vendredi 30 juin 2017

Le Chic Progressiste...

la Foi s’incline devant la mode



par Équipe Éditoriale du Centre de Fatima
SOURCE : Centre de Fatima
Le 28 juin 2017

Peut-être rien ne paraît-il aussi miteux que le style d'hier. Le magasin des vêtements usagés est en quelque sorte un dépôt d'une élégance dépassée : les vêtements sont souvent abandonnés, non pas parce qu'ils sont vieux, mais parce qu'ils sont démodés. « Personne ne porte plus ça » est une observation qui peut faire consigner un vêtement ou un vêtement parfaitement réparable dans le magasin d'épargne. Les pauvres et les sans-abris sont tristement habillés dans des parures d'hier.

Les idées peuvent également être des créatures du temps sujettes à être « mises à jour ». Les idéologies politiques populaires font l'objet d'une révision constante. Le Parti Démocrate, maintenant à la gauche de la Gauche, était autrefois le parti du Ku Klux Klan alors que le Parti Républicain s'était opposé à l'esclavage. L'immigration Catholique a donné lieu au Parti du Know Nothing [Litt : savoir rien. Le Know Nothing est un mouvement politique américain nativiste du milieu du XIXe siècle ], dont les adhérents ont cru que les « Papistes » [Catholiques] ne pouvaient être conciliés avec les valeurs Américaines de la tolérance et de la liberté. Maintenant, l'immigration Musulmane est défendue par la classe politique comme étant compatible avec ces valeurs même si l'Islam rejette ouvertement la démocratie Occidentale et favorise la Sharia Law. La mode, pas les faits, influence l'opinion publique et les médias sont maintenant les arbitres de la mode.

Être démodé invite au ridicule ; être un créateur de tendance est d'inviter l'envie et l'imitation. Mais tout ce qui est une créature du temps sera dévorée par son créateur. Ce fut toujours la force de la Foi Catholique qu'elle se soit éloignée du temps. Un emblème visible de son indifférence à la mode a été vu dans son maintien de l'habit religieux qui date du moment où un Ordre particulier a été fondé. La mise à jour ou l'abandon tout court des habitudes religieuses peuvent sembler un changement superficiel conforme au bon sens, mais ça a apporté quelque chose de beaucoup plus important : une reddition à la mode actuelle.

La difficulté inhérente à suivre la mode — dans les vêtements ou les idées — est que l'on ne peut jamais s'arrêter car la mode change toujours. Chaque année, on demande quelque chose de nouveau, et une légère différence dans la longueur d'un ourlet ou d'une formulation politiquement correcte peut signifier la différence entre l'approbation ou la moquerie. Nous sommes conditionnés à vouloir le « dernier cri » en tout. Ce qui est vieux perd de sa valeur. Les produits sont toujours commercialisés comme « nouveaux et améliorés ».

Malheureusement, l'Église souffre maintenant d'une version « nouvelle et améliorée » de ce qui prétend être la Foi Catholique. Lorsque le Pape Jean XXIII a promu l’« aggiornamento » — mise à jour — comme étant un besoin dans la présentation de la Doctrine, il a peut-être pensé à une altération du langage et non du fond. Mais le langage et le contenu sont intimement liés. Les mots sont importants. Passer de parler du péché « mortel » au péché « grave », par exemple, n'a pas effectué seulement un changement stylistique, mais une confusion au sujet de la Doctrine morale : les deux termes sont-ils les mêmes ? Dans l'affirmative, pourquoi un nouveau terme a-t-il été introduit ? Y a-t-il encore des péchés « mortels » et des péchés « véniels » ou seulement une échelle mobile de « gravité » sur laquelle le péché n'est plus divisé en deux catégories ? Comment cela affecte-t-il la façon dont on s’en confesse ou de la nécessité de s’en confesser ?

Cette perte de définition claire a caractérisé l'enseignement de l'Église depuis Vatican II. Certains ont bien accueilli ce flou des lignes de Doctrine. La confusion permet une interprétation personnelle. Et la confusion a été le but du Saint-Siège depuis plus d'un demi-siècle maintenant. Cette affirmation est-elle trop extrême ?

