samedi 29 octobre 2016

Derrière les Portes de Bronze

Les Radicaux de Soros complotent avec le Vatican



Article écrit par Elisabeth Yore
Le 24 octobre 2016

Elizabeth Yore est une avocate internationale spécialisée en matière des droits de l'enfant, de la famille et un membre de l'Institut Heartland.Elle a enquêté sur plusieurs cas d'abus sexuels de l’Église.

Elle suit à la loupe la cause de l'environnement des Nations Unies car ils entendent propager dans leurs programmes l'avortement et la contraception. Ça l'horripile de voir l'Église copiner avec les Nations Unies sans ne rien dire sur ces aspects.

SOURCE : The Remnant


« Toutes les actions efficaces exigent le passeport de la morale »

Saul Alinsky, Règles pour les Radicaux





Publication de WikiLeaks ! Plus de e-mails sur Podesta

Goutte-à-goutte, goutte-à-goutte, goutte-à-goutte. Le Tibre déborde avec les fuites des documents de WikiLeaks qui révèlent la relation des agents tristement célèbres de George Soros avec les prélats de haut niveau du Vatican. Ils démontrent que l'ennemi a escaladé les murs du Vatican et est maintenant confortablement installé derrière les Portes de Bronze de Saint-Pierre.

En août 2016, le premier lot de courriels choquants étaient dévoilés dans le déchargement de DCLeaks qui a mis à découvert les documents de l’Open Society Foundation de George Soros confirmant la collaboration étroite entre les agents de Soros et le Vatican ; ce fut mis en évidence dans un rapport d’une réunion du Conseil d’administration de l’Open Society Foundation en mai 2015. Les notes du procès-verbal mentionnaient une dépense de 650 000 $ à PICO (People Improving Communities through Organizing — Les gens qui améliorent les communautés par leur organisation) pour organiser des activités afin d’engager François sur les questions économiques et raciales :

Visite de François —$ 650,000 (USP) :

« La première visite du Pape François aux États-Unis en septembre comprendra un discours historique au Congrès, un discours à l'ONU et une visite à Philadelphie pour la « Rencontre Mondiale des Familles ». Afin de saisir ce moment, nous (Open Society Foundation) soutiendrons les activités d'organisation de PICO pour engager le Pape sur les questions de justice économique et raciale, incluant notamment l’utilisation de l'influence du Cardinal Rodriguez, conseiller principal du Pape et par l'envoi d'une délégation pour visiter le Vatican au printemps ou à l’été afin de lui permettre d'entendre directement des Catholiques à faible revenu de l’Amérique ».

Le but de la collaboration Soros / Vatican était de coordonner les allocutions du Pape aux États-Unis avec la campagne Clinton. Soros a cherché à aligner les points de discussion de la campagne de Clinton avec les discours du Pape lors de son voyage des États-Unis. Le but de la subvention à PICO vise à renforcer les préoccupations mutuelles entre le Pape et l’agenda de la campagne de Clinton et à amener le Pape populaire à renforcer les thèmes de campagne de la candidate démocrate dans l'espoir d'influencer les élections américaines de 2016. Soros finance une série d'opérations de la campagne Clinton avec la coquette somme de 25 millions $. Soros comprend qu'il est crucial de diviser et de diluer le vote Catholique en utilisant l’agenda de la justice sociale du Pape comme procuration pour la plate-forme Démocratique.


Durée : 2 min 52 sec

Qui est-ce PICO, le bénéficiaire de la subvention de $ 650,000, qui organisera des activités pour engager le Pape sur les activités de la justice économique et raciale ? Selon KeyWiki, PICO est « un réseau national d’organisations progressistes religieuses ». PICO a été fondé en 1972 par John Baumann, un prêtre Jésuite formé en organisation communautaire par Saul Alinsky à Chicago dans les années 1960.

PICO et l’Open Society Foundation identifient le Cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga comme le très favorisé candidat retenu par François qui dirige le prestigieux Cabinet des Neuf du Pape. Le Cardinal Rodriguez sert de conduit sympathique et disposé pour promouvoir leur cause globaliste mutuelle. Les gens de Soros l’ont identifié intelligemment et clairement comme le prélat le plus puissant du Vatican pour faire avancer l'agenda radical Soros. Comme c’est rusé !

La réunion PICO au Vatican a-t-elle jamais eu lieu ? Pensez-vous que Soros n’en a pas eu pour son argent (650 000 $ ) au Vatican ?

Les détails du voyage de PICO au Vatican ont été signalés dans un courriel révélateur à John Podesta, Président de la Campagne Présidentielle Clinton. Avec la plus récente documentation publiée par Wikileaks concernant les e-mails de John Podesta, les Catholiques connaissent maintenant les détails du voyage de PICO financé par Soros au Vatican. Comme dirait François : « Le Dieu de Surprises » ne déçoit pas ; le voyage a été un succès retentissant !

