mardi 1 novembre 2016

Récitation du « Notre Père » autour de l'autel ?


Commentaire :

Vous verrez plus bas, ce n'est pas permis. Pourtant, nous disons tous comment c'est beau de voir des enfants rassemblés autour de Jésus à l'autel... Et nous pouvons même ajouter qu'Il a tellement dit du temps qu'Il était avec nous de « laisser venir à Lui les enfants » !

Pourtant, n'est-ce pas le même Dieu qui a demandé à Moïse d'enlever ses sandales pour s'approcher de Lui au Buisson Ardent ? Se pourrait-il que Dieu considère la Messe comme un lieu où Il meurt pour nous et non pas comme un festin ou une fête ? Que sur le Golgotha qui entoure l'autel, Il souhaite qu'il n'y ait que des personnes consacrées ? Est-ce que ce qui nous touche ou que l'on trouve émouvant devrait procurer automatiquement les mêmes sentiments chez Dieu ? Qui sommes-nous pour Lui attribuer nos belles émotions ? De toute manière, avec la nouvelle clique libérale à la Congrégation du Culte, bientôt les enfants seront permis... Bien oui, la Messe est une fête, semble-t-il ...

Récitation du « Notre Père » autour de l'autel ?

Dans de très nombreuses paroisses, des prêtres et des équipes liturgiques invitent les enfants à se placer autour de l’autel, soit pendant la récitation du « Notre Père », soit même pendant la Prière eucharistique et, bien sûr, la Consécration. Cette façon de faire « participer » les enfants est-elle autorisée ? Est-elle légitime ? Si l’on consulte les textes officiels de l’Eglise, on voit que chacun de demeurer à sa place et faire ni plus ni moins ce que la liturgie lui demande de faire : « Dans les célébrations liturgiques chacun, ministre ou fidèle, en s’acquittant de sa fonction, fera seulement et totalement ce qui lui revient en vertu de la nature de la chose et des normes liturgiques. » (Sacrosanctum Concilium, n°28). Les fidèles doivent dont demeurer à la place qui est la leur, et le prêtre qui célèbre et préside la liturgie eucharistique doit se tenir dans le presbyterium (le chœur), que ce soit à l’autel, à son siège, ou encore à l’ambon. Une précision supplémentaire a encore été donnée par le Siège apostolique : « Pendant la liturgie eucharistique, seul le célébrant qui préside la célébration peut se tenir à l’autel. Les fidèles prennent place dans l’église en dehors du presbyterium, qui est réservé au célébrant, aux concélébrants et aux autres ministres qui servent à l’autel. » (Cf. Notitiae 17 (1981) 61). Il faut en outre préciser que, concernant cette règle, l’Eglise ne prévoit ni exception ni dispense particulière : « Personne, qu’il soit lecteur, ministre extraordinaire de la communion, diacre, prêtre, évêque, ou même qu’il s’agisse d’une conférence épiscopale, n’est autorisé à introduire dans la liturgie des modifications qui viendraient contredire ce qui a été approuvé par le Siège apostolique. » (Cf. Mass Confusion, p. 25). Pour être complet sur cette question, il suffit enfin de citer le Code de Droit canonique : « Dans la célébration des sacrements, les livres liturgiques approuvés par l’Autorité compétente seront fidèlement suivis ; c’est pourquoi personne n’y ajoutera, n’en supprimera ou n’y changera quoi que ce soit de son propre chef. » (Can. 846).

SOURCE : Notre-Dame des Neiges Over-Blog