dimanche 5 mars 2017

Un cas qui pourrait être un précédent pour 47 pays

Un couple Norvégien voit ses 5 enfants
saisis pour « endoctrinement » Chrétien.
Leur cause sera-t-elle entendue ?





par Steve Weatherbe
SOURCE : Life Site News
Le 3 mars 2017





Le 3 mars 2017 (Life Site News) - Des familles de toute l'Europe ainsi que des groupes de défense des droits des parents qui les défendent contre l'intrusion de l'État surveillent de près la décision de la Cour Européenne des Droits de l'Homme de retenir pour examen le cas de la famille Bodnariu.

Les Bodnarius sont un couple Norvégien-Roumain dont les cinq enfants ont tous été saisis par l'Agence Norvégienne d'aide à l'enfance Barnevernet en novembre 2015. Les saisies ont eu lieu parce que les autorités craignaient que les fortes croyances Pentecôtistes des parents ne nuisent à leurs enfants et, aussi, parce qu'ils utilisent des châtiments corporels.

Après que des expatriés Roumains aient organisé une campagne internationale avec des manifestations dans 50 villes et dans deux douzaines de pays et qu’ils aient recueilli 50 000 signatures dans une pétition, le gouvernement Norvégien a cédé. En juin dernier, il a ordonné à Barnevernet de rendre les enfants aux parents.

La pétition soutenant la famille prétendait que les parents étaient accusés de « radicalisme Chrétien et d’endoctrinement ».

Des protestataires se sont mobilisés pour soutenir la famille Bodnariu après que leurs enfants eurent été saisis par l'Agence Norvégienne de protection de l'enfance.

Maintenant, les avocats de la famille Bodnariu attendent la décision de la Cour Européenne des Droits de l'Homme si elle doit lancer un examen formel de la conduite de Barnevernet.

« Ce serait un bon début » a déclaré Peter Costea, un avocat Roumain-Américain qui a exercé des pressions vigoureuses au nom des Bodnarius. « Ce que décidera la Cour Européenne des Droits de l'Homme pourrait constituer un précédent pour 47 pays européens à suivre, et pas seulement ceux de l'Union Européenne ».

Costea a déclaré que le Royaume-Uni et la Finlande ont démontré la même tendance dangereuse à usurper « les droits des parents ». En fait, il a déclaré à Life Site News : « En dehors des États-Unis et du Canada, en particulier en Europe, les droits parentaux sont parmi les plus négligés ».

Cela semble particulièrement vrai en Norvège, où l'empressement de l’Agence Barnevernet à saisir des enfants a été largement négligé par l'opinion publique jusqu'à ce que cela devienne un embarras international. En 2014, souligne Costea, l’Agence Barnevernet a appréhendé 9 611 enfants.

Au Canada et aux États-Unis, a noté Costea, les agents d'aide à l'enfance doivent répondre aux tribunaux avant d’appréhender des enfants. Cependant, en Norvège, tout l'épisode des saisies d'enfants, des placements en foyers d’accueil et de la réinsertion en milieu familial des Bodnarius est resté loin du regard de la cour.

« Il n'y a pas eu d'implication judiciaire. C'était toujours un organe administratif seulement » a déclaré Costea.

Même la décision finale de réinsérer les enfants dans la famille n'était pas, selon Costea, basée sur une évaluation du meilleur intérêt des enfants mais due à la « pression internationale ».

Pourtant, la saisie initiale était certainement enracinée dans la préoccupation des fonctionnaires que la Foi Chrétienne des parents constituait un danger pour leurs enfants.

« Nous sommes inquiets » a déclaré le procès-verbal d'une réunion avec ces fonctionnaires « que ce soit un moyen d'éducation qui est justifié par la Bible. Le style de parentalité biblique des parents, Marius et Ruth, a causé un stress pour les enfants et nous craignons que les filles puissent avoir un conflit intérieur croyant n'être pas assez bonnes quand il s'agit d’atteindre les valeurs de leurs parents ».

Plusieurs explications ont émergé pour savoir pourquoi les Norvégiens tolèrent l’Agence Barnevernet. Premièrement, une part disproportionnée des enfants saisis ne sont pas des Norvégiens, mais des immigrants. Deuxièmement, les Norvégiens sont favorables à un état providence. Troisièmement, ils se méfient des gens qui, comme la famille Bodnariu, vivent à l'extérieur des communautés loin du regard du public.

Quatrièmement, les Bodnarius sont Pentecôtistes. Dans un sondage de 2008, seulement sept pour cent des Norvégiens se sont identifiés comme « très religieux » et 22 pour cent ont dit qu'ils étaient « très non religieux. » Une majorité est athée, mais les Norvégiens qui sont religieux sont pour la plupart des Luthériens Évangéliques. Ils pratiquent une foi liturgique très différente du Pentecôtisme qui a fleuri en Roumanie depuis la guerre froide. L'Église Luthérienne financée par l'État en Norvège n'a pas soutenu la famille Bodnariu.