dimanche 1 mai 2016

Kasper : le Pape veut changer votre mentalité



Écrit par David Martin
SOURCE : The Remnant



Mais qu’est-ce qui est si drôle, Walter ?

Dans une interview avec le journal régional allemand Aachener Zeitung le 22 avril, le Cardinal Walter Kasper a parlé des prochains plans de réforme de l'Église par François et de son intention « de ne pas conserver tout ce qu'il y a de d’ancien ». Avec François, « les choses ne sont pas dorénavant si abstraites ni imprégnées de méfiance comme ce fut le cas dans le passé » a-t-dit.

Ça devrait nous envoyer des ondes de choc dans la colonne vertébrale quand on considère que l'un des objectifs clés de la Franc-maçonnerie lors de Vatican II était de faire en sorte les fidèles pensent que le mystère sublime du Rite Latin [Messe] était juste du « charabia de devins ». Les Modernistes soutiennent que l'Église du vieux temps était dans les « âges des ténèbres» et qu'Elle a besoin d'être renouvelée.

Kasper qui agit comme l’animal de compagnie théologique de François a souligné que l'objectif du Pape n’est pas de simplement changer la structure de l'Église, mais d’imprégner et de modifier l'état d'esprit de l'Église. « Il a changé beaucoup de choses — non seulement structurellement, mais il vise surtout les mentalités ».

Par conséquent, les fidèles doivent être sur leur garde contre la tentation et ne pas être ébranlés par les propositions du Saint-Siège que nous modifions la Doctrine de l'Eglise. Notre Foi s’appuie sur le Roc de Pierre tel qu’institué par le Christ et non pas sur un simple homme qui décide d’être en dissidence avec lui.

Les gens pensent que si le Pape passe du bleu au rouge et vert, l'Église est censée changer de couleurs avec lui, mais l'Église n'a jamais établie de cette façon. Notre vocation est de rester fidèles au vrai bleu et la mission du Pape est de simplement nous assurer de rester ainsi.

La résistance est nécessaire et les Catholiques doivent comprendre que leur loyauté à la Tradition est le facteur assuré qui va aider le Pape et la Papauté. Melchior Cano, le grand théologien Dominicain du Concile de Trente, a déclaré : « Ceux qui défendent aveuglément et sans distinction chaque décision du Pontife Suprême sont ceux-là mêmes qui sapent le plus l'autorité du Saint-Siège — ils détruisent au lieu de renforcer ses fondations ».