lundi 7 août 2017

Le plus grand accomplissement de Trump
et la rage des Oligarques


Le Président Donald Trump aux prises et en lutte avec le Prince des Ténèbres

par Christopher A. Ferrara
SOURCE : The Remnant
Le 6 août 2017

Peu importe ce que Donald Trump pourrait réaliser en tant que Président, malgré l'opposition littéralement de tous les pouvoirs de ce monde, sa plus grande réussite est déjà derrière lui et est établie comme point de repère dans l'histoire Occidentale : son élection à la Présidence des États-Unis d’Amérique.

La victoire la plus improbable de Donald Trump a mis en lumière l'horlogerie derrière la façade d'une démocratie qui est vraiment une oligarchie permanente composée d'élites politiques, de « l’État profond » [ Deep State ] et des élites médiatiques, alignés sur d'autres oligarchies permanentes dans les soi-disant démocraties Occidentales dont l'ensemble total représente rien de moins que l'élément humain du royaume du Prince des Ténèbres dont les membres, involontairement ou inconsciemment, font la guerre au Corps Mystique du Christ.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Les retombées tumultueuses de l'élection de Trump me rappellent l'avertissement prophétique du Pape Saint-Pie X dans son encyclique inaugurale E Supremi :

En outre, et pour passer sous silence bien d'autres raisons, Nous éprouvions une sorte de terreur à considérer les conditions funestes de l'humanité à l'heure présente. Peut-on ignorer la maladie si profonde et si grave qui travaille, en ce moment bien plus que par le passé, la société humaine, et qui, s'aggravant de jour en jour et la rongeant jusqu'aux moelles, l'entraîne à sa ruine ? Cette maladie, Vénérables Frères, vous la connaissez, c'est, à l'égard de Dieu, l'abandon et l'apostasie ; et rien sans nul doute qui mène plus sûrement à la ruine, selon cette parole du prophète : « Voici que ceux qui s'éloignent de vous périront » (Ps. LXXII, 27) ....

Qui pèse ces choses a droit de craindre qu'une telle perversion des esprits ne soit le commencement des maux annoncés pour la fin des temps, et comme leur prise de contact avec la terre, et que véritablement « le fils de perdition » dont parle l'Apôtre (II, Thess, II, 3). n'ait déjà fait son avènement parmi nous. Si grande est l'audace et si grande la rage avec lesquelles on se rue partout ã l'attaque de la religion, on bat en brèche les dogmes de la foi, on tend d'un effort obstiné à anéantir tout rapport de l'homme avec la Divinité !

L'effort frénétique du complexe oligarchique mondial (COM) pour éconduire Trump de sa fonction sur la base de scandales manufacturés, y compris des grands jurys à la recherche de crimes — n’importe quel crime — qui pourrait faire tomber Trump, ne me suggère rien d’autre qu’un système immunitaire du corps mystique de l'Antéchrist essayant d'expulser un corps étranger de son milieu. Non pas que ce corps étranger ressemble à un véritable homme d'État Chrétien. C'est plutôt que Trump a déclenché la réponse immunitaire au COM seulement parce qu'il diffère suffisamment du tissu environnant pour provoquer les macrophages sociopolitiques à se masser et qui menacent maintenant sa destruction.

Trump est comme une grande écharde qui a causé une inflammation localisée dans le COM. Il n'appartient pas à cet environnement, l'inflammation se répand et le COM le veut dehors. Son élection n'était pas censée se produire ; c'était impossible, impensable, ridicule. Le plan était déjà défini ; Hillary était prête à compléter la longue trajectoire à l'égard de ce que Léon XIII appelait « la catastrophe finale » dans son encyclique de 1878 sur « les maux de la société ». Mais, pour une fois, la machinerie de notre démocratie simulée a en quelque sorte produit ce qui a semblé être une déviation significative à partir de la destination prédéterminée, une tentative sérieuse d'échapper à l'intégration universelle ultime dans le COM.

