mercredi 22 mars 2017

Les coups bas du Vatican

De Mgr Lefebvre à aujourd'hui
C'est pareil !

Pourquoi et à quoi Mgr Lefebvre a-t-il résisté ?





Écrit par Toni McCarthy
Le 20 mars 2017
SOURCE : The Remnant



Mgr Marcel Lefebvre

« L'hérésie qui est maintenant en train de naître va devenir la plus dangereuse de toutes : l'exagération du respect dû au Pape et l'extension illégitime de son infaillibilité ».

Ces paroles ont été prononcées par le Père Henri LeFloch, Supérieur du Séminaire Français de Rome en 1926 (1). Comme elles sont devenues prophétiques pour nos jours ! Et quel jour à endurer quand un Archevêque (Scicluna de Malte) a l'audace d'informer les fidèles qu'ils doivent demander à l'Église de leur enseigner la Volonté du Christ pour leur vie, puis qu’il définit l’« Église » comme étant le Pape actuel et les Évêques en communion avec lui (2). Aucune Bible. Pas de Catéchisme. Pas de Tradition. Certainement pas la Messe Traditionnelle. Pas de respect pour le Seigneur, seulement un profond respect pour le monde tel qu'il est enseigné par Jorge Bergoglio et les Évêques « en communion » avec lui.

Quand est-ce que ce sera finalement assez ? Alors que nous considérons ces hommes qui représentent l'Église moderne, comment pouvons-nous nous empêcher de voir ceux qui sont décrits par Saint Paul ; ceux qui ont « goûté le don céleste » et pourtant sont tombés loin, crucifiant de nouveau le Fils de Dieu et se moquant de Lui (3). Crucifiant à nouveau. Le Saint-Roi de Gloire. Pourtant, il est important de se rappeler que cette crise n'a pas commencé avec Jorge Bergoglio. Elle a commencé avec le « mauvais Concile », avec Vatican II et les changements dans l'enseignement de l'Église qui ont rendu ce pontificat possible. Il y a tant de choses qui ont été édulcorées et rendues commun, de la Messe à l'instruction catéchétique. Ainsi, de nombreuses personnes sont éloignées. Éloignées, même, du milieu des congrégations ; éloignées parce que personne ne leur a appris la vérité sur la foi.

En tant que tel, il est utile de revenir sur les paroles et les actions du leader solitaire qui a parlé en premier, dès les premiers jours de cette crise qui a conduit à la confusion et à la dissolution de l’unité de la Sainte Église du Christ. L’Archevêque Marcel Lefebvre était un étudiant du Père LeFloch, évangélisateur des pauvres en Afrique et un grand défenseur du Catholicisme Traditionnel.

Marcel Lefebvre

Comme beaucoup de Catholiques — même des Catholiques Traditionnels — sont plutôt méfiants de Mgr Lefebvre et de la Société qu'il a fondée, il est important de considérer les faits qui ont conduit au conflit entre l'Archevêque et les Autorités Romaines. Car chacun de nous doit déterminer ce qui est juste et ce qui est vrai. Nous ne pouvons pas dépendre de la Rome moderne pour nous enseigner correctement ; nous devons faire notre propre enquête et étude. Comme notre obéissance appartient à Dieu et non à l'homme, chacun de nous doit, selon Saint Paul, travailler à notre salut avec « crainte et tremblement » (4).

L'histoire de la bataille de Mgr Lefebvre avec l'Église de Vatican II a commencé en 1968 quand, après sa retraite à 65 ans, il a été approché par un petit groupe de séminaristes qui étaient attachés à la Tradition et ne voulaient pas se conformer aux réformes alors en bonne voie. Cela a finalement conduit à la création de la Société de Saint Pie X (FSSPX) et la création du séminaire d'Écône, en Suisse en 1970. Il est important de noter que cette nouvelle société a été créée avec la pleine approbation à la fois de l'Évêque local et des autorités de Rome (5).

