mardi 17 mai 2016

Le Cardinal Sarah reproche
les attaques « démoniaques » sur la famille
au Déjeuner Catholique de Washington


Par Claire Chrétien
SOURCE : Life Site News





WASHINGTON, DC, le 17 mai 2016 (LSN) - Le Cardinal Robert Sarah a claqué l'idéologie du genre, des politiques du « mariage » de même sexe et des salles de bains transgenres au National Catholic Prayer Breakfast (note : Prière nationale catholique du petit déjeuner ) de ce mardi 17 mai, en les décrivant toutes comme des attaques démoniaques sur l'humanité.

Sarah, le préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et des Sacrements, était le conférencier principal à la prière du déjeuner annuel où il s’est joint au Président de la Chambre Paul Ryan et à Sœur Constance Veit, directrice des communications pour les Petites Sœurs des Pauvres. De nombreux Évêques Catholiques et de membres du Congrès, comme le Nonce apostolique Mgr Carlo Maria Vigano y compris, étaient présents.

« La bataille pour préserver les racines de l'humanité est peut-être le plus grand défi que notre monde ait confronté depuis ses origines » a dit Sarah à la foule de près d'un millier de personnes. Les Catholiques devraient suivre l'exemple « courageux » de Saint-Jean-Baptiste, un martyr pour la sainteté du mariage, a dit Sarah.

« N’ayez pas peur de proclamer la vérité avec amour, tout spécialement la vérité sur le mariage selon les plans de Dieu » a déclaré Sarah. « Dans les mots de Sainte Catherine de Sienne : « proclamez la vérité et ne vous taisez pas par peur ».

Sarah a fustigé l'idéologie de genre comme une « colonisation idéologique » et a déploré le démantèlement « insidieux » de la liberté religieuse aux États-Unis.

« Tout être humain, comme la personne de la Trinité, vous avez la capacité d'être unie dans la communion avec d'autres personnes à travers le coeur de la charité de l'Esprit Saint » a déclaré Sarah. « La famille est la préparation naturelle et l'anticipation de la communion qui est possible lorsque nous sommes unis avec Dieu ... voilà pourquoi le diable a tant l'intention de détruire la famille. Si la famille est détruite, nous perdons nos fondements anthropologiques donnés par Dieu et trouvons ainsi plus difficile d'accueillir la bonne nouvelle du Salut de Jésus-Christ : le don de soi, l’amour fécond ».

Il continua :

La rupture des relations fondamentales de la vie de quelqu’un — par le biais de la séparation, du divorce ou par des impositions déformées de la famille telles que la cohabitation ou les unions de même sexe — est une blessure profonde qui ferme le cœur à l'amour du don de soi [sur] la mort, et même conduit au cynisme et au désespoir.

Ces situations causent des dommages aux petits enfants en leur infligeant un profond doute existentiel sur l'amour. Elles sont un scandale — une pierre d’achoppement — qui préviennent les plus vulnérables de croire en un tel amour et un fardeau écrasant qui peut les empêcher de s’ouvrir au pouvoir de guérison de l'Évangile.

Les sociétés avancées, y compris, je regrette, cette nation, ont fait et continuent de faire tout leur possible pour légaliser ces situations. Mais ce ne peut jamais être une solution véridique. C’est comme mettre des pansements sur la plaie infectée. Elle continuera d'empoisonner le corps jusqu'à ce que des antibiotiques sont pris.

Malheureusement, l'avènement des technologies de reproduction artificielle, la maternité de substitution, ce qu’on appelle le «mariage » homosexuel et d'autres maux de l'idéologie du genre, vont même infliger plus de blessures au milieu des générations parmi lesquelles nous vivons.

Voilà pourquoi il est si important de se battre pour protéger la famille, la première cellule de la vie de l'Église et de chaque société. Il ne s’agit pas d’idées abstraites. Ce n’est pas une guerre idéologique entre des idées concurrentes. Il s’agit de nous défendre, nous, les enfants et les générations futures d'une idéologie démoniaque qui dit que les enfants n’ont pas besoin de mères ni de pères. Elle nie la nature humaine et veut couper des générations entières de Dieu.

Sarah a averti que « nous assistons aujourd'hui à l'étape suivante et à la consommation des efforts pour construire un paradis utopique sur la terre sans Dieu », à « l'agitation » dont le Pape Saint Jean XXIII a alerté l'Église quand il a annoncé le Concile Vatican II dans la Constitution apostolique Humanae Salutis.

Cet effort est dans le « stade de nier le péché et la chute en même temps », selon Sarah, et ses fruits sont la suppression de la bonté, de la beauté, de la vérité et de l'amour.

« Le bien devient mal, la beauté est laide, l'amour devient la satisfaction sexuelle des instincts primaires et les vérités sont toutes relatives » a dit Sarah.

« Toutes sortes d'immoralité sont non seulement acceptées et tolérées dans les sociétés avancées d’aujourd'hui, mais même promues comme un bien social » a-t-il continué. « Le résultat est une hostilité envers les Chrétiens, et, de plus en plus, de persécution religieuse. Nulle part ce n’est plus clair que dans la menace des sociétés qui approchent la famille par le biais d'une « idéologie du genre,« une impulsion démoniaque mortelle qui est vécue dans un monde de plus en plus coupé de Dieu par le colonialisme idéologique ».

« Je vous encourage à vraiment faire usage de la liberté voulue par vos pères fondateurs de peur que vous la perdez » a conseillé le Cardinal africain aux fidèles. Il a cité la persécution religieuse internationale contre les Chrétiens et la persécution « politique, idéologique et culturelle » qui endommage la Foi Chrétienne et égare les âmes.

« Ne voyons-nous des signes de cette guerre insidieuse dans cette grande nation des États-Unis ? » demanda Sarah. « Au nom de la « tolérance », les enseignements de l'Église sur le mariage, sur la sexualité et sur la personne humaine sont démantelés. La légalisation du mariage homosexuel, l'obligation d'accepter la contraception dans les programmes de soins de santé et même « les projets de loi pour les salles de bain » qui permettent aux hommes d'utiliser les toilettes et les vestiaires des femmes. Est-ce qu’un homme biologique ne devrait pas utiliser les toilettes des hommes ? Comment peut-être plus simple cette notion ? »

Sarah a offert aux fidèles trois suggestions : être prophétiques, être fidèles, et prier.

« Je suis convaincu que vos efforts contribueront sans aucun doute à protéger la vie humaine, à renforcer la famille et à sauvegarder la liberté religieuse non seulement ici, aux États-Unis, mais partout dans le monde » a-t-il conclu. « Car à la fin, c’est Dieu ou rien »