lundi 11 avril 2016

Préparation pour le Règne


par Mark Mallett
SOURCE : Le blog de Mark Mallett



IL y avait un bien plus grand plan derrière la Retraite du Carême à laquelle beaucoup d'entre vous ont participé. L'appel à cette heure à la prière intense, au renouvellement de l'esprit et à la fidélité à la Parole de Dieu est de fait une préparation pour le Règne — le Règne du Royaume de Dieu sur la terre comme au Ciel.

NE LAISSEZ PAS LE MAL VOUS DISTRAIRE

C’était autour de 2002, tout en conduisant le long d'un long tronçon de route dans le nord du Canada, j'ai soudainement entendu ces paroles :

Je lève ce qui le retient.

Je n’avais aucune idée de ce que ça signifiait. Mais, plus tard cette nuit-là, j'ai ouvert ma bible droit sur le passage de 2 Thessaloniciens Chapitre 2 alors que ça parle d'un temps d'anarchie qui viendrait, d’une grande apostasie qui porterait tous ses fruits par cet être méchant quand Dieu lèverait « ce qui le retient ». Un Évêque canadien m’a demandé d'écrire sur ce sujet afin que vous puissiez en lire plus à ce sujet ici : le retrait de « ce qui le retient ».

2 Thessaloniciens 2
Versets 6-7

Cependant, vous savez que quelque chose retient cet être méchant maintenant, de sorte qu'il n'apparaîtra qu'au moment prévu. La puissance secrète de la Méchanceté est déjà à l'oeuvre ; seulement, elle ne le sera pleinement que lorsque celui qui la retient encore lui laissera la voie libre.

Depuis ce temps, nous avons constaté l'explosion presque totale de la corruption dans presque toutes les facettes de la société humaine. Cela revient à dire que l'anarchie, l'anarchie judiciaire particulièrement, est sans retenue à cette heure (voir The Hour of Anarchy. « L’heure de l’anarchie »).

Mais écoutez, chers frères et sœurs, si l'anarchie ne va que s’intensifier et que le mal s’incarne lui-même dans presque toutes les formes imaginables, comme ça l’est déjà ... quel en est le bien pour nous de fixer notre regard face à tout ça ? Car le fait de passer son temps libre à contempler le mal transformera en effet votre esprit : d'une peur à l'autre. Non, l'antidote sûr pour l'esprit contre l'antéchrist est de contempler Jésus. Et telle fut la substance de notre retraite du carême.

Mais maintenant, levez vos yeux un peu à l'horizon et voyez ce qui est à venir ... le règne de Jésus.

L'ÈRE DE L'AMOUR

Lors de ce siècle passé, le voile a été levé de plus en plus alors que Dieu envoie des messagers — des prophètes pour nous aider à comprendre ce qui a déjà été révélé dans la Révélation Divine et dans la Tradition Sacrée mais qui n'a pas entièrement été compris.

... Cependant, même si la Révélation est achevée, elle n’est pas complètement explicitée ; il restera à la foi chrétienne d’en saisir graduellement toute la portée au cours des siècles. — Catéchisme de l'Église Catholique, n. 66

L'une de ces âmes, la Servante de Dieu Luisa Piccarreta, sous obéissance, a écrit des volumes des Paroles du Christ qui lui ont été données, des révélations qui sondent les profondeurs de Son Cœur et Son amour profond pour l'humanité — un amour qui sera plus actualisé dans l'ère à venir :

Ah, ma fille, la créature coure toujours plus dans le mal. Combien de machinations de ruine sont-ils en train de préparer ! Ils iront même jusqu'à s'épuiser dans le mal. Mais alors qu'ils s’occupent à aller leur chemin, Je vais M’occuper à l’achèvement et à la réalisation de Mon Fiat Voluntas Tua ( « Que Ta Volonté soit faite ») afin que Ma Volonté règne sur terre — mais d'une manière toute nouvelle. Ah oui, Je veux confondre l'homme dans l'Amour ! Soyez donc attentifs. Je vous veux avec Moi pour préparer cette ère du Céleste et Divin Amour ... — Jésus à la Servante de Dieu, Luisa Piccarreta, Manuscrits, 8 février 1921 ; extrait de La Splendeur de la Création, le révérend Joseph Iannuzzi, p.80

Pourquoi Jésus nous enseignerait à prier « Que Ton Règne vienne, que Ta Volonté soit faite sur la terre comme au Ciel » s’il ne devait pas en être ainsi ? Oui, chaque jour, il peut en être ainsi ... mais le Seigneur a aussi l'intention qu'il en soit ainsi jusqu'aux extrémités de la terre.

Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera annoncée dans le monde entier pour que le témoignage en soit présenté à tous les peuples. Et alors viendra la fin. (Matt 24 :14)

Or la Divine Volonté est comme une graine qui porte en elle la puissance créatrice qui a conçu, propulsé et élargi véritablement l’Univers. De plus la Divine Volonté s’est incarnée : la Parole a pris chair afin que le monde déchu puisse être établi dans la Personne de Jésus-Christ et qu’il soit fait entièrement nouveau encore une fois. Ainsi, qu’en nous unissant à ce Verbe-fait-chair, nous devenions individuellement une nouvelle création et qu’avec la transformation de l'ensemble du Corps du Christ, l'Église, la Création elle-même expérimente la puissance libératrice de la Croix ...

... C'est que la création elle-même sera libérée un jour du pouvoir destructeur qui la tient en esclavage et qu'elle aura part à la glorieuse liberté des enfants de Dieu. Nous savons, en effet, que maintenant encore la création entière gémit et souffre comme une femme qui accouche. (Romains 8 : 21-22)

Ainsi, ce qui est à venir sur le monde n’est pas la fin ; ce n’est pas l'extinction de la vie sur terre que Satan et ses pions semblent déterminés à apporter. C’est plutôt l'éclosion de la fleur de lys de la Croix, le dévoilement final de l'Épouse du Christ en préparation pour le retour de Jésus dans la Gloire afin « qu’Il puisse se présenter à Lui-même l'Église dans toute sa splendeur, sans tache, ni ride, ni rien de cela, qu'Elle puisse être sainte et sans défaut »[1] Saint-Jean-Paul II a parlé de cette grâce à venir avec laquelle l'Église serait couronnée avant la fin du temps :

Dieu lui-même a prévu d’amener cette sainteté « nouvelle et divine » avec laquelle le Saint-Esprit veut enrichir les Chrétiens à l'aube du troisième millénaire afin de « faire du Christ le Cœur du monde ». PAPE JEAN-PAUL II — adresse aux Rogationnistes, n. 6 www.vatican.va

PRÉPARER LE RÈGNE

Ainsi, les « douleurs de l’enfantement » à l’heure actuelle, qui bouleverseront toutes les nations, ne sont qu'une préparation pour le Règne de Jésus-Christ jusqu'aux extrémités de la terre quand Il deviendra « le Cœur du monde ». Dans ces douleurs avec le Corps du Christ, il y aussi Notre-Dame, la Médiatrice de toutes Grâces, la Femme de l'Apocalypse au chapitre 12 qui est enceinte et prête à donner naissance au Christ tout entier qui est à la fois Gentil et Juif. Elle a ces douleurs dans ce « temps de grâce » pour que nous puissions recevoir la « grâce des grâces ».

C’ est la grâce de M’incarner, de vivre et de grandir dans votre âme, de ne jamais la quitter, de vous posséder et d'être possédé par vous comme dans une seule et même substance. C’est Moi qui la communique à votre âme dans une compénétration qui ne peut pas être comprise : c’est la grâce des grâces ... C’est une union de même nature que celle de l'union du Ciel, sauf qu’au paradis le voile qui cache la Divinité disparaît ... — Jésus à la Vénérable Conchita, La Couronne et l'achèvement de toutes les saintetés, par Daniel O'Connor, p. 11 à 12 ; nb. Ronda Chervin, Walk with Me, Jesus (« Marchez avec Moi, Jésus »)

Ce dont nous parlons ici n’est pas de cette ancienne hérésie du millénarisme ou des ses ramifications. Ce n’est pas non plus la venue de Jésus dans sa chair glorifiée à la fin du temps mais c’est la venue de Jésus qui vient régner dans ses saints d'une manière nouvelle, mais encore à partir de Ses dons parfaits et efficaces qu’il a anoblis l'Église, à savoir les Sacrements. Cela a été confirmé par le Magistère dans la Commission théologique de 1952 :

Si avant la fin définitive, il doit y avoir une période plus ou moins prolongée de sainteté triomphante, un tel résultat ne sera pas amené par l'apparition de la Personne du Christ dans Sa Majesté, mais par l’opération de ces pouvoirs de sanctification qui sont maintenant à l’œuvre le Saint-Esprit et les Sacrements de l'Église. — L’Enseignement de l'Église Catholique : Résumé de la doctrine Catholique, London Burns, Oates & Washbourne, p. 1140, de la Commission théologique de 1952, qui est un document Magistral. [2]