La tenue rapide du Dépôt de la Foi


Cependant, presque dès le début, les controverses ont surgi en raison de l'attachement de la nouvelle société à la Tradition parce que la hiérarchie de l'Église, sous la direction du Pape Paul VI, était déterminée à changer, à éloigner l'Église de sa mission constante et vraie — celle de gardienne, de protectrice et d’interprète authentique du Dépôt de la Foi — afin de devenir une religion plus accommodante et agréable à l'homme moderne. Cet effort, cette ambition de « moderniser » l'Église, a avancé rapidement à l'époque, avec une force et une autorité incroyable, apparemment avec l'intention de détruire tout ce qui était saint dans son chemin, comme un monstre dans un film d'horreur ou, peut-être, comme une vision du Prophète Daniel (6). Seulement Mgr Lefebvre se tenait au travers du chemin. Il a refusé d'être terrorisé, il ne bougerait pas. Son premier projet fut une tentative de rétablir la Messe Traditionnelle Latine. Réunissant 12 théologiens, une brève étude critique du Novus Ordo a été préparée et présentée au Pape. En juin 1971, il était évident que le Pontife n'avait pas l'intention de répondre à cette critique ou de renoncer à sa promotion de la nouvelle Messe. Ainsi, l'Archevêque a déclaré sa propre fidélité à la vraie Messe :

« Comment puis-je accepter d'abandonner la Messe de tous les âges ou d’accepter de la placer au même niveau que le Novus Ordo, créé par Annabale Bugnini, avec la participation des Protestants pour en faire un souper équivoque qui élimine totalement l'Offertoire et qui affecte directement les Paroles de la Consécration (5) ».

Son opposition au Novus Ordo était si grave que, plus tard, il a proclamé que la Messe avait été « désacralisée » puisqu’il n'y a plus de grâce conférée ou qu’elle transmettait. Il a en outre déclaré que le mépris de la Présence Réelle du Christ dans l'Eucharistie est le signe le plus flagrant par lequel la « nouvelle mentalité », « désormais plus Catholique », s’exprimait, et il se demandait comment les Évêques et les prêtres ne pouvaient pas craindre d’attirer la colère contre eux-mêmes et leurs fidèles (7).

Peut-être que si l'Archevêque était le seul dans son refus d'accepter le Novus Ordo, les réformistes de l'Église l'auraient ignoré, en attendant que son petit groupe ne meure de sa mort naturelle. Mais en réalité, la Société se développait assez rapidement. En 1971, 24 candidats s’inscrivaient au séminaire, avec 32 entrées supplémentaires en 1972. En 1973, un nouveau séminaire FSSPX a été ouvert aux États-Unis et un autre ouvert à Rome en 1974. C’est à cette époque que les réformistes ont décidé que la Société devait être arrêtée car ils craignaient que les prêtres Traditionnels retournent dans leurs diocèses et créent une résistance Catholique traditionnelle (5). Ce n’était pas acceptable selon eux alors que leur ambition était de détruire complètement la vraie religion Catholique et la remplacer par la religion édulcorée Protestante du style que nous avons dans l'Église Novus Ordo aujourd'hui. Il semble que les réformateurs n’avaient pas prévu la résistance aux changements. Comme les nouvelles innovations honoraient l'homme plutôt que Dieu, ils s’attendaient à ce que ces changements soient largement acceptés et même souhaités, car ils s’attendaient à ce que tous les hommes soient comme eux-mêmes.

Déclaration de 1974

En juin 1974, une commission de trois Cardinaux a été formée à Rome pour enquêter sur la Société. Cela a conduit à une visite canonique au séminaire à Écône qui a eu lieu en novembre 1974. En plus d’interviewer des professeurs et des étudiants, les deux « visiteurs apostoliques » ont exprimé leurs propres opinions concernant les philosophies et les réformes de l'Église moderne, qui comprenait la remise en question de l'existence de la Vérité immuable et du concept traditionnel de la Résurrection du Christ — opinions que Mgr Lefebvre a trouvé offensantes (8). Après la visite, il a décidé de clarifier officiellement sa position au sujet de la fidélité à Rome. Conséquemment, il a écrit la « Déclaration de 1974 (9) », qui était à l'origine destinée à être un document privé pour le bénéfice et la clarification aux professeurs et aux étudiants du séminaire. Cependant, comme le document a été en quelque sorte coulé vers le monde extérieur et a ensuite été cité hors contexte par la presse, le prélat l’a finalement publié dans son intégralité pour que tout le monde puisse le voir. (8).

Aujourd'hui, après 50 ans de la vision moderne telle qu'elle est enseignée à des degrés divers dans toute l'Église, les termes de la Déclaration semblent prophétiques et il est difficile d'imaginer un prélat faire une telle déclaration forte, claire, avec un zèle pour la maison du Seigneur surpassant les intérêts et l'ambition personnelle, et aussi avec un zèle pour protéger le peuple de Dieu qui est le devoir de tous les bergers fidèles. Il professait fidélité à la « Rome Catholique », « gardienne de la Foi Catholique », « maîtresse de sagesse et de vérité ». Il a écrit spécifiquement sur les changements drastiques dans la célébration de la Messe qui, dit-il, sont passés de l'accent mis sur « Dieu et Ses œuvres saintes de miséricorde par le sacrifice de Son Fils » pour mettre l'accent sur « l'homme et sa communion avec l'homme ». Il a souligné les changements dans les méthodes d'enseignement utilisées dans les séminaires, les universités et la catéchèse ; les méthodes qu'il a décrites comme « naturalistes », « teilhardiennes », et « nées du libéralisme et du Protestantisme, » qui avaient été toutes condamnées auparavant par le Magistère.