Avec Amoris Laetitia, la mise à jour est près de son achèvement

Si la clarté de la Doctrine était la politique du Vatican, nous n'aurions pas été témoins de l'avalanche de documents émanant de Rome depuis Vatican II, documents qui ont effectivement enterré le vieux magistère. La « mise à jour » qui a été en cours n'a jamais été destinée à présenter la Doctrine traditionnelle dans un langage plus attrayant et moderne : elle devait obscurcir, interroger, réinterpréter et finalement rejeter et remplacer cette Doctrine.

Le philosophe Danois Soren Kierkegaard a souligné depuis longtemps que les révolutions peuvent se produire de deux manières différentes. Il a déclaré qu'une révolution passionnée détruira toutes les anciennes structures à la manière de la Révolution Française ; mais une révolution qui manque de passion laissera les anciennes structures debout, mais « astucieusement » vides de leur importance. Vatican II était une révolution sans passion.

Les anciennes Doctrines n'ont pas été rejetées dans une rupture audacieuse avec le passé. Elles ont été vidées de leur importance. La clarté et la précision de l'enseignement Catholique ont dû être remplacées si l'Église devait cesser de s'opposer au monde moderne et la rejoindre dans sa marche présumée de progrès. Mais le progrès doit toujours être un mouvement d'un point à l'autre. Juste où est le monde moderne — et ses nouveaux amis dans l'Église — vont-ils aller ?

La seule mission de l'Église est le salut des âmes. Le groupe G-7, Bilderberg, l'Union Européenne ou les Nations Unies participent-ils à cette mission ? Est-ce que le Pape François, en tant que leader de la Gauche Globaliste Mondiale, appuyé par les médias, proclame que le salut ne peut être atteint que par une personne qui meurt en état de grâce via les instruments indispensables de la Foi et des Sacrements Catholiques ? Si tel est le cas, les médias semblent avoir manqué son message et qu'ils croient être cohérent avec l’agenda de la Gauche : à savoir la justice sociale comme justification du socialisme, avec l'idéal d’un gouvernement unique par une élite « éclairée ». L'Église s'est alignée sur cet idéal depuis Vatican II.

Depuis l'obéissance de Paul VI aux Nations Unies, il est habituel pour chaque nouveau Pape de comparaître devant cette assemblée, à la manière d'un ambassadeur présentant ses lettres de créances à un Chef d'État. Les allocutions papales aux Nations Unies sont des déclarations rédigées avec soin qui font apparaître que l'Église et l'U.N. ont des objectifs communs, mais cette apparence vient au détriment d'une expression claire des vérités Catholiques essentielles. Ces vérités incluent la Doctrine selon laquelle il n'y a pas de salut en dehors de l'Église. Rien ne pourrait être plus hostile à la substance et au sentiment des politiques de l'U.N. et aux dirigeants de la Gauche, donc cette Doctrine doit être éliminée si l'Église doit prendre sa place aux tables du pouvoir dans le monde moderne.

La force motrice au Vatican au cours du dernier demi-siècle peut être énoncée en un mot : l'œcuménisme. Depuis Vatican II, l'Église a fait de l'œcuménisme sa priorité. (Voir : « Les Vêpres Anglicanes » à Saint-Pierre : Une autre fausse exposition d'unité qui n'existe pas ».) L'œcuménisme n'a jamais été défini, ce qui lui permet de changer de forme. Quels que soient les restes de l'orthodoxie que Jean-Paul II et Benoît XVI ont défendus, ils ont été compromis par ce qu'ils ont dit et fait pour promouvoir l'œcuménisme, ce qui peut être considéré comme un désir de dissoudre toutes les différences doctrinales dans un flot de bonne volonté. Le discours Protestant, « Agir, pas croire », le résume très bien. (Voir : « François proclame un nouveau péché : le« péché contre l'œcuménisme ».) Et lorsque la croyance est obscurcie, ignorée ou discrètement oubliée, l'Église peut alors lier les armes avec le monde dans sa marche vers le « progrès ».

Il est ironique que certains « conservateurs » regardent avec nostalgie la papauté de Jean-Paul II ou de Benoît XVI, qu'ils considèrent maintenant comme des piliers de l'orthodoxie. Ces deux Papes étaient fervents dans leur promotion de l'œcuménisme. Ils ont contribué de toutes les façons à favoriser la confusion même qui a marqué son point culminant sous le règne du Pape François et son document sous sa signature, Amoris Laetitia.

