lundi 20 mars 2017

L’imposture du « discernement » dévoilée





par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Perspectives
Le 20 mars 2017

Dans son discours aux participants lors d’un cours sur le « for interne » au Vatican, le Pape Bergoglio a fait la promotion de la nouveauté en théologie morale qu'il a tenté d'introduire dans la vie de l'Église par le déjà fameux chapitre 8 de Amoris Laetitia (AL ) : le « discernement ».

Quel est exactement ce « discernement » ? Tout simplement, c’est un mot de code pour l'application de l'éthique de la situation dans le confessionnal dans le cas d'adultères publics vivant dans des « seconds mariages » afin qu'ils puissent recevoir la Sainte Communion sans avoir à cesser leurs relations adultères.

En d'autres termes, le discernement est une imposture. Si cette affirmation semble excessive, considérez la propre explication du Pape Bergoglio de sa nouveauté lors de son allocution ici.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Voici les extraits les plus percutants :

« Le discernement permet de distinguer toujours, pour ne pas confondre, ne pas faire un amalgame. Le discernement éduque le regard et le cœur, permettant cette délicatesse d’esprit si nécessaire devant celui qui ouvre le sanctuaire de sa conscience pour en recevoir lumière, paix et miséricorde ».

« Le discernement est nécessaire aussi parce que, celui qui s’approche du confessionnal, peut venir des situations les plus disparates ; il pourrait aussi avoir des troubles spirituels, dont la nature doit être soumise à un discernement attentif, tenant compte de toutes les circonstances existentielles, ecclésiales, naturelles et surnaturelles ».

Que ce conseil aux confesseurs soit irréalisable et même un non-sens immoral doit être apparent après à peine un moment de réflexion. Supposons, par exemple, des pénitents dans le diocèse X, qui éprouvent la culpabilité d'être adultères parce qu'ils ont mis de côté leurs véritables conjoints et prétendaient en épouser un autre, viennent à confesser leurs péchés à un prêtre de la paroisse locale. Devons-nous sérieusement s’attendre à croire que, dans chaque tel cas, le prêtre est tenu de procéder à un examen de toutes les « circonstances existentielles, ecclésiales, naturelles et surnaturelles » entourant la décision de chaque pénitent d'entrer et de rester dans une union adultère ?

Même si un tel examen brutalement indiscret de chaque pénitent anonyme confessant son état adultère était réalisable dans la vie paroissiale réelle — et ce n’est clairement pas le cas — quel serait le but de l'exercice ? Est-ce que nous nous attendons aussi à croire que le prêtre conduisant ces inquisitions auprès de chaque pénitent va rendre un verdict sur le banc de « non coupable » de péché mortel sur la base de diverses « situations disparates » — à savoir que le prêtre va pratiquer une sorte d’éthique de situation ? Aucun prêtre n'a une telle autorité. La culpabilité subjective de chaque âme n’est connue que de Dieu et ce jugement Lui appartient à Lui seul et non pas à un prêtre qui s’aventurerait à tenter d’estimer la culpabilité.

Et peu importe à ce qui est arrivé à « Qui suis-je pour juger ? » En effet, qui est le prêtre, confronté à la confession du péché objectif de l'adultère, pour juger de l'état subjectif de l'âme du pénitent sur la base de certaines données externes ? (Padre Pio avait le don reconnu de lire les âmes, mais même à cela, il n’aurait pas absous un adultère objectif. Son don, plutôt, a été orienté vers la détection du péché, non pas à l'excuser.)

Dans son important commentaire sur « Cinq problèmes graves avec le chapitre 8 de Amoris Laetitia, « le théologien moral E. Christian Brugger se concentre sur la nocivité de cet aspect du « discernement ». Il écrit :

« Mais si nous ne devons pas — et, en effet, on ne peut pas — rendre un jugement de condamnation sur l'état de l’âme d'une autre personne, alors nous ne devons pas et ne pouvons pas rendre un jugement d'acquittement non plus. Mais le chapitre 8 implique que les pasteurs peuvent avoir la certitude suffisante que la personne n'a pas de culpabilité subjective et il peut donc lui être permis de participer aux Sacrements. Le numéro 299 se réfère même aux « membres vivants » divorcés et remariés civilement de l'Église. La compréhension commune d'un membre « vivant » est une personne baptisée en état de grâce ».