Avec un cri de guerre qui devrait toucher les cœurs de tous les fidèles Catholiques aujourd'hui, il a proclamé qu’aucune autorité — pas même la plus haute autorité de l'Église — pouvait obliger les fidèles à abandonner ou à diminuer de sa vraie Foi Catholique clairement professée par le Magistère depuis 1900 ans. Affirmant que les réformes de Vatican II ont été « empoisonnées complètement », « débutant et se terminant dans l'hérésie, » il a dit que la seule voie de salut pour les fidèles et pour la Doctrine de l'Église était « un refus catégorique d'accepter la réforme » .

Convoqué à Rome

Pour ceux qui sont préoccupés par le statut canonique actuel de la FSSPX avec Rome, il est important de noter que l'Archevêque et la FSSPX ont été supprimés par l'Autorité Romaine avec aucune preuve d'infraction autre que l'interprétation par la commission de cette Déclaration. Après sa publication, Mgr Lefebvre a été appelé à Rome. La commission a refusé de tenir compte du contexte voulu par le document et a rejeté sa tentative de défendre son contenu (10). Sous les conseils de cette commission, le nouvel Évêque de l’Ordinaire du diocèse d'Écône a retiré l'approbation que son prédécesseur avait octroyé à la Société ; ainsi, aux yeux de Rome, la Société était « supprimée », c’est-à-dire que le séminaire avait « perdu son droit d'exister ».

Alors que l'Archevêque a tenté d'interjeter appel de la décision, en demandant une « raison de la faute » pour justifier la suppression, aucune raison n'a jamais été fournie et il lui fut refusé l'appel canonique à la Signature Apostolique Suprême. Il semble probable que ce refus par Rome de lui permettre la procédure régulière a eu lieu parce que la Déclaration de l'Archevêque ne s’écartait pas des enseignements constants du Magistère. Puisque Vatican II était un Concile pastoral plutôt que dogmatique, de nombreux concepts ont été laissés ambigus et / ou indéfinis, ce qui a permis aux changements de se produire dans la pratique sans contredire les Dogmes de l'Église. Si les démêlées de l'Archevêque avec le Concile avaient été traduites devant un tribunal, il aurait fallu que la hiérarchie contredise ses assertions, qui avaient été dogmatiquement définies précédemment par le Magistère, ou d'admettre que le prélat était sans faute.

Au lieu de lui accorder son droit d'appel, il a été tout simplement ignoré et le Secrétaire d'Etat a écrit à tous les Évêques du monde, demandant qu'ils refusent l’incardination [ note : incardination = entrée d'un clerc dans une paroisse ] aux membres de la Société. Ainsi, si Mgr Lefebvre avait docilement accepté les actions de l'Autorité Romaine, la Société aurait tout simplement disparu.

Une intention militante de protéger l'Église

Cependant, comme la Déclaration exprimait une intention militante de protéger la véritable Église, Mgr Lefebvre a démontré son engagement envers cette intention en refusant de se soumettre à la suppression illégale. Il a continué avec des plans d'ordonner 13 sous-diacres et 13 prêtres comme cela avait été prévu pour juin 1976. Rome était au courant de cette intention et, en mai 1976, le Pape Paul VI a dénoncé l'Archevêque comme « désobéissant à la nouvelle liturgie (5) ». Bien que le Vatican a proposé un compromis qui aurait exigé que l'Archevêque célèbre le Novus Ordo, il a refusé. Il a ordonné les candidats selon le rite traditionnel comme prévu.

En raison de sa « désobéissance », il a encouru deux suspensions ; selon Rome, il ne pouvait plus légalement ordonner des prêtres et il n'avait plus le droit de dire la Messe. Encore une fois, l'Archevêque a refusé de reconnaître les suspensions comme légitimes, en expliquant que le séminaire avait été aboli « sans véritable jugement », et comme il n’avait jamais été en cour, il jugeait que son séminaire n'avait pas été aboli, ses ordinations étaient licites, et les suspensions étaient invalides (10).

