jeudi 29 juin 2017

Cardinal Caffarra :
La prophétie de Sœur Lucie
d'une « bataille finale » sur le mariage et la famille
est « accomplie aujourd'hui ».


par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Network Perspectives
Le 29 juin 2017

Cette chronique a noté plus d'une fois que, aujourd'hui, nous assistons à l'accomplissement de la prophétie épistolaire de Soeur Lucie au Cardinal Carlo Caffarra, clairement exprimée à la lumière du Troisième Secret de Fatima, à savoir que « la bataille finale entre le Seigneur et le royaume de Satan sera sur le mariage et la famille ».

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Dans un entretien exclusif avec Corrispondenza Romana (ma traduction), le Cardinal Caffarra, l'un des quatre « Cardinaux des dubia » qui se sont prononcés contre les effets ruineux d'Amoris Laetitia, confirme cette conclusion. Après avoir discuté de l'unicité des apparitions de Fatima comme une série de prophéties impliquant le monde entier, on a posé au Cardinal la question suivante à laquelle il a donné la réponse suivante :

« Et aussi les paroles de Sœur Lucie sur « la bataille finale » étaient une prophétie ?

« Oui absolument. Ce que Sœur Lucie m'a écrit est aujourd'hui accompli ».

Le Cardinal a fourni des détails intéressants sur la façon dont il en est venu à recevoir sa lettre. En 1981, en tant que membre d’origine de l'Institut Jean Paul II pour l'Étude du Mariage et de la Famille — l'Institut même que le Pape Bergoglio est en train de subvertir à l'aide du pro « gay » et du pro - Communion pour les adultères publics, l'Archevêque Vincenzo Paglia — alors le Père Caffarra s'inquiétait de l'accueil négatif que l'Institut naissant recevait des adversaires de l'enseignement traditionnel sur le mariage et la famille à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église. Et il raconte : « Sans avoir demandé à personne, j’ai pensé : « J'écrirai à Soeur Lucia ».

Son intention était seulement de demander ses prières, car l'Institut était littéralement dédié à Notre-Dame de Fatima — « au point que (j'espère qu'il en est encore ainsi aujourd'hui), entrant à l'Institut, au bout du couloir, il y a une statue de Notre-Dame de Fatima et la chapelle de l'Institut est dédiée à Notre-Dame de Fatima. « Une connexion remarquable de l'Institut à la prophétie même qui a révélé une menace pour son existence et ce qu'elle représente.

Le Cardinal révèle que, à cette époque, vers 1983, quand Lucie avait été mise au silence par le Vatican et qu'elle ne contredisait pas la nouvelle ligne du parti sur Fatima, « pour avoir un contact quelconque avec Sœur Lucia, même par lettre, il fallait passer par son Évêque ». À la grande surprise du Cardinal, cependant, l'Évêque a non seulement refilé sa lettre, mais « après pas plus de deux ou trois semaines, j'ai reçu une réponse. C'était une longue lettre écrite à la main » où Lucie a révélé qu’« il viendra un moment où la bataille décisive [finale] entre le règne du Christ et Satan portera sur le mariage et la famille. Et ceux qui travaillent pour le bien de la famille subiront des persécutions et des tribulations ».

Le Cardinal non seulement confirme que cette prophétie se déroule maintenant mais va même jusqu'à dire que, en ce moment de l'histoire de l'Église, « Satan crée une anti-création ». Par là, il signifie spécifiquement une attaque contre les « deux piliers » de la création de Dieu : le « respect absolu » dû envers la dignité humaine et « la relation entre l'homme et la femme qui est sacrée ».

En effet, poursuit-il, la « bataille finale » en cours implique précisément une attaque contre la féminité par « la légitimation de l'avortement » et par « la tentative d'assimiler les relations homosexuelles avec le mariage ... comme si [Satan] lui-même provoquait le Seigneur en Lui disant : « Je ferai une autre création et l'homme et la femme diront : nous l'aimons ainsi beaucoup mieux ».

Ce commentaire a provoqué la question : « La femme est donc le champ de bataille ? » à laquelle le Cardinal a répondu avec une référence à la prophétie de la Genèse de l'inimitié entre la femme et le serpent dont Elle écrasera la tête : « Dans la Bible il y a un détail qui m'a toujours frappé. Après le péché originel, Dieu confronte le serpent et dit : « Je mettrai de l’inimitié entre toi et la femme. ». Dieu a implanté une inimitié particulière chez la femme envers le mal comme si la femme avait une sorte d'instinct pour le bien. Le texte se poursuit : « Entre ta descendance et sa descendance » et ici les théologiens voient la prédiction du Fils de Marie ... »

Une interview fascinante qui confirme ce qui ressort déjà de cette perspective de Fatima : que la bataille pour l'Église en cette période de crise inégalée sera gagnée selon la norme de Notre-Dame de Fatima.