samedi 28 mai 2016

Dollingergate : ce curieux démenti du Vatican



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Network Perspectives
Le 27 mai 2016

Cette colonne a été sur un hiatus au cours des deux dernières semaines alors que je me suis joint l'équipe du Remnant pour le pèlerinage annuel de Paris à Chartres cette année —impliquant quelques 20 000 Catholiques traditionnels dont l'âge moyen devait être dans le début de la vingtaine.

Pendant mon absence, une autre bombe a explosé au sujet de Fatima. Le site One Peter Five (1P5) a obtenu la confirmation par téléphone du prêtre-théologien Allemand, Père Ingo Dollinger, de ce que le Centre de Fatima a rapporté en 2009 concernant le Troisième Secret : à savoir que le Cardinal Ratzinger du temps avait dit au Père Dollinger, un ami personnel proche, que, dans le Secret, la Sainte Vierge met en garde contre un Concile malhonnête et des changements ruineux à la Messe.


L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Voici ce que One Peter Five (1P5) a rapporté le 15 mai :

Aujourd'hui, à la Fête de la Pentecôte, j'ai appelé le Père Ingo Dollinger, un prêtre Allemand et ancien professeur de théologie au Brésil, qui est maintenant très âgé et physiquement faible. Il a été un ami personnel du Pape Benoît XVI Émérite depuis de nombreuses années. Le Père Dollinger a confirmé de façon inattendue au téléphone les faits suivants :

Peu de temps après la publication en juin 2000 du Troisième Secret de Fatima par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le Cardinal Joseph Ratzinger a dit au Père Dollinger pendant une conversation entre eux qu'il y avait encore une partie du Troisième Secret qui n'était pas publiée ! « Il y a plus que ce que nous avons publié » a dit Ratzinger. Il a aussi dit à Dollinger que la partie publiée du Secret était authentique et que la partie non publiée du Secret parle d’« un mauvais Concile et d’une mauvaise Messe » qui devaient survenir dans un proche avenir ».

Maintenant, selon sa politique usuelle, la bureaucratie du Vatican ignore les commentaires critiques à propos de ses actions dans la blogosphère Catholique, traitant ses détracteurs comme s’ils n'existaient pas. La même chose fut vraie lorsque le Centre de Fatima avait initialement rapporté les révélations du Père Dollinger. Mais la confirmation directe et personnelle de Dollinger par téléphone des déclarations que le Centre de Fatima avait déjà faites auparavant ne pouvait pas être ignorée. La réponse est venue six jours plus tard sous la forme d'un communiqué anonyme non signé du Bureau de Presse du Vatican :

Communiqué : sur divers articles concernant la « Troisième Secret de Fatima »

Plusieurs articles ont été publiés récemment, y compris les déclarations attribuées au professeur Ingo Dollinger selon lesquelles le Cardinal Ratzinger, après la publication du Troisième Secret de Fatima (qui a eu lieu en juin 2000), lui avait confié que la publication n'avait pas été exhaustive.

À cet égard, le Pape Émérite Benoît XVI déclare « n’avoir jamais parlé avec le Professeur Dollinger à propos de Fatima », affirmant clairement que les propos attribués au Professeur Dollinger sur la question « sont de pures inventions, absolument faux » et il confirme de manière décisive que « la publication du Troisième Secret de Fatima est complète ».

En réponse à ce communiqué, la journaliste de One Peter Five (1P5), une locutrice d’origine allemande « téléphona au Père Dollinger avec la nouvelle concernant la déclaration du Vatican et, à ce moment-là, il a de nouveau confirmé emphatiquement et clairement ses remarques précédentes. En d'autres termes, il se tenait à son histoire ».