La fidélité au Christ et à la Vraie Église

Au cours de l'été et l'automne de 1976, Mgr Lefebvre a commencé à parler publiquement, en défendant les droits de l'Église Traditionnelle. Ses sermons attiraient beaucoup d’assistance, attirant des milliers, et les médias de nouvelles (bien que généralement critiques) ont contribué à répandre son message à un public beaucoup plus large. Il a dit au monde qu’il avait été suspendu pour avoir refusé de dire que la Messe Novus Ordo. Il a écrit une lettre au Pape Paul VI, demandant le retour à la « Messe de tous les temps », à la vraie Bible (comme la Vulgate) et au vrai Catéchisme après le modèle du Concile de Trente (10).

Il a fait ces demandes publiques en en parlant dans ses sermons. En raison de la publicité et en raison de la popularité de l'Archevêque, il a été convoqué au Vatican pour une rencontre avec le Pape Paul VI le11 septembre 1976. Vers la fin de cette rencontre assez tendue, Mgr Lefebvre a fait une demande modeste au nom des fidèles. Il a demandé que le Pape instruise ses Évêques de donner un « accueil charitable » à des groupes Traditionalistes et de leur fournir des lieux de culte. Pape Paul VI n'a jamais officiellement répondu à cette demande. Au lieu de cela, il a envoyé une lettre au prélat le 10 novembre 1976, l'accusant de « fomenter une rébellion insupportable » en refusant d'accepter toutes les réformes de Vatican II. Il l’a appelé à se « rétracter » et à « adhérer au Concile » et à « accepter la liturgie renouvelée ». Il a exigé que l'Archevêque transfère la responsabilité de ses œuvres et des maisons qu'il a fondées à l'autorité du Vatican. Le Pape a souligné que l'Archevêque était seul et a déclaré qu'un seul Évêque sans « mission canonique » « n'a pas la capacité d'établir les règles de la Foi ou de déterminer le sens de la Tradition (10) ».

Ainsi, le Pape a précisé que l'obéissance à Rome et au Concile Vatican II était obligatoire. Mais l'Archevêque, bien que se tenant debout complètement seul parmi ses confrères, a choisi la fidélité à Dieu plutôt que l'obéissance à un Pape et à un Concile bien résolus à plaire au monde même au prix de manquer de respect à l’Alliance Éternelle. Mgr Lefebvre n'a pas renoncé à sa fidélité au Christ et à l'Église véritable. Il a répondu publiquement à cette lettre avec une illustration simple. Il a expliqué que, bien qu'il ait été accusé, il n'a pas jugé le Pape ni ne souhaitait le faire. Il a dit qu'un enfant de 5 ans qui connaissait son catéchisme pouvait dire à un prêtre ou un Évêque que c’était un enseignement contraire à la vérité : « Vous ne dites pas la vérité ». Si l'Évêque ou le prêtre réagit alors en accusant l'enfant de le juger, l'enfant pourrait à juste titre répondre : « Non, je ne vous juge pas. Mon catéchisme vous juge (10) ».

La foi ne concerne pas les sentiments, elle s’appuie sur la vérité

Ces jours-ci nous sommes tous sans doute las de tenter de documenter les nombreux et horribles abus de pouvoir émanant du Vatican. Parlant des réformes de Vatican II, Mgr Lefebvre a dit un jour que la Foi était devenue un « concept fluide », la Charité une « sorte de solidarité universelle » et l'Espérance, un « espoir pour un monde meilleur (11) ». Cela semble être une description très précise de la vision de François d'une nouvelle « Église ». Mais alors que le Pape, avec ses prélat-alliés, semblent être résolus à la destruction complète de l'Église du Christ, ceci est un travail qu'ils ne peuvent jamais accomplir, mais ils croient en leur cœur sans intelligence qu'un tel objectif est en leur pouvoir. Dans un sens, Mgr Lefebvre se tient toujours fermement au travers de leur chemin en vertu de la petite organisation humble qu'il a fondée.

