad et à leur I-Phone. Elle a conclu en disant : « je ne sais vraiment pas ce que vous allez pouvoir faire avec ça ».

Mon interlocuteur pense que l'exercice sert surtout à préparer les « cheveux blancs » à une fermeture très prochaine de 5 autres églises dans le diocèse.

Dommage que je ne fus pas présent... Frondeur comme je suis, j'aurais probablement poser la question suivante : toute organisation qui ne va pas bien regarde celles qui réussissent, non ? Et quelle institution présentement accuse des hausses de vocations, des affluences croissantes de fidèles ? La FSSPX, non ? Pourquoi n'installez-vous pas une seule Messe Traditionnelle par dimanche dans le diocèse. Peut-être que les jeunes « rigides » ( dixit le Pape ) viendraient ...

Amen.