mercredi 1 novembre 2017

Une photographie des plus révélatrices



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Le Centre de Fatima
Le 1er novembre 2017

Une des expressions les plus tristes est qu'une image vaut mille mots. Et pourtant c'est vrai, surtout si l'on étudie une image dans toutes ses implications.

Considérons, par exemple, cette photographie la plus révélatrice présentée ci-haut :

La photo a été prise au moment même où les Catholiques priant le chapelet étaient sur le point d'être expulsés par la police de la Cathédrale de Bruxelles pendant un « service œcuménique » pour « célébrer » la Révolte Protestante, alias la « Réforme ». Ils priaient le Rosaire les bras entrelacés en réparation pour le sacrilège qui prenait place devant eux.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont The Remnant.

Étudiez l'image. Notez que les deux rangées de Catholiques récitant le chapelet sont entièrement composées de jeunes gens. Regardez maintenant derrière eux les rangées de personnes assistant à la « célébration » de la « Réforme » sans protester. Notez qu'ils sont d'âge moyen ou avancé, la plupart avec des cheveux gris.

Regardez ensuite la jeune femme au premier plan : vêtue sans vergogne d’une mini-jupe serrée et des leggings noirs, elle peut être vue dans la vidéo en train de retirer ce qui semble être un programme pour l'événement scandaleux des mains d'un des jeunes priant le Rosaire avant qu'eux-mêmes ne soient expulsés, un par un, des locaux.

Cette photographie unique raconte toute l'histoire de l'état de l'Église aujourd'hui : un « courant dominant » décadent et mourant livré à la folie œcuménique qui tente littéralement de se suicider tandis que les jeunes invoquent courageusement l'intercession de la Vierge et sont arrêtés pour avoir prié la prière Catholique distinctive sur le sol Catholique consacré. Et le seul signe de la jeunesse affiliée à l'établishment mourant est une femme vêtue sans vergogne qui viole tous les standards de la modestie puisqu'elle assiste à une cérémonie impie dans ce qui est supposé être un lieu saint.

Le prochain synode sur « Les Jeunes, la Foi et le Discernement vocationnel » est censé porter sur « l'écoute des jeunes ». Il y a fort à parier qu'il n'y aura pas d'écoute des jeunes qui affluent vers la Messe Latine Traditionnelle partout dans le monde et qui en ont assez du Catholicisme raté et branché des cinquante dernières années, ces jeunes qui représentent le véritable avenir de l'Église, qui attendent le jour de sa restauration. En effet, François a dénoncé à plusieurs reprises ces jeunes Catholiques fidèles pour leur « rigidité », suggérant même qu'ils sont « malades ».

Au lieu de cela, nous pouvons être certains que la jeunesse des minijupes, des selfies avec le Pape, et des « relations irrégulières » recevront une audience attentive comme pour assurer la décadence continue d'un établissement décadent. L'effort échouera, tout comme l'expérience désastreuse entière avec la nouveauté a échoué. Mais le régime dictatorial de la nouveauté dans l'Église post-conciliaire vise à imposer sa volonté jusqu'à la fin amère, comme si elle était déterminée à provoquer la colère de Dieu.

Marco Tosatti a publié une lettre d'une figure importante de l'Église, connue seulement sous le nom de « Gros Bonnet » dans laquelle nous lisons :

« Cher Tosatti, vous n'allez pas y croire, je commence à avoir très peur. J'ai relu la prière-exorcisme à saint Michel-Archange écrite par Léon XIII (récité après la Sainte Messe jusqu'en 1964, puis inexplicablement « effacée »). Je me demande si j'aurai la force de réagir en l'absence de l'assistance de ma Sainte Église Catholique Apostolique Romaine, la sentant au contraire de plus en plus contre les Évangiles et la Vérité qu'on m'a enseignées. Les Cardinaux et les Évêques qui croient encore en la Vérité du Christ doivent faire quelque chose immédiatement ! J'ai bien peur que nous soyons aux temps ultimes. Je suis Pezzo Grosso [ Gros Bonnet ], mais terrifié...

L’achèvement final du Message de Fatima ne peut tarder à venir, car la Prophétie du Troisième Secret, concernant le péché dans l'Église, se déroule dans ce que le Pape Benoît XVI appelle « une voie vraiment terrifiante » — trois ans avant qu'il abandonne brusquement et mystérieusement sa papauté.