lundi 19 juin 2017

Un spécialiste Jésuite

Chercher à défendre l'Islam à tout prix trahit la vérité


Dans un entretien avec le National Catholic Register, le Père Henri Boulad, le Jésuite Égyptien Grec Melkite, explique pourquoi il croit que les terroristes Islamistes appliquent ce que leur religion leur enseigne et pourquoi l'Église ne parvient pas à y remédier car elle a été victime d'une idéologie de gauche qui détruit l'Occident .


Par : Edward Pentin
Le 17 juin 2017

SOURCE : National Catholic Register




L'Église ne doit pas défendre l'Islam à « tout prix » et chercher à « l'exonérer des horreurs commises chaque jour en son nom » ou bien « on finit par trahir la vérité » a déclaré un éminent spécialiste Jésuite de l'Islam.

Le Jésuite Grec Melkite, le Père Henri Boulad, croit que lorsqu'il s'agit de traiter avec l'Islam, l'Église Catholique a succombé à une « idéologie de gauche qui détruit l'Occident » sous prétexte d’« ouverture, de tolérance et de charité Chrétienne ».

Dans une entrevue du 10 juin avec le National Catholic Register, le Père Boulad révèle qu'il a partagé ces sentiments avec le Pape François dans une lettre qu'il lui a écrite en août dernier lui disant que beaucoup pensent que le point de vue du Pape sur l'Islam est « aligné sur cette idéologie et que, par complaisance, vous passez de concessions en concessions et de compromis en compromis au détriment de la vérité ».

« Les Chrétiens, écrivait-il, « attendent quelque chose de vous autre que des déclarations vagues et inoffensives qui peuvent obscurcir la réalité ».

Certains ont déclaré que le Pape a adopté une ligne diplomatique mais légèrement plus ferme sur l'Islam lorsqu'il a donné une adresse à l'Université Al Azhar au Caire à la fin avril.

Le Père Boulad, 85 ans, un Égyptien et un parent du spécialiste Jésuite de l'Islam, le Père Samir Khalil Samir, discutent également dans cette interview pourquoi ils croient que les Islamistes accomplissent simplement ce que leur religion enseigne, si l'Islam est capable de réforme et comment, malgré ses problèmes, si la religion peut aider l'Église à agir comme un rempart contre l'idéologie laïciste.

Père Boulad, qu'est-ce qu'il y a comme preuve pour démontrer que l'Islam est intrinsèquement violent ?

Voici les énoncés clairs du Coran lui-même :

  • « Tuez les incroyants là où vous les trouvez ». Coran 2 : 191

  • « Faites la guerre aux infidèles vivant dans votre quartier ». Coran 9 : 123

  • « Lorsque l'occasion se présente, tuez les infidèles partout où vous les attrapez ». Coran 9 : 5

  • « Toute religion autre que l'Islam n'est pas acceptable ». Coran 3 :85

  • « Les Juifs et les Chrétiens sont des pervers, combattez-les ». ... Coran 9 :30

  • « Mutilez et crucifiez les infidèles s’ils critiquent l'Islam » Coran 5 :33

  • « Punissez les incroyants avec des vêtements en feu, des crochets en tiges de fer, de l'eau bouillante, faites fondre leur peau et leurs ventres ». Coran 22 :19

  • « Les incroyants sont stupides, demandez aux Musulmans de les combattre ». Coran 8 :65

  • « Les Musulmans ne doivent pas prendre les infidèles comme amis ». Coran 3 :28

  • « Terrorisez et décapitez ceux qui croient dans des Écritures autres que le Coran ». Coran 8 :12

  • « Les Musulmans doivent rassembler toutes les armes pour terroriser les infidèles ». Coran 8 :60

    Ajoutons à cela quelques exemples des enseignements et de la vie de Mahomet. Voici quelques citations tirées de sources Musulmanes :

  • « On m'a commandé de lutter contre les gens jusqu'à ce qu'ils témoignent qu'il n'y a aucun dieu autre qu’Allah et que Mahomet est le messager d'Allah » (Muslim 1 :33)

  • « Combattez tous les autres qui sont dans le chemin d'Allah et tuez ceux qui ne croient pas en Allah ». (Ibn Ishaq 992). La vie de Mahomet était une succession de guerre, de pillage et de meurtres ... et chaque Musulman est invité à imiter ce « modèle » suprême.

