mercredi 15 mars 2017

Des fidèles attendent le verdict
du Vatican concernant Medjugorje



Par : Edward Pentin
Le 22 novembre 2016

SOURCE : National Catholic Register



Le Cardinal François Arinze, dont le nouveau livre sur la vénération mariale sera publié ce mois-ci, raconte au site National Catholic Register que « ce n'est pas si simple » pour Rome de se prononcer sur la question.

Edward Pentin




Commentaire du Nul sans Lui

Petite colle : Imaginez que vous désirez vous associer en affaire avec quelqu'un qui déteste votre mère... Allez-vous la lui présenter ?

N'en va-t-il pas ainsi du Pape Bergoglio qui désire s'associer avec les Anglicans, avec les Luthériens ? Des confessions religieuses qui n'acceptent pas — qui détestent même Marie.

Et pensez-vous que le Vatican nous soulèvera un tel argument ? Le Vatican ne mettra certainement en exergue Medjugorje. Ce n'est pas le temps. Voyons donc...


CITÉ DU VATICAN — Le Cardinal François Arinze a déclaré que l'attente continue pour une décision papale sur l'authenticité des apparitions de Medjugorje démontre qu'elles ne sont pas si faciles à vérifier ou à réfuter, mais l'aspect important à retenir est que la Sainte Vierge Marie y est vénérée.

S'exprimant au site National Catholic Register le 13 mars, le Cardinal Nigérian retraité a souligné qu'il n'est pas une autorité sur Medjugorje, mais a attiré l'attention sur l'absence d'unanimité sur l'authenticité des apparitions et sur l'absence d'une décision papale suite à une enquête 2010-2014 ordonnée par Benoît XVI pour examiner la question.

« Le fait que, depuis ce temps, nous n'avons officiellement rien publié, démontre que ce n'est pas si simple » a déclaré le Cardinal Arinze, dont le nouveau livre - Marian Veneration : Firm Foundations [ Vénération Mariale : les fondations fermes ] sera publié plus tard ce mois. « Si c'était si clair, pourquoi n'avons-nous rien entendu ? »

Il a dit allègrement qu’il « a été tenté de demander » au Cardinal Camillo Ruini qui dirigeait la Commission de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF) ce qu'ils ont conseillé au Pape de décider, mais il s'est abstenu de le faire parce que le Cardinal Italien s’est « astreint à se garder la bouche fermée et à laisser le Pape décider ».

La commission de spécialistes a entrepris une étude détaillée des rapports des Apparitions Mariales à Medjugorje et qui aurait supposément commencé en 1981. Ces visions continuent régulièrement jusqu'à ce jour, selon les six « voyants » du sanctuaire, attirant des centaines de milliers de pèlerins chaque année.

Le Saint-Père a laissé entendre qu'il était sur le point de prendre une décision sur le travail de la Commission au cours de l'été 2015 mais le Vatican a ensuite nié que toute déclaration était imminente.

Les commentaires du Cardinal Arinze suivent ceux de Mgr Ratko Peric de Mostar-Duvno, Bosnie-Herzégovine dont le diocèse comprend Medjugorje. Dans une déclaration du 26 février, l'Évêque a déclaré que lui et son prédécesseur ont toujours été « clairs et résolus » dans leur conviction que la Sainte Vierge n'est jamais apparue au fameux site de pèlerinage.

« Ce ne sont pas de véritables apparitions de la Bienheureuse Vierge Marie » écrit Mgr Peric. « La figure féminine qui est apparemment apparue à Medjugorje se comporte d'une manière complètement différente de la vraie Vierge, Mère de Dieu, dans les apparitions actuellement reconnues comme authentiques par l'Église ».

Dans sa déclaration détaillée, il a également cité d'autres exemples liés aux apparitions pour démontrer « ce n'est pas la Vierge des Évangiles ».

Avertissement du Vatican

Les apparitions de Medjugorje ne sont pas actuellement officiellement approuvées par l'Église comme étant d'origine surnaturelle ( constat de supernaturalitate ), mais elles ne sont pas non plus condamnées par l'Église comme étant fausses ou invalides ( constat de supernaturalitate ). La position de l'Évêque Peric en tant qu'Évêque local est considérée comme son « opinion personnelle » selon une lettre de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi de 1998.

Les visions sont plutôt considérées comme un non constat de supernaturalitate ( surnaturel ), ce qui permet la croyance personnelle dans l'authenticité des apparitions avec des pèlerinages personnels (non parrainés par des diocèses) au site d'apparition, en attendant la décision attendue du Pape.

Le Vatican reste prudent ; et, en 2013, le Cardinal Gerhard Müller, préfet de la CDF, a demandé au nonce papal des États-Unis d'instruire le clergé et les laïcs américains de ne participer à aucune réunion, conférence ou fête publique où l'authenticité des apparitions de Medjugorje soit prise pour acquise.

Dans son instruction, le Cardinal Müller a souligné la conclusion de 1991 des Évêques de l'ex-Yougoslavie qui ont affirmé : « Sur la base des recherches qui ont été faites, il n'est pas possible d'affirmer qu'il y avait des apparitions ou des révélations surnaturelles ».

Malgré le débat controversé sur les visions, plus important pour le Cardinal Arinze sont les effets positifs que Medjugorje a eus sur les fidèles qui visitent le site.

