dimanche 25 juin 2017

Plusieurs dirigeants Catholiques affirment
que l'homosexualité est « cohérente » avec le Catholicisme.

Les dirigeants de l'Église marchent-ils à leur suite ?



par : BlogsCatholic Church
SOURCE : Life Site News
Jeudi le 22 juin 22, 2017 - 11 :03 am EST

AVERTISSEMENT : Cet article commence par une déclaration clinique crue parce que tous les Catholiques doivent connaître la vérité et ne pas rester inconscients.

22 juin 2017 (LifeSiteNews) - Quand un homme et une femme font l'amour, les miracles de la conception et de la naissance sont possibles. Lorsque deux hommes tentent de même, le résultat le plus glorieux possible est une décharge anale du sperme mélangé à de la matière fécale.

Malgré le contraste frappant, les Catholiques de haut niveau en position de pouvoir et d'influence en Amérique du Nord ne sont plus en mesure de détecter une différence importante entre les deux. Ils acceptent non seulement le fait d'être « homosexuels » comme étant tout à fait normal, ils favorisent le mariage entre conjoints homosexuels, un mariage anti-conjugal, anti-complémentaire et sans genre, tout à fait égal au mariage entre un homme et une femme.

Vous connaissez déjà beaucoup de leur nom : le Premier Ministre Canadien Catholique Justin Trudeau, pour lequel le mariage « gay » est un « principe fondamental » ; le Juge de la Cour Suprême des États-Unis Anthony Kennedy, qui a inventé un droit national pour un mariage sans genre ; l'ancien ex-Vice-Président Catholique Américain Joe Biden, qui a célébré des mariages sans genre ; la porte-parole Catholique de la minorité Démocrate au Congrès, Nancy Pelosi, qui affirme que le « mariage » de même sexe est parfaitement « cohérent » avec le Catholicisme ; le Gouverneur Catholique de New York, Andrew Cuomo, le Sénateur Catholique de Virginie et co-listier pour la campagne électorale avec Hillary Clinton, Tim Kaine, et beaucoup d'autres qui défendent énergiquement l'homonormalité.

Dans le même temps, ces VIP Catholiques deviennent de plus en plus incapables de discerner la différence entre hommes et femmes et la signification de la complémentarité. Ils favorisent maintenant la transnormalité.

De toute évidence, quelque chose est de travers avec les opinions dominantes sur le mariage et la dignité humaine parmi nos élites Catholiques lorsque la sodomie constitue la consommation conjugale et que les organes génitaux ne représentent plus le genre.

Le fait qu'ils continuent à jouir de la pleine communion avec l'Église en dépit de la diffusion de mensonges qui défient la loi naturelle et qui nient l'Évangile n'a servi qu'à les encourager et à inviter les autres à suivre leur exemple.

Les esprits des dirigeants Catholiques se sont calés dans la platitude suivie de l'obscurité jusqu’à la dépravation, et ils ont l'intention de nous entraîner avec eux — par la force de la loi, si nécessaire — et si ce n’est pas nous, ce sera nos enfants.

Le portrait global est pire. Bien pire

Mettons de côté le monde des élites politiques et sociétales Catholiques Nord-Américaines pendant un moment. Une menace beaucoup plus grave nous regarde en face.

Que se passera-t-il lorsqu'une masse critique des prélats et des clercs de l'Église se détachera de la vérité ? Que se passera-t-il lorsqu'ils trouveront les voies du monde plus attrayantes que le message de l'Évangile, échangeant le magnifique Magistère de l'Église pour les caprices de la culture populaire ?

Nous sommes sur le point de découvrir.

S’éloigner de la vérité, annuler l'œuvre du Saint-Esprit

Certains prêtres et Évêques de haut niveau semblent être attirés par la promotion des promesses vides du monde que les Catholiques rejettent au baptême. Par exemple : le Père James Martin, SJ, rédacteur en chef du magazine Jésuite America, récemment nommé au Vatican en tant que consultant en communication ; le Cardinal Joseph Tobin, Rédemptoriste, Archevêque de Newark, New Jersey ; l’Évêque John Stowe du Diocèse de Lexington dans le Kentucky ; Mgr Vincenzo Paglia, aujourd'hui à la tête de l'Académie Pontificale pour la Vie et de l'Institut Pontifical Jean Paul II pour les Études sur le Mariage et la Famille.

Alors que le Vatican semble rassembler et promouvoir les homosexuels et les transgenres, l’encouragement à accepter ces étranges idéologies déformantes de l'humanité est palpable chez nous en Amérique du Nord.

Tout récemment, le Diocèse de San Diego a annoncé que le Père John Dolan, un prêtre avec un profil LGBT positif, a été nommé par le Vatican pour être un Évêque auxiliaire.

Dans l'Archidiocèse de Baltimore, la paroisse de Saint Matthieu a favorisé l'homosexualité et sa compatibilité avec le Catholicisme depuis des années.

Dans l'Archidiocèse de New York, l'église Saint-Sacrement a annoncé que son groupe « Gay Fellowship » [ communauté « gay»] s'associait à « Born This Way Foundation » [ Fondation « Nés ainsi » ] de Lady Gaga pour organiser une danse de collecte de fonds dans la salle paroissiale le 17 juin.

Même l'aumônier des Jésuites à la Chambre des représentants des États-Unis, Patrick J. Conroy, suggère que l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité est « obsolète », le considérant dans « une impasse ». Il implique que le « mariage » homosexuel est le seul chemin du bonheur pour ceux attirés par le même sexe.
Si l'Église commence maintenant à diluer la vérité magistérielle, en mélangeant le profane avec le sacré, où iront les gens attirés par le même sexe lorsque nos consciences nous parleront ? Les confessionnaux, transformés en kiosques d'affirmation de soi, ne réconforteront personne et dispenseront des tragédies.

