mardi 25 octobre 2016

Maintenant, les Cardinaux parlent ?



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Network Perspectives
Le 24 octobre 2016

Alors que la discipline Eucharistique pérenne de l'Église concernant l'impossibilité d'admettre les adultères publics en « seconds mariages » commence à se fragmenter pour la première fois en 2 000 ans et que le péché mortel de la Communion sacrilège est maintenant considéré encore comme un péché mortel dans certains endroits mais « miséricorde » dans d'autres, les Cardinaux ont enfin commencé à parler en public.

S’ils parlaient seulement de cette situation. Malheureusement, non. Comme le rapporte la chaîne Fox News, ce qui leur a fait trouver la voix d'une opposition outragée est la décision du Vatican de permettre à McDonald d'occuper un espace « juste au-dessous d'un complexe d'appartements où plusieurs Cardinaux vivent — et en vue de la place Saint-Pierre ».


L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Fox News note que, dans une interview avec le quotidien italien La Repubblica, le Cardinal Elio Sgreccia a dénoncé le plan comme « une décision perverse controversée pour dire le moins » qui est « loin d'être respectueuse des traditions architecturales de l'une des places les plus pittoresques qui a vue sur la colonnade de Saint-Pierre ».

Fox News note en outre que Sgreccia « qui ne vit pas dans le complexe d'appartements touchés qui ont vue sur le restaurant en bas, parlait au nom des sept Cardinaux qui résident dans le site de 5 800 pieds carrés (539 mètres carrés). Un Cardinal était tellement en colère qu’il a même écrit une lettre à François l’exhortant de faire une intervention dans le projet commercial ».

Maintenant, bien sûr, la décision de permettre à McDonald de se situer à la vue de la Place Saint-Pierre dans un bâtiment historique est un scandale. Je suis familier avec la place en question qui jouxte la Place Saint-Pierre et la présence d'un McDonald là serait obscène. Rien ne représente la « culture jetable » que François dénonce constamment plus que McDonald ou les méga-capitalistes avides qui exploitent les pauvres — dans ce cas, en les nourrissant de la malbouffe qui contribue au développement de maladies chroniques tout en payant des salaires inférieurs aux normes pour les employés pauvres qui servent cette ordure produite en masse, ce qui génère des montagnes de déchets non biodégradables.

Mais les Cardinaux furieux ne devraient pas retenir leur souffle en attendant que François honore ses principes professés par l'arrêt de ce projet absurde — pas quand il y a un loyer mensuel de € 30,000 (32 700 US$) à l'horizon. La même chose a été vraie lorsque François a permis de louer la chapelle Sixtine à Porsche pour un concert privé — la première fois qu'un Pape a permis qu’un espace sacré soit utilisé pour un événement d'entreprise. L’argent comptant parle ; la rhétorique vide marche.

Mais pourquoi pas un seul Cardinal n’a dénoncé publiquement comme « une décision perverse controversée pour dire le moins » le feu vert du Pape à « régionaliser le péché » et à saper la discipline universelle de l'Église concernant l'admission des personnes divorcées et « remariées » à la Sainte Communion ? Où sont les lettres « furieuses » à François de la part de ces Cardinaux « exhortant une intervention » pour arrêter la destruction de l'intégrité morale de l'Église et prévenir à la fois des dommages sacrilèges et graves, des dommages très probablement éternels à d'innombrables âmes ?

Comme Roberto de Mattei l'a dit :

« Les Prélats Romains vont rugir quand ils verront leurs propres résidences menacées, mais perdent leur voix face aux événements qui secouent la Foi et la morale Catholique tels que l'exhortation Amoris Laetitia et l'acceptation de Luther le 31 octobre à Lund ».

Pourquoi ? Parce que les Prélats Romains ne se soucient tout simplement pas des « événements qui secouent la Foi et la morale Catholique ». Ils ne s’en soucient pas parce que, comme le contretemps du McDonald le démontre, « là où est ton trésor, là aussi est ton cœur » (Matt. 6 :21 ). Il semble que leurs coeurs ne soient pas dans la Foi même si leurs esprits le croient comme un ensemble de propositions. Leurs cœurs plutôt semblent être nichés dans leurs habitats Romains. Ils vont défendre celles-ci avec une passion tout en observant un silence froid et politique en ce qui concerne l'apostasie qui « commence d’en haut » comme le Cardinal Ciappi a averti à la lumière du Troisième Secret de Fatima.

Telle est la crise que l'Église endure aujourd'hui — la crise dont nous a avertis la Vierge il y a près d'un siècle dans le texte que nous avons encore à voir.