« Un point qui n'est pas douteux est que les gens qui vont là-bas se repentent réellement. Ils vont se confesser, vont à la Messe, c'est-à-dire qu'ils deviennent de meilleurs Chrétiens » a-t-il dit.

Il a également souligné que la Bienheureuse Vierge Marie n'est pas apparue à chaque sanctuaire qui lui est dédié et il a donné comme exemple le Sanctuaire National de Notre Dame d'Aparecida au Brésil. La Mère de Dieu ne se présentait pas là, expliqua-t-il, mais le pêcheur trouva une statue d'elle dans l'océan et l'y amena après quoi les gens visitèrent le sanctuaire et reçurent des grâces en le faisant.

« C'est donc un sanctuaire et si elle est apparue là ou non est une question secondaire » a-t-il dit. « Elle n'a pas à y apparaître pour donner la grâce ».

« Le plus important est que les gens vénèrent la Bienheureuse Vierge Marie, qu'ils La vénèrent de manière correcte, que ça change leur vie et qu'ils deviennent de meilleurs Chrétiens » a déclaré le Cardinal Arinze, un ancien préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et La Discipline des Sacrements.

Nomination de l'Archevêque Hoser

Pour cette raison, il a salué la décision du Pape François le mois dernier de nommer l'Archevêque Henryk Hoser de Varsovie-Prague, en Pologne, comme envoyé spécial du Saint-Siège à Medjugorje. Le Vatican a déclaré que la tâche de l'Archevêque sera « à caractère exclusivement pastoral » afin d'acquérir une « connaissance plus approfondie » de la situation pastorale, en particulier des besoins des pèlerins et de déterminer « les éventuelles initiatives pastorales pour l'avenir ».

L'Archevêque Hoser devrait terminer sa mission d'ici l'été.

Le travail du prélat est également considéré comme nécessaire en raison des problèmes qui ont émergé de Medjugorje sous la forme de désobéissance à l'autorité de l'Église et des cas de communautés religieuses établies sans l'approbation diocésaine.

Les opinions du Pape sur Medjugorje ne sont pas claires bien que certains croient qu'il a paru faire allusion aux apparitions quand, dans une conversation à 140 Supérieurs Généraux des Ordres Religieux masculins et des Congrégations en novembre dernier, il a dit que la vraie Madone n'est pas « responsable d'un Bureau de poste » en envoyant à chaque jour « une lettre différente » qui dit : « Mes enfants, faites ceci et puis le lendemain faites cela ».

« La vraie Madone est celle qui génère Jésus dans nos cœurs, une mère » dit-il. « La superstar Vierge Marie, qui cherche le feu des projecteurs, n'est pas Catholique » a-t-il ajouté. François a fait des commentaires semblables, également à être pris dans le contexte de Medjugorje, en juin 2015.

Vu dans le contexte des remarques du Pape et du mandat de l'Archevêque Hoser, la déclaration de l’Évêque Peric doit être attendue selon Donald Anthony Foley, auteur de Medjugorje Revisited : 30 Years of Visions or Religious Fraud [ Medjugorje Revisité ? 30 ans de visions ou de fraude religieuse ] Plus significatif pour lui, c'est que, dans sa déclaration, Mgr Peric s'est concentré sur les sept premiers jours des prétendues visions et en particulier des transcriptions des conversations enregistrées avec les visionnaires pendant cette première semaine de juin 1981.

Ces transcriptions sont « la clé de la compréhension Medjugorje » croit Foley alors qu’ils « révèlent les graves problèmes avec l'acceptation des visions comme vraiment surnaturelles », un aspect qu'il a souligné dans son livre.

Foley espère que plus de gens y prêteront attention et il voudrait que le Vatican publie une version multilingue « convenue et authentique » des transcriptions pour aider les fidèles ordinaires à « mieux comprendre les phénomènes de Medjugorje ».

Échos de Marpingen ?

Compte tenu de ces questions en cours, Foley croit que Medjugorje continuera à être populaire, mais probablement pas autant qu'auparavant. Il a noté que le nombre de pèlerins au sanctuaire, qui est particulièrement aimé par les Italiens, « a diminué depuis les remarques répétées du Pape François sur le sujet qui sont devenus maintenant mieux connus ».

Mais, comme le Cardinal Arinze, il apprécie la façon dont certains pèlerins ont connu « un changement de cœur, une conversion ». Il croit que cela est « plus dû à l'utilisation du Sacrement de la Confession que des visions présumées » qu'il croit être « hautement suspectes ».

Bien qu'il ait dit que c’était à une plus petite échelle, il a comparé Medjugorje aux visions Mariales présumées à Marpingen, en Allemagne, qui datent des années 1870 et qui ont amené la région à être jadis étiquetée le « Lourdes Allemand ». Le lieu a attiré de grandes foules, spécialement dans les années 1930 et 1950 avant que l'intérêt ne diminue progressivement. Puis, l'Évêque Reinhard Marx de Trèves a publié une déclaration en 2005 niant les événements qui étaient de caractère surnaturel.

« Le fait qu'il ait fallu près d'un siècle pour que l'intérêt à Marpingen finisse par mourir indique probablement que nous aurons des dévots à Medjugorje avec nous pendant un certain temps à venir » a déclaré M. Foley.

Quelle que soit la vérité derrière les apparitions, les effets pastoraux de Medjugorje sont « la chose la plus importante » selon le Cardinal Arinze.

« Si les effets sont bons, dit-il, nous nous réjouissons ».