  • Mahomet possédait et échangeait des esclaves — (Sahih Muslim 3901) et a ordonné à ses disciples de lapider des femmes pour adultère. - (Musulman 4206)

  • Il a décapité lui-même 800 hommes et garçons juifs (Abu Dawud 4390), il a ordonné le meurtre de femmes (Ibn Ishaq 819, 995) et a tué ceux qui l'ont insulté. - (Bukhari 56 : 369, 4 : 241)

  • Selon lui, le Jihad à la manière d'Allah élève la position de quelqu'un dans le Paradis par cent fois. - (Musulman 4645)

  • Au cours de ses dix dernières années, il a commandé 65 campagnes militaires et des raids. — (Ibn Ishaq) et il a tué des captifs pris en bataille. — (Ibn Ishaq 451)

  • Il a encouragé ses hommes à violer des femmes esclaves (Abu Dawood 2150, Coran 4 :24), il a mis à mort des apostats, il a pillé et vécu de la richesse des autres, capturé et asservis des non-Musulmans.

  • Après la mort de Mohammed, ses partisans ont attaqué et conquis les populations de 28 pays et ont déclaré une guerre sainte contre les cinq principales religions du monde.

    Exemples de l'histoire Islamique :

  • Au cours des 240 premières années, 11 des 32 premiers Califes ont été assassinés par d'autres Musulmans.

  • Les clercs Musulmans ont toujours engagé ou toléré le terrorisme tout au long de l'histoire et jusqu'à présent.

  • Nous assistons à la violence religieuse quotidienne contre les Hindous, les Juifs, les Bouddhistes, les Musulmans, les Chrétiens. Les convertis au Christianisme sont décapités.

  • Les victimes du trafic d'esclaves effectué par les Arabes pendant près de dix siècles représentent des dizaines de millions de personnes.

  • Chaque année, des milliers de maisons et d'églises Chrétiennes sont incendiées ou bombardées par des foules Musulmanes, et des centaines de Chrétiens, prêtres, pasteurs, religieuses et autres ouvriers de l'église sont assassinés aux mains des extrémistes Islamiques. La soi-disant justification varie, partant d’accusations d'apostasie ou d'évangélisation, au soi-disant « blasphème » ou « insulte » à l'Islam. Les personnes innocentes ont même été charcutées à mort par des Musulmans dévots sur des dessins animés. L'Islam est une déclaration ouverte de guerre contre les non-Musulmans.
  • Les extrémistes sont-ils simplement fidèles à un Islam authentique à votre avis ?

    De toute évidence, OUI. Les extrémistes appliquent simplement ce que leur religion leur apprend à faire.

    Le Pape et le Vatican devraient-ils faire ce que certains considèrent comme une correction politique et s'adresser à l'Islam relativement à ce que les spécialistes et les autres pensent vraiment ?

    Bien sûr. Pour illustrer mon point de vue, je cite ici quelques extraits de ma lettre personnelle au Pape François qui lui a été adressée en août dernier :

    « Il me semble que, sous prétexte d'ouverture, de tolérance et de charité Chrétienne, l'Église Catholique est tombée dans le piège de l'idéologie libérale de gauche qui détruit l'Occident. Tout ce qui n'épouse pas cette idéologie est immédiatement stigmatisé au nom de « la rectitude politique ». Beaucoup pensent qu'un certain nombre de vos positions sont alignées sur cette idéologie et que, par aisance, vous allez des concessions en concessions et de compromis en compromis au détriment de la vérité ».

    « L'Occident est dans une débâcle éthique et morale, à la fois religieuse et spirituelle. Et ce n'est pas en relativisant la réalité douloureuse que ces sociétés seront aidées à sortir de leur désarroi. En défendant à tout prix l'Islam et en cherchant à l'exonérer des horreurs commises tous les jours en son nom, on finit par trahir la vérité ».

    « Jésus nous a dit : « La vérité vous libérera ». C'est parce qu'il a refusé tout compromis sur ce point qu'il connaissait le destin qui était le sien. Après lui, d'innombrables Chrétiens ont préféré le martyre à un compromis comme c'est le cas en Égypte et ailleurs aujourd'hui ».