« Mais comment un prêtre peut-il juger que de tels gens sont en état de grâce sans juger ? François insiste sur le fait, et à juste titre, que nous ne devons pas juger. Mais le jugement est non seulement pour condamner ; il signifie aussi acquitter. La présomption ici, et tout au long du chapitre, est que les pasteurs peuvent en effet rendre un jugement d'acquittement sur les consciences pour que les gens dans les unions irrégulières puissent aller de l'avant ».

« Mais si nous ne pouvons pas et ne devons pas juger les âmes des autres, alors nous ne pouvons ni les condamner en disant qu'ils sont certainement coupables de péché mortel et nous ne pouvons pas les acquitter en disant qu'ils ne sont pas subjectivement coupables d'avoir choisi une situation grave. Nous ne pouvons pas juger ».

Que devrait donc faire un prêtre ? Il devrait faire ce que les prêtres ont toujours fait dans le confessionnal — au moins avant que le Pape Bergoglio n’arrive et insiste sur sa nouveauté du « discernement » : à savoir traiter le péché objectif et laisser le jugement de culpabilité subjective à Dieu ».

Brugger, qui enseigne la théologie morale aux futurs prêtres, explique ainsi :

« Si les pasteurs ne peuvent pas juger les âmes, que doivent-ils faire ? Ils devraient accepter l'évaluation qu’une personne fait de sa propre âme. Si les pasteurs recueillent des indications de culpabilité atténuée, ils devraient doucement aider la personne à voir ces facteurs, puis l'informer charitablement sur l'enseignement plus complet de Jésus sur le mariage (à savoir, qu’ils devraient se livrer à la formation de la conscience) ... »

« Le pasteur devrait alors savoir si la personne est résolue à vivre selon l'enseignement de Jésus telle qu'elle est comprise par l'Église Catholique ; si la personne dit « non », ou « Je ne peux pas », le pasteur dit : « Eh bien, je ne peux pas vous dire si vous êtes en état de péché grave en refusant d'accepter l'enseignement de l'Église, car je ne peux pas juger votre âme. Mais même si vous êtes vraiment de bonne foi, je ne peux pas juger que vous pouvez à juste titre recevoir la Sainte Eucharistie parce que je ne peux pas connaître cette bonne foi et le fait de vous le dire pourrait bien vous encourager à rationaliser le péché mortel en cours et entraîner votre damnation éternelle ».

Puis à nouveau, comme il est indiqué ci-dessus, le contre-interrogatoire serré des pénitents que le « discernement » semblerait exiger ne se produira pas car il n’est pas praticable, en tout état de cause, voire inapproprié et indiscret de la vie privée de quelqu'un qui se fonde sur l'anonymat et sur la circonspection quand il vient devant le prêtre pour avouer sa culpabilité. Et si le pénitent ne pensait pas qu'il était coupable d'adultère en premier lieu, il ne serait pas dans le confessionnal pour se libérer de son « second mariage » adultère.

Les implications, par conséquent, sont énormes : le « discernement » est un simple déguisement verbal pour ce qui est vraiment une autorisation désastreuse aux confesseurs pour aider les personnes objectivement coupables d'adultère dans la rationalisation de leur péché mortel de sorte qu'ils puissent être « absoutes » et autorisées à recevoir la Sainte Communion tout en continuant à commettre l'adultère.

Jamais, absolument jamais, un Pape a prêté son nom à un tel écart radical par rapport à l'enseignement constant de l'Église et de la pratique qui lui est intrinsèquement liée. L’imposture du « discernement » se rapporte clairement à la situation dont Sœur Lucie a mis en garde le Cardinal Caffarra : « La bataille finale entre le Seigneur et le règne de Satan sera sur le mariage et la famille ».

Notre-Dame de Fatima, venez à l'aide de Votre Église assiégée !