Le but du voyage était d'assurer un thème commun avec le Vatican afin d'aider à organiser les agents du Parti Démocrate. Le Vatican a servi de complice à la stratégie Alinsky du Parti Démocrate :

« À la fin de la journée, notre visite nous a confirmé une stratégie globale : François, en tant que leader de stature mondiale, mettra au défi l’« idolâtrie du marché » aux États-Unis et sonnera un appel de clairon pour changer les politiques qui favorisent l'exclusion et l'indifférence envers les plus marginalisés. Nous croyons ce moment générationnel pour lancer une organisation extraordinaire qui favorise des choix moraux et permettra d'établir une boussole morale. Nous croyons que la visite du Pape et le travail que nous faisons collectivement autour d'elle, peut aider beaucoup dans la démarche de notre pays au-delà des vieux conflits idéologiques qui dominent nos débats politiques et permettront d’embrasser de nouvelles opportunités pour faire avancer le bien commun ».

Selon le courriel divulgué de Podesta, le Vatican a déployé le tapis rouge (jeu de mots intentionnel) pour la délégation PICO alignée avec le financement de Soros des pasteurs de diverses confessions de Black Lives Matter. La fuite du courriel en date du 18 juin de 2015 fournit un résumé détaillé et éclatant de la réunion à John Podesta, Président de la Campagne Clinton et confident et bénéficiaire de George Soros :

« PICO a envoyé une délégation de 15 [sic] personnes composées du clergé, de dirigeants et de personnel pour visiter le Vatican la semaine dernière. Le Cardinal Rodriguez, après nos conversations avec lui à Philadelphie, a facilité nos visites... »

Sans surprise, le Vice Pape, le Cardinal Oscar Maradiaga Rodriguez a coordonné l'accueil somptueux pour la délégation PICO composée de radicaux de Black Lives Matter ( financés par Soros ), un pasteur de la Commission Ferguson, ( les émeutes de la ville de Ferguson financées par Soros ) et des organisateurs du parti Démocratique de l'Union SEIU ( Union internationale des employés des services ). Apparemment, les questions de justice sociale radicales ont dominé les vastes pourparlers des trois jours au Saint-Siège :

« Notre équipe comprenait plusieurs pasteurs afro-américains de PICO profondément impliqués dans Black Lives Matter (financé par Soros) y compris le travail d’un Pasteur de St. Louis qui est sur la Commission Ferguson ; le Révérend Alvin Herring, notre directeur adjoint qui a travaillé en étroite collaboration avec le clergé de Baltimore ; un DREAMer (un gradué ayant bénéficié du Fonds national de bourses scolaires pour immigrants ) de la Floride ; un prêtre de la Californie qui était autrefois lui-même sans papiers ; un diacre noir Catholique qui dirige notre travail sur l'incarcération de masse à la Nouvelle Orléans ; et deux travailleurs de la SEIU qui contribuent à diriger la lutte pour 15 travailleurs. Je suis fier de me tenir avec ce groupe incroyable ».

Est-ce la nature du dialogue interreligieux que François impose constamment aux fidèles de l'Église Catholique ? François nous refile le dialogue inter-religieux parce que « avec le dialogue seul — dit-il — que nous serons en mesure d'éliminer l'intolérance et la discrimination. Le dialogue interreligieux est une condition nécessaire pour la paix mondiale ». Dites ça aux propriétaires d'entreprises de la ville de Ferguson dont les bâtiments ont été brûlés à ras-de-sol par les anarchistes de Black Lives Matter. Sur la base de ces e-mails, le dialogue inter-foi du Vatican semble être une diatribe de justice sociale radicale avec les agents de Soros et les organisateurs d’union politiques. C’est bon à savoir.

Comme le courriel l’a indiqué, l’agent de PICO a divagué sur « ce groupe incroyable ». De quoi ce groupe étonnant a discuté au Saint-Siège ? Ont-ils bavardé à propos des fermetures massives d'églises Catholiques noires dans les quartiers pauvres ? Ont-ils discuté du ciblage stratégique des femmes noires pauvres par Planned Parenthood pour les avortements ? Ont-ils discuté de la désintégration tragique des familles noires et de la flambée des naissances noires hors mariage? Peu probable.

