samedi 16 avril 2016

Je devrai prendre rendez-vous chez mon psychiatre...





Suite à la rencontre « courtoise » du Pape avec Bernie Sanders, candidat républicain dans la course à la Présidence aux États-Unis, le Pape s'est exprimé ainsi aux journalistes :

« Je l’ai salué, lui et sa femme et un autre couple qui était avec lui et logeait à Sainte Marthe. Rien de plus. Cela s’appelle de l’éducation et si quelqu’un pense que saluer quelqu’un revient à s’immiscer dans la politique, il devrait aller trouver un psychiatre ». Voir la source ici.

Ce n'est pas d'hier que les média savaient que Sanders devait participer le 15 avril à une conférence sur les problématiques sociales, économiques et environnementales organisée par l’Académie pontificale des sciences sociales. Déjà, les sites Internet en faisaient une manchette autour du 8 avril. Et il semblerait que Sanders était l'invité personnel du Pape à cette conférence. Et même s'il ne l'a pas été son invité personnel, pensez-vous qu'il ignorait sa venue et l'envergure médiatique de ce bonhomme aux États-Unis ? Et de un...

Les présidents de l’Équateur et de la Bolivie, Rafael Correa et Evo Morales, étaient également partie de cette conférence. Avez-vous entendu dire que ces présidents ont reçu des salutations « courtoises » du Pape ? Et de deux...

Et si le professionnalisme des relations publiques du Vatican a évité toute photo conjointe entre le Pape et Sanders, ne sont-ils pas assez professionnels pour taire une simple salutation « courtoise » entre les deux. Et de trois...

Parlant de professionnalisme au Vatican... parlons du sens séculaire de la diplomatie qu'a développé le bras diplomatique du Vatican, à savoir la Secrétairerie d'État du Vatican. Depuis quand que la Secrétairerie d'État du Vatican accueille ou même « salue courtoisement » un candidat en campagne électorale qui n'est pas encore au pouvoir et qui ne représente pas son peuple ? Et de quatre...

Le Pape est assez futé pour comprendre que toute promiscuité ( au sens bien compris ici ) avec quelqu'un — qui que ce soit — envoie un signal à la population même s'il ne s'agit pas de soutien formel. Et de cinq...

Ah ! Je devrai tout expliquer cela à mon psychiatre...

Je devrai lui expliquer que je considère l'attitude du Pape cavalière
Qu'il se fout de nous autres
Et qu'un jour ça va lui revenir contre lui
Car il ne prend rien au sérieux.... surtout ses Fidèles
Parce que la Papauté est amusante.... c'est lui qui l'a dit

Eh bien, moi, je ne trouve pas cela amusant du tout
de me faire dire d'aller voir un psychiatre