samedi 9 avril 2016

François, l'Exhortation Apostolique
et l'Âge de la conscience individuelle



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : The Remnant
Le 8 avril 2016

Notre Seigneur dit : « Tout homme qui renvoie sa femme et en épouse une autre commet un adultère, et celui qui épouse une femme renvoyée par son mari commet un adultère ». (Lc 16 :18)

Mais au chapitre 8 de « La joie de l’amour », François dit : Eh bien, vraiment, cela dépend des circonstances.

Conformément à l’avertissement Divin de Notre Seigneur, l'Église a constamment affirmé sa pratique, qui est fondée sur la Sainte Écriture, de ne pas admettre à la Communion Eucharistique les personnes qui sont divorcées et remariées à moins que, si elles « ne peuvent remplir l'obligation de la séparation, « elles prennent l'engagement de vivre en complète continence, c'est-à-dire en s'abstenant des actes réservés aux époux ».(Familiaris consortio, 84)


L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Mais au chapitre 8 de « La joie de l’amour », François dit François : C'est un peu beaucoup, non ? Comment les gens peuvent vivre sans « intimité » ?

Notre Seigneur dit : «Le joug que je vous invite à prendre est facile à porter et le fardeau que je vous propose est léger ». (Mt 11 :30)

Mais au chapitre 8 de « La joie de l’amour », François dit : Pas vraiment. Souvent, c’est tout simplement trop lourd pour les gens, nous devons donc faire des concessions pour ceux qui ne peuvent pas suivre la « règle générale ».

Saint Paul enseigne infailliblement la vérité révélée que « Dieu est fidèle à ses promesses et il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais, au moment où surviendra la tentation, il vous donnera la force de la supporter et, ainsi, le moyen d'en sortir ». (1 Cor. 10 :13)

Mais au chapitre 8 de « La joie de l’amour », François dit : Eh bien, les gens ne peuvent pas s’en empêcher même s’ils savent qu’ils pèchent. Nous devons donc accepter la « réponse la plus généreuse » qu'ils peuvent offrir au point où ils en sont rendus dans leur « croissance spirituelle ».

Le chapitre 8 de ce document ridicule, qui est globalement un ramassis désorganisé du bien, du mauvais et du simplement incompréhensible ( « le temps est supérieur à l'espace » ?), tente d’ institutionnaliser l'éthique de situation comme étant de la « miséricorde pastorale. » Ceci est une parodie du Magistère et doit être traitée comme telle : avec moquerie, dérision et appels à son rejet par l'Église entière.

Le plus important site de nouvelles Drudge Report déclare que François a lancé « L’Âge de la conscience individuelle. » Tout commentateur Catholique qui, après avoir lu le document, rejette cette affirmation comme étant du « baratin médiatique » s’engage dans la tromperie. Voilà ce que François tente précisément de faire si cela était possible.



Plus d’analyse plus tard. D’ici là, que la résistance commence.