dimanche 5 novembre 2017

La manipulation de la Communion :
le problème le plus grave


Inspiré par les récents débats sur le sujet, nous republions cet article de 2011.





Le 5 novembre2017
SOURCE : Rorate Caeli


Problèmes de traduction ? Messe célébrée vers l’assemblée des fidèles ? Servantes d'autel ? Postures ?

Non, le problème le plus grand et le plus grave de la liturgie de l'Église Latine, c'est-à-dire la « Forme Ordinaire» ou la Messe de Paul VI, transcende tout cela même si c’est est lié à tous ces problèmes : c’est comment est traité le Corps du Christ.


Ce doit être le tout premier sujet à être abordé par une véritable « réforme de la réforme » qui ne doit pas être établi par un exemple éphémère, mais par une loi sévère.

_______________________

(1) Tout être humain qui a déjà eu une expérience avec un objet comestible à base de produit moulu sait que l'effritement fait naturellement partie du processus de consommation : pains, gaufrettes, biscuits, biscottes, craquelins, tortillas, nachos — ça importe peu, la fragmentation se produit.

(2) Les Catholiques croient que le Corps, le Sang, l'Âme et la Divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ sont vraiment présents dans chacune des Espèces Consacrées et aussi complètement dans chaque fragment unique et minuscule de celles-ci.

En raison de (1) et (2), l'Église était traditionnellement extrêmement attentive à la distribution de la Sainte Communion. Cela signifiait de réduire au niveau minimal imaginable la possibilité que tout Fragment du Corps du Christ, même le plus petit, soit profané ou perdu — ce qui signifiait que seul le Célébrant lui-même touchait le Corps du Christ, que tous les Fragments pouvaient être tenus sous contrôle sur l'Autel, et que tous les gestes dans la distribution de la Sainte Communion par le Prêtre ( ou le Diacre ) aux servants et aux fidèles signifieraient qu'aucun Fragment ne pourrait jamais disparaître. ( Et ce même processus a également eu lieu avec la distribution sous les Deux Espèces dans l’Église d’Orient, dans une évolution légèrement différente, mais avec le même résultat final : des mains consacrées distribuant la Sainte Communion de manière à rendre improbable toute perte ou tout déversement parce que sous strict contrôle ).

Ce que les innovations liturgiques qui suivirent le Concile Vatican II ont fait, ce fut d'inculquer aux Catholiques l'idée que les Fragments du Corps du Christ ne comptent pas — et qu’il serait absurde de limiter cela à la pratique odieuse de la Communion dans la main ; non, ce n'est pas seulement une question de respect, mais de Croyance que Dieu Lui-Même est entièrement présent dans chaque Fragment des Espèces Consacrées ; et la Communion dans la main n'est qu'un aspect de cela. En fait, toutes ces concessions pour la distribution par des personnes autres que celles avec des mains consacrées qui ne sont pas purifiées avant et après la distribution de la Sainte Communion, l'utilisation de toutes sortes de « réceptacles » ainsi que toutes les questions connexes — qui surviennent des milliers et des milliers de fois chaque jour autour du monde — conduisent aussi nécessairement à des abus. Ou plutôt, ils SONT l'abus.

Tous les autres problèmes avec la Nouvelle Messe sont intimement liés à ce problème le plus grave. Si la Liturgie Sacrée est le « sommet vers lequel l'activité de l'Église est dirigée » ( SC, 10 ), la gestion du Corps du Christ par les non-ordonnés est la fosse de laquelle découlent ontologiquement tous les abus liturgiques. Parce que si Dieu présent dans le Très Saint Sacrement est traité comme des « miettes » et de la « poussière », alors la réalité disparaît et tout ce qui reste, en apparence, ce sont des symbolismes vides et ridicules — et pas étonnant que les gens ne les respectent pas, les changent à volonté et attendez-vous à ce qu'ils les adaptent selon leurs propres préférences.

(28 septembre 2011)