Qu’est-ce qui aurait été important si Jean-Paul II avait défendu l'enseignement de l'Église traditionnelle dans certains documents alors qu'il a accepté toute hérésie comme acceptable, en accordant la prémisse que le « Saint-Esprit » est actif dans nos « églises sœurs », c'est-à-dire dans les sectes qui rejettent le Dogme Catholique sur le mariage, la contraception, le divorce, les sacrements, le sacerdoce, la papauté, etc. Si le salut peut être accueilli dans ces « églises sœurs », alors quelle est précisément l’importance du magistère? Il devient un « supplément optionnel », applicable uniquement à ceux auxquels il est attrayant.

La notion d'« accompagnement » pour les divorcés/remariés dont le Pape Bergoglio fait la promotion n'est rien de neuf. (Voir : « L'Archevêque Paglia : le Prélat Bergoglien par excellence ».) N'est-ce pas la même chose que de dire que le Saint-Esprit est actif chez ceux qui rejettent et vivent délibérément en dehors de la communion de l'Église Catholique ? Si ceux qui choisissent de vivre en adultère peuvent dire qu'ils font de leur mieux, offrant leur réponse la plus généreuse à Dieu « dans les circonstances concrètes » de leur vie, et peuvent donc recevoir la Sainte Communion, alors le principe du jugement privé, le fondement du Protestantisme est maintenant accepté par le Pape comme un principe moral qui remplace le magistère. La Doctrine devient un idéal, pas un commandement — un conseil de perfection, si vous voulez. Et comme beaucoup ne s'efforcent pas d'être parfaits, ni capables de le faire, toute lacune est plus ou moins acceptable. Après tout, ça dépend de vous.

N'est-ce pas le principe sur lequel l'œcuménisme est fondé ? Et l'Église, dans le magistère de chaque Pape au cours du dernier demi-siècle, n'a-t-elle pas privilégié l'œcuménisme ? Ne prétendons pas que l'hétérodoxie du Pape François est une aberration ou un départ. C'est le résultat logique, inévitable d'une politique poursuivie par ses prédécesseurs. Le Pape Émérite n'a jamais exprimé rien d’autre que son soutien enthousiaste à son successeur (ou co-pontife dans le ministère « actif »). Pourquoi le ferait-il ?

Et pouvons-nous imaginer que Jean-Paul II, dont la papauté a été incarnée par les rencontres d'Assise auxquelles toutes les religions ont le même statut, se détournerait de l'application de la logique œcuménique qui se manifeste dans Amoris Laetitia ? Si ceux qui sont en dehors de l'Église peuvent trouver le salut dans leur secte choisie, pourquoi les personnes à l’intérieur de l’Église qui refuseraient des aspects de son enseignement moral ou dogmatique se verraient refuser les mêmes accommodements ?

Lorsque l'Église a fait de l’« aggiornamento » sa politique d'orientation, elle s'est rendue à la mode, que voudrait dire d’autre les termes « mise à jour » si ce n’est que de suivre le rythme des temps ? Mais les temps sont hostiles à la Foi Catholique, et toute « mise à jour » ne peut que résulter à se compromettre avec ceux qui rejettent l'autorité de l'Église, en particulier en matière de morale sexuelle à laquelle le monde moderne est obsédé.

Maintenant, l’« aggiornamento » a créé son chef-d'œuvre de confusion avec Amoris Laetitia. Mais est-ce vraiment une confusion ? N'est-il pas clair ce que le Pape veut dire et ce qu'il a comme intention ? La confusion ne se produit que chez ceux qui souhaitent rester aveugles.

On nous dit par ceux qui connaissent le contenu du Troisième Secret de Fatima que l'apostasie dans l'Église va commencer par le sommet. C'est ici, clairement observé par tous ceux qui ont le courage de regarder en face ce qui se passe. Et il n'y a qu'une seule réponse, une solution ouverte à nous maintenant : obéissez à Notre-Dame de Fatima. Seulement Elle peut nous aider.