Lors d'une conférence tenue à Portland, Oregon en novembre 2016, le Père Jurgen Wegner, Supérieur du District des États-Unis de la FSSPX, a expliqué le processus de pensée par lequel l'Archevêque a été en mesure de continuer dans la Foi et l'obéissance à l'Église véritable, même au milieu de la crise actuelle de confusion et de persécution. Le Père Wegner a déclaré que, dans le but de protéger et de sauvegarder la Tradition, Mgr Lefebvre a toujours pris une approche objective : la Foi ne concerne pas les sentiments, elle s’appuie sur la Vérité. Les vertus qu'il entretenait et qu’il s’attendait à ce que ses prêtres embrassent, étaient l'obéissance, la charité et la volonté de souffrir ; les traits d'un vrai serviteur du Christ. Il a expliqué que ce ne fut jamais le désir de l'Archevêque de se séparer de l'Église et qu'il a toujours insisté sur l'obéissance au Pape ( à chaque fois que l'obéissance ne contredit pas la Tradition de l’Église ) puisque le Pape est le chef légitime de l'Église. Il est important de noter que les questions qui séparaient la FSSPX du statut canonique n'étaient pas — dans l'esprit de l'Archevêque — causées par la FSSPX mais plutôt la séparation est venue de l'intérieur — de ceux qui n’avaient pas suivi eux-mêmes la Tradition et donc qui avaient abandonné la Foi. Ainsi, dans son esprit, la Société n'avait pas rompu avec la Tradition de l'Église et c’est pourquoi, en dépit de tous les gestes autoritaires qui sont sortis de Rome au fil des ans, la Société insiste encore sur le droit d'être appelée Catholique Romaine.

La voix d’un inconnu

Cela conduit à la situation extrêmement grave de l'Église comme elle est aujourd'hui. Comme Jésus a dit : « Mes brebis connaissent Ma Voix et mais elles ne suivront pas la voix d'un inconnu (12) », il devient évident que les croyants ont une responsabilité, même un devoir de suivre Dieu, et non pas un homme qui Le rejette, même si cet homme est dans la position de la plus haute autorité. Nous devons plutôt suivre l'exemple des psalmistes, qui ont toujours cherché le Seigneur directement : « Seigneur, écoute ce que je dis, remarque mes soupirs. Mon Dieu, mon Roi, sois attentif à mes appels. C'est à toi que j'adresse ma prière (13 ) ». Et « quant à ceux qui ont recours à toi, qu'ils se réjouissent, qu'ils crient leur joie pour toujours ; qu'ils chantent victoire à cause de toi, tous ceux qui t'aiment ! Tu es un abri pour eux. (14) ».

De toute évidence, Mgr Lefebvre a compris cela il y a plusieurs années alors que se déroulait la crise, et il se leva pour la cause de Christ, en acceptant les conséquences de la désobéissance à l'autorité ; les humiliations et les persécutions. Aujourd'hui, nous devons faire la même chose pour l'amour de notre Dieu qui est rejeté par le monde. Et tandis que le monde et cette fausse Église font signe de s’approcher, en essayant de nous séduire ou de nous contraindre à nous conformer, nous devons nous rappeler qui nous servons et devons garder nos yeux sur le Royaume : le Royaume du Christ, qui n’est « pas de ce monde (15) ». Dans ce monde et dans cette Église conciliaire, nous avons une crise. Une crise si « profonde » et si « intelligemment organisée » que Mgr Lefebvre a conclu que son cerveau devait être Satan lui-même. Et dans un grave avertissement aux Catholiques qui préfèrent se contenter du statu quo, il a proclamé que c’est un « coup de maître de Satan » de convaincre les Catholiques de « désobéir à l'ensemble de la Tradition au nom de l'obéissance (16) ».

NOTES :
1. « Les idées claires sur le Pape Infaillible Magisterium », de SiSiNoNo, l'Angelus langue anglaise article reprint, Janvier 2002 extrait de La Infalliblity du Magistère de l'Église par le révérend Canon René Berthod, disponible à SSPX.org
2. « Mgr Scicluna : Nous suivons les directives du Pape » par Edward Pentin, ncregister.com 30 Janvier 2017
3.Hebrews 6 : 5-6, DRV
4.Philippians 02h12, DRV
5. « 25 ans de la FSSPX : Part 1 », une présentation donnée par le Père Ramon Angles à Kansas City, MO, réimprimés dans le numéro de Janvier 1996 L'Angelus, disponible à SSPX.org
6.Daniel 7 : 7, DRV
7.Open Lettre aux Catholiques perplexes, Mgr Marcel Lefebvre, publié par Angelus Press 1986, p. 22
8. « La campagne contre Ecône », à partir d'un extrait de la série 3 de volume de Michael Davies Apologia pro Marcel Lefebvre, disponible à SSPX.org
9. « 1974 Déclaration de Mgr Lefebvre », disponible à SSPX.org
10. « Hot Summer de 1976 et Mgr Lefebvre » d'une conférence de Jean de Viguerie initialement publié dans la chrétienté, Mai-Juin 2006 N ° 5, disponible à SSPX.org
11.Open Lettre aux Catholiques perplexes, p.5
12.John 10 : 4-5, DRV
13.Psalm 5 : 2-3, DRV
14.Psalm 05h12, DRV15.John 18h36, DRV
16.Open Lettre aux Catholiques perplexes, p.155