    « Dans l'extrême fragilité des Chrétiens — à la fois dans l'Ouest et dans l'Est — ils attendent quelque chose de vous autre chose que des déclarations vagues et inoffensives qui peuvent obscurcir la réalité. Votre prédécesseur, le Pape Benoît XVI, a eu le courage de prendre une position claire et sans ambiguïté. Son attitude a soulevé beaucoup de boucliers et lui a valu de nombreux ennemis. Mais une confrontation franche n'est-elle pas plus saine qu'un dialogue basé sur un compromis ? Lorsque les hiérarques Juifs ont demandé aux apôtres d'arrêter d'annoncer l'Évangile, ils ont répondu : « Quant à nous, nous ne pouvons pas renoncer à parler de ce que nous avons vu et entendu. ... » (Actes 4 :20) ».

    « Il est grand temps d'émerger d'un silence honteux et embarrassé face à cet Islamisme qui attaque l'Occident et le reste du monde. Une attitude systématiquement conciliante est interprétée par la majorité des Musulmans comme un signe de peur et de faiblesse. Si Jésus nous a dit : « Heureux les pacificateurs », il ne nous a pas dit : « Heureux les pacifistes. Que la paix soit la paix à tout prix, quel qu’en soit le coût ». Une telle attitude est une pure et simple trahison de la vérité ».

    À quel point la violence est-elle davantage un problème Arabe, compte tenu des attaques violentes beaucoup moins nombreuses, par exemple, en Indonésie qui est la plus grande nation Musulmane au monde ?

    On peut dire que les « Arabes » sont naturellement violents. Mais on pourrait en dire autant des Barbares qui ont conquis l'Europe dans le passé. Ces envahisseurs ont été progressivement « civilisés » par la Foi Chrétienne pour devenir ce qu'ils sont maintenant. À mon avis, l'élément religieux joue un rôle essentiel dans la formation d'une société. Le fait que les Arabes Chrétiens sont différents des Arabes Musulmans est une preuve du lien fort entre la religion et la société.

    Existe-t-il des possibilités authentiques et réalisables pour la réforme de l'Islam et le dialogue peut-il être efficace ?

    Toutes les tentatives de réforme de l'Islam par des Musulmans libéraux ouverts d'esprit ont tragiquement échoué jusqu'ici et je doute qu’un « Islam réformé » reste « l'Islam ». Voici six tentatives infructueuses de réforme de l'Islam au cours des deux derniers siècles :

    1. Le Réformisme au 19ème siècle : Afghans, Mohamed Abdo, Rashid Reda

    2. La Renaissance — ou Nahda — à la fin du 19ème au début du 20ème siècle : Yasji, Girgi Zeidan, Taha Hussein, Salama Moussa, Tewfik el-Hakim ...

    3. Le Kémalisme et la sécularisation de l'État turc — Kemal Atatürk - 1923

    4. Le Baath et son idéologie pan-arabiste : Michel Aflaq, Bitar, George Habash et l'OLP

    5. Le nationalisme Égyptien et la neutralité de l'État (principe de laïcité) — 1919 : Saad Zaghloul : « La religion est l'affaire de Dieu et l'État de tous ».

    6. Le renversement du décret sur l'abrogeant et l'abrogé. À l'instigation de l'institution El-Azhar, Mahmoud Mohamed Taha a été pendu à Khartoum le 18.1.1985 pour vouloir donner la prééminence aux vers Mekkan sur les vers de Médine incitant à la guerre, à la haine et à l’intolérance.

    L'Église s'est souvent alliée avec les pays Islamiques dans le passé pour des questions de défense de la vie. Les pays Islamiques peuvent également agir comme un filtre contre les idées séculières, empêchant les tendances telles que l'idéologie du genre d'entrer dans leur société. Comment les forces de l'Islam dans ces domaines peuvent-elles être mieux promues malgré les associations de violence ?

    Sur de telles questions éthiques et d'autres, l'Église devrait s'allier avec les Musulmans pour lutter contre tout ce qui avilit et dégrade l'être humain. C'est un terrain fertile pour la compréhension entre les deux religions. Cela peut aussi nous ouvrir la voie pour dénoncer tout ce qui est moralement inacceptable dans l'enseignement Islamique.