George Soros, le promoteur global de l'avortement sur demande, a envoyé ses agents au Vatican avec un plan de match spécifique. Le thème du voyage de trois jours avec les Cardinaux du Vatican a été dominé par l’agenda radical de gauche de George Soros et par le Parti Démocratique :

« Nos visites étaient des dialogues. Nous avons fait part de notre avis à l’effet que le Pape est un leader mondial d'une importance historique ; que son message d'exclusion, d'alarme concernant l'aggravation des inégalités et de sa préoccupation concernant l’indifférence mondiale sont importantes pour les États-Unis à entendre et à voir de façon vivante pendant sa visite ; et que nous avons l'intention d'amplifier ses remarques afin que nous ayons un dialogue moral plus profond sur les choix politiques au cours du cycle des élections de 2016. Dans nos réunions avec des fonctionnaires compétents, nous avons recommandé vivement que le Pape souligne — en paroles et en actes — la nécessité de lutter contre le racisme et contre la hiérarchie raciale aux États-Unis ».

Le but du voyage au Vatican et la subvention de Soros a jeté les bases de la campagne présidentielle. Les documents piratés sur Soros « dialoguaient » avec les Cardinaux du Vatican par le leurre de la haute théologie de la politique de la race. Il est clair que PICO, sur les ordres de Soros, ont pressé les fonctionnaires du Vatican de mettre l’emphase sur les points de discussion du Parti Démocrate concernant l'inégalité et l'exclusion au cours de l'élection de 2016. En d'autres termes, assurons-nous d’être sur la même page afin que Hillary Clinton soit élue.

Cette visite de PICO au Vatican a été stratégiquement chronométrée afin de définir la scène pour la visite du Pape aux États-Unis sur les questions intrinsèques à la plate-forme du Parti Démocrate : la race et l'inégalité. Soros comprend que ses attaques démocrates doivent consolider la base des électeurs noirs en renforçant le racisme et l’angoisse de l'électeur. Qui mieux que le leader populaire et moral, le Pape François, pour promouvoir leur thème du Parti Démocrate. Sans surprise, la réception du Vatican aux Radicaux de Soros a été extrêmement chaleureuse et expansive.

« Les conversations qui étaient initialement prévues pour trente minutes se sont prolongées en un dialogue de deux heures. Comme dans notre conversation du petit déjeuner avec le Cardinal Rodriguez, les hauts fonctionnaires du Vatican ont partagé des idées profondes qui démontrent une prise de conscience du climat moral, économique et politique en Amérique. Nous avons été encouragés à croire que le Pape va faire face à la race à travers un cadre moral ».

Le cercle intime du Pape a signalé aux agents de Soros que François aborderait la race apparemment à travers le faux prisme des émeutes de la ville de Ferguson et des émeutes de Black Lives Matter financées par Soros. Selon le Cardinal Rodriguez, François prêterait sa voix morale au paysage politique et aux questions distillées par George Soros et ses Radicaux inspirés d’Alinsky.

PICO et Soros ont saisi l'occasion d'exploiter l'autorité morale de la papauté pour fomenter l'action politique de Black Lives Matter et des militants du Parti Démocrate financés par Soros. Le voyage valait bien les 650 000 $ dépensés par Soros. En fin de compte, l'évaluation finale de l’opération exprimait une jubilation à propos de l'état d'avancement au Vatican :

« Je vous remercie de votre participation continue dans ce projet et serai heureux à tout moment de m’asseoir et de réfléchir avec vous autour des opportunités de la visite du Pape. Mon équipe travaille activement avec des partenaires pour planifier un ensemble élargi d'activités jusqu'à la fin de l'année ».

« Le monde a besoin d'un Nouvel Ordre Mondial et je suis ici pour vous avertir que nous entrons dans une période de désordre mondial ». ~

George Soros, Davos 1995

L’argent de Soros achète le désordre mondial. Le désordre mondial crée le terreau pour un Nouvel Ordre Mondial. Comme l'ancienne stratégie du général militaire chinois Sun Tzu l’affirme : « Au milieu du chaos, il y a aussi une opportunité ». Soros comprend cette dynamique démoniaque. Par conséquent, il fait travailler ses milliards.

George Soros a fourni 33 millions $ en un an pour soutenir la base, pour appâter les militants de la ville de Ferguson sur le terrain, selon ses plus récentes déclarations de revenus de son organisation sans but lucratif, l ‘Open Society Foundation. Les militants de Black Lives Matter ont créé le chaos et l'anarchie à Ferguson sous un scénario bidon forgé de brutalité policière avec les millions de Soros. Et partant de là, il a excité la base des électeurs noirs du Parti Démocrate.

Le thème du salut des âmes est désormais remplacé aux réunions du Vatican par le salut du Parti Démocrate. Les politiques des gauchistes Radicaux d’inspiration d’Alinsky dominent les discussions au Vatican. D'éminents Cardinaux de la Curie consacrent trois jours pour l’agenda de George Soros, l'athée auto proclamé et le promoteur mondial le plus virulent de l'avortement, de l'euthanasie, du chaos fabriqué et du Nouvel Ordre Mondial.

Un Nouvel Ordre Mondial est maintenant établi au Vatican. .