mardi 21 mars 2017

Plus de sophisme
concernant Amoris Laetitia





par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Perspectives
Le 21 mars 2017

En cela, la quatrième année du tumulte Bergoglien, tout comme Notre-Dame d’Akita l’a prédit, nous voyons des « Cardinaux opposés à des Cardinaux et des Évêques opposés à des Évêques ». Ils se querellent sur le sens du chapitre tout à fait sans précédent #8 d’Amoris Laetitia (AL). Ils se disputent pour savoir si AL a ouvert la porte de la Sainte Communion aux adultères publics même si le Pape Bergoglio a confirmé que, de son propre point de vue à propos de son propre document, il approuve cette avenue en effet.

Un motif curieux s’est développé dans cette opposition entre les prélats : ceux qui soulèvent des doutes quant à AL, y compris les quatre Cardinaux avec leurs cinq dubia à être toujours répondus d’ailleurs, citent toujours l'enseignement constant et la discipline Eucharistique de l'Église affirmés à la fois par Jean-Paul II et Benoît XVI.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Les ardents défenseurs de AL, d'autre part, ignorent l'enseignement et de la discipline énoncés par ceux-ci et recourent invariablement à des sophismes.

Prenez le théologien Espagnol Salvador Pié-Ninot, par exemple. Dans un article publié par Digital Religión (coup de chapeau au site canon212.com), Pié-Ninot, un prêtre du diocèse de Barcelone, affirme que AL est un enseignement du Magistère ordinaire qui, sans être infaillible, exige l’« assentiment loyal de la volonté » même s’il n’est pas irréformable (c’est-à-dire même s’il pourrait être révisé). Il s’appuie en cela et cite une instruction de 1990 par le Cardinal Ratzinger alors Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

Mais cette instruction, Donum Veritatis (DV), a été écrite pour résoudre le problème des théologiens dissidents qui exprimaient de l'opposition aux enseignements répétés et constamment établis du Magistère ordinaire ( comme l'enseignement sur l'impossibilité de la Sainte Communion pour ceux qui vivent dans l'adultère ou l'enseignement contre la contraception ) qui n'a pas fait l'objet d'une définition infaillible formelle. Donum Veritatis n'a certainement pas été écrit pour répondre à un document papal qui est largement compris pour contredire ce que l'Église a constamment enseigné et pratiqué en relation avec cet enseignement.

Qu'est-ce qui se passe, cependant, quand un Pape propose le genre de nouveautés morales et pastorales théologiques que nous voyons dans AL ? Ironiquement, Donum Veritatis lui-même fournit la réponse :

« Il peut cependant arriver que le théologien se pose des questions portant, selon les cas, sur l'opportunité, sur la forme ou même le contenu d'une intervention. Cela le conduira avant tout à vérifier soigneusement quelle est l'autorité de cette intervention, telle qu'elle résulte de la nature des documents, de l'insistance à proposer une doctrine et de la manière même de s'exprimer ».

Notez qu'un facteur clé justifiant la levée des questions relatives à un enseignement supposé du Magistère est « l'insistance à proposer une doctrine ». Avec AL, il n'y a pas eu de répétition historique de ses nouveautés par le Magistère. Ils proviennent entièrement du Pape Bergoglio. En effet, AL semble contredire précisément ce que le Magistère ( y compris l'enseignement de deux prédécesseurs immédiats du Pape Bergoglio ) a répété avec insistance en rejetant les défis par les théologiens dissidents tels que le Cardinal Kasper, dont les points de vue jouissent clairement de la faveur du Pape Bergoglio.

En fait, tout document papal qui contredirait l'enseignement promulgué par les propres prédécesseurs d’un Pape ne peut pas faire partie du Magistère, en premier lieu, puisque la fonction d'enseignement de l'Église, par définition, ne peut pas se contredire. Par conséquent, un document singulier comme AL ne pourrait être que faux dans la mesure où il est impliqué dans une contradiction de ce que l'Église a répété avec insistance auparavant. Dans ce cas, le même Cardinal Ratzinger déclarait dans son Instruction de la CDF en 1994 :

« Elle [ l’Église ] ne peut reconnaître comme valide une nouvelle union, si le mariage précédent l'était. Si les divorcés se sont remariés civilement, ils se trouvent dans une situation qui contrevient objectivement à la loi de Dieu et, dès lors, ils ne peuvent pas accéder à la Communion Eucharistique, aussi longtemps que persiste cette situation ». Cette norme est sans exception.

Ainsi, Salvador Pié-Ninot a tourné à l’envers Donum Veritatis par le procédé du sophisme afin de suggérer que tout le monde doit maintenant obéir à un document — AL — qui sape effectivement l’enseignement même que les propres prédécesseurs du Pape Bergoglio ont répété avec insistance. Presque incroyablement alors, Bergoglio se trouve dans la même position censurée que les théologiens dissidents de Donum Veritatis avaient en vue.

De cet abus de source matérielle, Salvador Pié-Ninot procède à un non sequitur [ note : en logique formelle, un argument est un non sequitur si la conclusion ne suit pas les prémisses ] doté d’un même sophisme :

« Il faut noter, cependant, que Amoris Laetitia reconnaît une pluralité au niveau pratique car il existe « différentes manières et conséquences » étant donné que « l'unité de l'enseignement et de la pratique est certainement nécessaire dans l'Église, mais cela ne fait pas obstacle à diverses façons d'interpréter certains aspects de cet enseignement ou de tirer certaines conséquences de celle-ci. Ce sera toujours le cas alors que l'Esprit nous guide vers la vérité tout entière (cf. Jn 16, 13) ... »

L’affirmation est un non-sens contradictoire : l'unité de la discipline et de la pratique dans l'Église est nécessaire, mais il peut y avoir différentes façons d’« interpréter » un enseignement et ses « conséquences » dans des lieux différents — ce qui signifie pas d'unité de la discipline et de la pratique, qui est exactement ce à quoi nous assistons maintenant dans la « mise en œuvre » de AL qui varie d'un endroit à l'autre.

Et quelle est la source de la citation interne dans la conclusion de Pié-Ninot ? Nul autre que le paragraphe 3 de AL dont la suggestion absurde d'un régionalisme doctrinal efficace qui n'a jamais été même insinué par un Pape auparavant, encore beaucoup moins répété avec insistance par le Magistère. Donc, par tant de sophismes, Pié-Ninot ne cite que les nouveautés de AL à la défense de son affirmation selon laquelle les mêmes nouveautés concernent le Magistère authentique. Selon cette logique, tout énoncé du Pape dans les quatre coins d'un document papal devrait être accepté comme un enseignement Catholique authentique par le simple fait de sa publication même s’il est contraire à l'enseignement pérenne de l'Église sur le même sujet. La papauté serait donc une sorte d'oracle changeant plutôt qu’un garant de la vérité qui est la tradition qui lui est remise pour la transmettre de façon intacte à son successeur — d'où la Tradition.

Qu’Amoris Laetitia ne puisse être défendu par de tels sophismes est une raison suffisante pour le considérer avec suspicion. D'où les cinq dubia auxquels le Pape Bergoglio n'a manifestement pas l'intention de répondre. D'où le tumulte Bergoglien en général, créé par un occupant de la Chaire de Pierre qui semble penser qu'il crée le Magistère plutôt que de conserver et de défendre son enseignement constant. Comme le Pape Bergoglio a déclaré au magazine America : « Je suis constamment à faire des déclarations, donnant des homélies. Voilà le magistère. Voilà ce que je pense... »

Que Notre-Dame de Fatima nous délivre de cette confusion.