Qu'arrivera-t-il avec les hommes et les femmes, les garçons et les filles, sexuellement attirés par le même sexe, si l'Église lance la vérité par la fenêtre et déroule un tapis d'accueil arc-en-ciel ? Cela ne fonctionnera pas, parce que c'est la vérité qui attire les gens dans l'Église et qui fait tourner les cœurs vers le Christ. C'est la vérité qui résonne dans les cœurs et fait appel à l'intellect. C'est le pur message Évangélique qui inspire, non les mensonges et les promesses vides du monde.

Qui suis-je pour juger ? Laissez-moi vous le dire…

Je suis attiré par le même sexe et je me suis éloigné une fois de mon mariage et de l'Église alors que j'ai vécu comme un homme gai.

Pourtant, quelque chose s'est agité en moi. C'était ma conscience. Après les premiers moments de liberté ressentie, j’ai senti intérieurement que quelque chose n’était pas correcte, peu importe à quel point j'ai essayé de supprimer cette pensée. De nos jours, il est presque unanimement convenu que ce malaise de conscience vient de l'hétéronormalité sociétale. On nous dit que les pressions culturelles extérieures font que les gens attirés par le même sexe se sentent « différents », ce qui entraîne une dépression, des problèmes de comportement, voire des suicides. Le terme maintenant en vogue est le « stress minoritaire ».

On nous dit aussi que l'Église est « non accueillante » parce qu'elle n'approuve pas le comportement du même sexe qui ne soit pas chaste, que l'Église est « non amicale envers les hédonistes ».

Mon expérience raconte une histoire différente. J’ai vécu une reconnaissance intérieure puissante et innée qu'il y avait quelque chose qui n’allait pas dans mon comportement. Ce n'était pas la société qui me disait que j'étais « méchant » ou qui m'accusait ou qui m'abandonnait. Bien au contraire, je me suis senti accepté à 100% par tout le monde que je connaissais. Leur acceptation n'était donc pas le problème. Non. Ma propre conscience parfaitement fonctionnelle m'a parlé, ce qui m'a conduit à la compréhension de moi-même.

À la fin, j'ai décidé de vivre une vie chaste, de retourner avec ma femme et à l'Église Catholique. Pourquoi ? Parce que c'est dans l'Église que la vérité se trouve comme en aucun autre endroit sur la terre : une bonne mesure, bien serrée et secouée, débordante. (Luc 6 :38). Et pas seulement la vérité ; j'ai trouvé une communauté authentique et intime avec des frères Catholiques dans ma paroisse que j'adore et qui m'aiment. L'un des plus grands aspects de l'amour fraternel au sein de la vie paroissiale est le suivant : nous nous aidons mutuellement à ne pas pécher, à trouver une communion toujours plus grande avec Dieu et à avancer comme des hommes qui se tiennent sur la brèche.

Je peux facilement répondre à la question maintenant célèbre du Pape François : « Qui suis-je pour juger ? » Je suis un Chrétien qui examine chaque jour ma conscience. Je dois juger, parce que la vérité connue et l'Esprit m'invitent à le faire. C'est mon travail de juger, de rechercher la vérité, de nier les mensonges et l'attrait de la chair et du monde.

Si ce n'était de l'enseignement solide de l'Église Catholique qui défiait ma vie, confirmant le travail du Saint-Esprit dans ma vie, je serais perdu.

Les Catholiques chastes attirés par le même sexe sont déconcertés par les messages croissants et mitigés issus de l'Église, en particulier de ses prélats. Et comme les voix de l'Église qui appellent celle-ci à se rendre à la révolution sexuelle deviennent plus fortes, la voix de l'Évangile devient plus faible. Ces messages mélangés endommagent les vies, excusant le comportement même et les schémas de pensée que beaucoup cherchent à éviter. Ils annulent l'œuvre du Saint-Esprit.

Troquer le roc pour du sable

Satan a longtemps porté un chapeau protecteur de construction lorsqu'il creusait sous l'Église, faisant sauter la base de roc solide de la vérité de l'Église et en la remplaçant par des camions et des camions chargés de sable. L’excavation et le creusage de tunnels émanaient de l'extérieur de l'Église, c’étaient les dirigeants de ce monde qui creusaient sous terre. Mais maintenant, les marteau-piqueurs sont opérés par les ecclésiastiques qui prennent le contrôle des tâches que les extrémistes à l'extérieur de l'Église avaient l’habitude de faire.

Avec la fondation magistérielle de l'Église affaiblie, la structure ci-dessus restera intacte pendant un certain temps, mais une fois que de nouvelles vagues d'attaques commenceront à déferler, peut-être du monde de l'intégrisme Musulman, la structure commencera à s'effondrer visiblement : lentement d'abord, puis rapidement . Très rapidement. Avec la fondation de l'Église ébranlée, la Foi de beaucoup va trembler et s'effondrer et les institutions Catholiques cèderont et tomberont.

Beaucoup seront pris par surprise, se demandant alors qu'ils erraient sur les décombres comment cela a pu se produire si vite.

Pourtant, assurez-vous, l'Église appartient au Christ et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre Elle. Pourtant, la question inquiétante demeure : combien seront perdus à cause des Évêques Catholiques et des académiciens qui auront perdu leur chemin ?