Compte tenu de ces faits, le communiqué anonyme coule de toutes parts, pour utiliser un dicton italien. Considérez :

Tout d'abord, il n'y a pas d'indication que le Vatican ait contacté le Père Dollinger pour obtenir un démenti de sa part qu'il aurait dit les choses que le Bureau de Presse du Vatican prétend qu’elles lui ont été faussement « attribuées ». Cette omission en dit long : le Bureau de Presse du Vatican n'a pas fait un tel effort parce qu'il sait ou du moins suspecte que le Père Dollinger a bien dit ce que One Peter Five (1P5) a rapporté et il ne voulait pas être confronté à sa confirmation de son récit que le Bureau de Presse ne pouvait pas très bien cacher.

Deuxièmement, le Vatican est allé très loin sur une branche très mince quand il déclare catégoriquement que Benoît affirme « ne jamais avoir parlé avec le professeur Dollinger sur Fatima ». Vraiment ? Jamais ? Pas une seconde ? Pas un seul mot n’aurait jamais passé entre l'ancien Cardinal Ratzinger et son ami le Père Dollinger sur le sujet de Fatima ? Cette affirmation ne passe pas le test de l'odorat.

Troisièmement, l'affirmation du Bureau de Presse que Benoît ait considéré les déclarations du Père Dollinger sur la question comme étant de « pures inventions, absolument fausses » implique nécessairement l'accusation que le Père Dollinger est un menteur éhonté qui a concocté des déclarations que l'ancien Cardinal Ratzinger n'a jamais fait ou que la journaliste One Peter Five (1P5) est une menteuse qui a concocté les déclarations. Mais, encore une fois, aucun effort n'a été fait pour obtenir un démenti du Père Dollinger parce que, sans doute, on ne s’attendait pas à un démenti. Ainsi, le Bureau de Presse a publié une accusation calomnieuse à la fois contre le Père Dollinger et la journaliste qui a rapporté ses déclarations — des déclarations pour lesquelles le Bureau de presse n'a fait aucun effort à confirmer parce qu'il sait ou soupçonne que les déclarations originales de Ratzinger ont été faites.

Quatrièmement, un avocat aurait pu rédiger la déclaration rédigée avec soin par le Vatican à savoir que Benoît « confirme de façon formelle que la publication du Troisième Secret de Fatima est complète ». Bien sûr, le Vatican affirme que sa publication est « complète » car il n'a pas l'intention de publier quoi que ce soit d’autre en relation avec le Secret. Autrement dit, le texte — qui doit exister — dans lequel la Vierge explique le sens de la vision publiée en 2000, que le Vatican a risiblement insisté pour qu'un bureaucrate corrompu du Vatican, le Cardinal Sodano, « l’interprèterait » pour nous. La vraie question est de savoir si le Vatican a publié le Secret au complet et non pas si l'acte de publication est terminé pour autant que le Vatican est concerné. Et, à ce jour, le Vatican a refusé carrément de répondre à la question cruciale : y a-t-il un texte écrit par Sœur Lucie, qu’il soit, oui ou non, considéré comme « authentique » par certains personnages du Vatican, dans lequel elle raconte l'explication de la Vierge au sujet de la vision publiée en 2000 ?

Cinquièmement, et finalement, l'auteur anonyme d'un communiqué non signé nous porte à croire que les phrases entre guillemets qu’il (ou elle) « attribue » à Benoît sont incontestablement vraies et exactes alors que les déclarations « attribuées » au Père Dollinger par One Peter Five (1P5) sont des mensonges et de pures inventions — y compris la confirmation subséquente du Père Dollinger, il y a quelques jours, qu'il a fait ces déclarations ! Vraiment ? Je ne le pense pas.

Est-ce que ce « démenti » visqueux met fin à la question des révélations explosives du Père Dollinger ? Loin s’en faut. S’il y a quelque chose, ça confirme la panique au Vatican. Bien sûr, Benoît pourrait comparaître personnellement en public et, dans ses propres paroles inédites, nier explicitement le récit de son ami, le Père Dollinger. Mais je pense que nous pouvons être certains que cela ne se produira pas pour la même raison qu’aucun effort n'a été fait pour obtenir un tel démenti du Père Dollinger en premier lieu : le Vatican connaît la vérité de ce qu'il a révélé.

La saga de la Troisième Secret de Fatima continue.