Par conséquent, si le Christ est pour devenir, avant la fin de toutes choses, le « Cœur du monde », alors c’est précisément Son Cœur qui régnera jusqu’aux extrémités de la terre. Le Sacré-Coeur de Jésus, duquel jaillit le salut de l'humanité, est bel et bien l'Eucharistie. En fait, vivre dans la Divine Volonté, c’est de vivre dans la Parole de Dieu ; et Jésus est le Verbe fait chair, Lui qui a dit :

Je suis le pain vivant descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra pour toujours. Le pain que je donnerai, c'est ma chair ; je la donne afin que le monde vive. » (Jean 6 :51)

La vie du monde est d'être l'Eucharistie tout comme le cœur humain est la vie du corps. Les Paroles du Christ le rappellent : « Ma nourriture est de faire la Volonté de Celui qui M'a envoyé et d'accomplir son œuvre ». Puisque Jésus est la « Parole du Père », l'Eucharistie est donc aussi la Volonté Divine exprimée parfaitement parmi nous. Et ainsi :

L'Eucharistie est « source et sommet de la vie Chrétienne » ... Car la sainte Eucharistie contient tout le trésor spirituel de l’Église, c’est-à-dire le Christ lui-même, notre Pâque — Catéchisme De l'Église Catholique, n. 1324

Si vous vous demandez comment l'unité du Peuple de Dieu se produira dans l'époque à venir, ne cherchez pas plus loin que le Tabernacle.

La communion de vie avec Dieu et l’unité du peuple de Dieu, par lesquelles l’Église est elle-même, l’Eucharistie les signifie et les réalise. En elle se trouve le sommet à la fois de l’action par laquelle, dans le Christ, Dieu sanctifie le monde, et du culte qu’en l’Esprit Saint les hommes rendent au Christ et, par lui, au Père— Catéchisme De l'Église Catholique, n. 1325

Pour se préparer alors pour le Règne de Jésus, qui vient après le bref règne de l’« impie », selon les Pères de l'Église, ne relève pas de concevoir de nouvelles dévotions ou d’innover des façons de prier. Au contraire, il s’agit de se tourner vers Lui là où il est, dans le Saint-Sacrement. Il s’agit de raviver un amour profond et ardent de Jésus qui vous attend chaque jour dans votre paroisse. Il s’agit de suivre les sept chemins dans les Béatitudes afin de purifier le cœur et de le rendre prêt à recevoir le Roi dans sa plénitude. À cet égard, l'appel lors de notre retraite de Carême à une vie intérieure de prière est tout simplement la poursuite de notre amour et de l'adoration de Celui que nous recevons à l'autel. Il s’agit de communier avec Celui qui était « là » mais qui est maintenant « ici » en moi. Il s’agit aussi de Le porter comme un tabernacle vivant à tout le monde que je rencontre afin qu’ils voient, connaissent et expérimentent Son amour et Sa Miséricorde à travers moi. Cet amour et cette dévotion à l'Eucharistie, qui est le Sacré-Cœur de Jésus, est le plus sûr moyen de préparer à Son Règne.

Cette dévotion était le dernier effort de Son Amour qu'il aura accordé aux hommes dans ces derniers âges en vue de les retirer de l'empire de Satan qu’Il désire détruire et de les introduire ainsi dans la douce liberté de la règle de Son Amour qu’Il désire rétablir dans les cœurs de tous ceux qui embrasseront cette dévotion. — Sainte Marguerite Marie, www.sacredheartdevotion.com

Et aussi, c’est une préparation pour quelque chose que seulement quelques âmes — surtout la Bienheureuse Mère — a déjà connu mais que bientôt beaucoup plus connaîtront ... s'ils se préparent pour le Règne :

C’est la Sainteté pas encore connue et que Je ferai connaître, ce qui mettra en place le dernier ornement, la plus belle et la plus brillante parmi toutes les autres saintetés, et sera la couronne et l'achèvement de tous les autres saintetés. — Jésus à la Servante de Dieu, Luisa Piccarreta, Manuscrits, 8 février 1921 ; extrait de La Splendeur de la Création, le révérend Joseph Iannuzzi, p. 118

... Chaque jour, dans la prière du Notre Père, nous demandons au Seigneur : « Que Ta Volonté soit faite sur la terre comme au Ciel » (Matthieu 06 :10) .... Nous reconnaissons que le « ciel » est là où la Volonté de Dieu est faite et que la « terre » devient « ciel » — i.e. le lieu de la présence de l'amour, de la bonté, de la vérité et de la divine beauté — seulement si la Volonté de Dieu est fait sur terre. — POPE BENOÎT XVI, Audience générale, le 1er Février 2012, la Cité du Vatican