C'est quelque chose à voir comment les différents éléments du COM, tant « conservateurs » que libéraux, travaillent ensemble, dans de nombreux cas même inconsciemment, pour expulser l'envahisseur :

  • Les Démocrates et leurs organes médiatiques concoctent et encouragent sans relâche le fantasme de la « collusion avec la Russie » en tant que véhicule pour l'annulation de facto des élections de Trump, avec la Russie se transformant d’un non-problème en le plus Grand Ennemi de l’Amérique après à peine quelques heures dans la nuit des élections ;

  • Le Congrès lance des enquêtes multiples sur la collusion imaginaire ;

  • Le propre Procureur Général de Trump se récuse de la fausse « enquête sur la Russie », après quoi son adjoint nomme l’avocat spécial Mueller pour enquêter sur le non-crime de « collusion avec la Russie » ;

  • Mueller élargit rapidement son enquête d’un non-crime pour inclure tout crime réellement envisageable qu'il souhaiterait rechercher, embauchant une équipe d'avocats Démocrates pour se pencher dans les affaires de la famille Trump et de leurs associés afin de trouver un crime ou quelque chose qui pourrait être retenu et qui pourrait ressembler à un crime, aux fins d'un acte d'accusation politiquement motivé de quelqu'un pour quelque chose, peu importe la nature du chef d’accusation ;

Le même Congrès dominé par les Républicains qui n'ont absolument rien accompli pour répondre aux promesses de campagne de Trump, sur la base de desquelles de nombreux Républicains ont été élus en 2016 :

  1. se déplacent à la vitesse de la lumière pour détruire les relations avec la Russie en adoptant un projet de loi de sanctions bipartites contre la Russie qui dépouillent de façon inconstitutionnelle Trump de son pouvoir exécutif de mener une politique étrangère en levant ou en modifiant les sanctions dans des négociations diplomatiques ;

  2. rédigent et présentent deux projets de lois bipartisans différents destinés menotter Mueller au poignet de Trump en lui enlevant inconstitutionnellement son pouvoir exécutif d’ordonner le renvoi d'un avocat spécial ;

  3. empêchent Trump de faire des nominations hors des sessions actives du Sénat pour occuper des postes dans sa propre administration pendant les vacances du Sénat, suite à son incapacité à accomplir quoi que ce soit au-delà de faire boiter Trump.

  4. Les dirigeants de l'UE et même l'appareil Bergoglien du Vatican dépeignent le nationalisme Trumpien comme la menace prépondérante pour la stabilité de l'hégémonie mondiale du COM et de son programme de sécularisation, d'Islamisation et de dé-Cristianisation financé par Soros.

Où cela finira-t-il ? Il est impossible de le prévoir avec certitude. Compte tenu du fait que l'élection de Trump elle-même était complètement inattendue, d'autres développements inattendus pourraient encore lui permettre de prévaloir contre le coup d'état qui est de fait actuellement en cours. Pas plus que la capacité de l'électorat de Trump à surmonter le rejet par le COM de Trump ne peut pas être sous-estimée. Michael Savage, probablement par bravade injustifiée, le dit ainsi : « Je vous préviens. Tous les Gauchistes qui pensent que vous allez voler notre vote, vous avez tort ... Mais si vous faites l'étape suivante et volez notre Président, je vous préviens. Vous n'avez rien vu encore. Vous verrez le « Jour du fléau » dans ce pays ».

Au moins ceci est certain : les élections spectaculaires de Trump ont fait sortir au grand jour les forces au sein du COM qui avaient jusqu'ici opéré dans l'ombre. Et maintenant, avec ces forces mises en lumière, il reste à voir si le mécanisme de la démocratie a la capacité de les renverser, ou si nous verrons encore plus justifié le dicton énoncé de manière aussi frappante par Augustin Cochin : « Pour un vrai démocrate, la meilleure garantie contre l'indépendance de l'homme est encore la liberté du citoyen ».