lundi 14 août 2017

Confessez votre péché, Évêques

Rapatriez les anciens confessionaux !



La confession de Molteni Giuseppe

Écrit par Père Celatus
SOURCE : The Remnant

Il y a plusieurs années, lorsqu'il devenait de plus en plus fréquent que des adultes alléguaient un abus sexuel d'enfance passé depuis longtemps sur la base de souvenirs dits réprimés, l'un des pasteurs les plus estimés d'un diocèse local a été accusé d'abus sexuel d'un enfant en entendant sa confession. L'avocat représentant la prétendue victime a fait beaucoup de galerie dans les médias en prévision du procès, seulement pour que l'affaire soit rejetée hors du tribunal lorsqu'il a été déterminé que l'abus présumé ayant eu lieu il y a plusieurs décennies aurait été physiquement impossible, puisque les confessionaux isolaient physiquement le prêtre et le pénitent à l'époque.

La cabine ou isoloir de confession conventionnel dans lequel le prêtre est isolé physiquement du pénitent, a son origine dans les années 60. Attendez une minute, vous pouvez dire, cela ne peut pas être juste. Est-ce que tout peut provenir des années 60 ? En effet, beaucoup de bon est sorti des années 60 à la suite d'un Concile de l'Église — je veux dire des années 1560. Le Concile de l'Église était celui de Trente, duquel le Concile divinement guidé nous est venu un grand nombre de déclarations dogmatiques occasionnées par la révolte Protestante. Parmi les nombreux fruits positifs de ce Concile, il y avait la normalisation de la manière dont les confessions étaient entendues dans un isoloir de confession en bois.

Mais quatre cents ans plus tard, un autre Concile assez différent a été convoqué et presque tous les fruits de ce Conseil ont prouvé qu'ils étaient toxiques. Parmi les nombreuses réformes des années 1960, après le Concile Vatican II, l'abandon généralisé de l’isoloir de confession conventionnel en faveur des salles de réconciliation dans lesquelles le prêtre et le pénitent sont physiquement situés ensemble. Adieu pour la protection et la vie privée pour les pénitents et la protection pour les prêtres innocents accusés d'un crime aussi !

L'abandon des confessionaux conventionnels n'était pas le seul mauvais fruit servi par les Modernistes de Vatican II sous la forme et l'administration du Sacrement de Pénitence. À partir des années 1960, les réformateurs Modernistes ont produit un nouveau Rite de Pénitence qui a élargi les options pour le Sacrement à trois : la Réconciliation des pénitents individuels ; la Réconciliation de plusieurs pénitents ; Réconciliation avec Absolution Générale.

Quelqu'un est-il surpris que, dans de nombreuses paroisses, ces nombreux pasteurs aient presque tous abandonné des confessions individuelles en faveur de formes communes ? Il n'était pas rare de voir les calendriers paroissiaux qui indiquaient les confessions comme « Disponibles sur rendez-vous » plutôt que prévues chaque semaine avant les Messes. Il était également courant dans de nombreux diocèses et paroisses d'offrir régulièrement l'Absolution Générale comme forme ordinaire du Sacrement. Ceci malgré les instructions du rite qui stipule explicitement que l'Absolution Générale ne peut être utilisée que dans un danger de mort ou lorsqu'il existe un si grand nombre de pénitents qu'un prêtre serait physiquement incapable d'entendre des confessions individuelles dans un « délai raisonnable ». Ah oui, un choix typique de mots ambigus de Vatican II et une parfaite échappatoire Moderniste : une période de temps raisonnable.

Mais pas toutes les formes communes du Sacrement impliquent l'Absolution Générale. Certains pasteurs paresseux qui ne veulent pas entendre régulièrement des confessions et des pasteurs bien intentionnés qui ont besoin d'aide d'autres confesseurs utilisent la deuxième forme du rite où il existe un rituel quasi-liturgique commun suivi d'aveux individuels, entendu par n'importe quel nombre de prêtres invités à entendre les confessions des fidèles.

J'avais l'habitude de me mettre à la disposition des paroisses pour cette seconde forme du Sacrement, car ça requiert des confessions individuelles pour les pénitents. Mais je ne le fais plus, après un certain nombre d'expériences troublantes. Dans certains cas, l'aspect liturgique du rituel était trop long ou mal accompli. Dans d'autres cas, le nombre de pénitents dépasse de loin le nombre de prêtres disponibles et les confessions se sont perdues dans le crépuscule. J'avais aussi des inquiétudes au sujet du manque d'intimité pour les pénitents avec des stations publiques pour les confessions trop proches dans une église. Et il y avait des prêtres qui n'avaient pas la moindre idée quant à la limite de temps appropriée pour répartir chaque confession, ayant des confessions de dix minutes pour chacun avec des centaines de pénitents en attente. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour ces rites communs a été lorsque j'ai été placé à la rail de la communion en tant que confesseur et qu’une femme pénitente était seulement à quelques pouces de mon visage. J'ai écouté sa confession avec la tête basse et les yeux fermés pour avoir un sentiment de décorum, seulement pour être grondé par elle pour ne pas la regarder dans les yeux pendant qu'elle parlait. Je lui ai assigné une pénitence raide et je ne suis jamais revenu à cette église !

J'ai également cessé d'aider d'autres pasteurs à entendre les confessions de leurs enfants dans la paroisse. Trop souvent, j'ai été brûlé par un esprit de nouveauté de Vatican II perpétré par le pasteur ou le directeur d’éducation religieuse. Dans une paroisse, les enfants ont été chargés de peindre au doigt leurs péchés en images, puis d'expliquer leurs images au prêtre confesseur, après quoi leurs images étaient affichées sur un mur de l'église. Et vlan pour le sceau de la confession ! Dans une autre paroisse, j'ai entendu les confessions de dizaines d'enfants d'âge mûr et aucun d'eux ne connaissait une seule prière que je pouvais leur assigner comme pénitence. Tout ce que je pouvais leur dire de faire était d'aller parler à Jésus.

Mais revenons maintenant à notre préoccupation originale concernant le changement de Vatican II partant des isoloirs de confession aux salles de réconciliation. Les confessionaux ont été obligatoires dans le passé, en partie, pour protéger les pénitentes féminines adultes des mains tâtonnantes des prêtres prédateurs ; qui aurait pu imaginer que la plus grande préoccupation un jour serait de protéger les enfants et les adolescents — surtout les garçons — du comportement prédateur des prêtres homosexuels ? On ne peut pas dire qu'il n'y avait pas de clercs homosexuels dans le passé, mais certainement pas le nombre élevé d'aujourd'hui.

Les effets des changements de Vatican II ont été catastrophiques, pour le moins. Prenons, par exemple, l'Église Catholique en Australie, qui fait l'objet d'un examen minutieux et d'une intervention des autorités civiles, occasionnée par un abus sexuel clérical des enfants. L'enjeu est le sceau de la confession elle-même et la manière dont les confessions des enfants sont entendues. Déjà, les Évêques Australiens ont ordonné que les confessions des enfants soient entendues dans un cadre ouvert à la vue complète de tous les participants qui sont supervisés par le personnel.

Hé les Évêques, qu'en est-il pour une solution : revenez à la pratique éprouvée par le temps des isoloirs de confession ! Bien sûr, ils ne le feront pas parce que tout est mieux qu'un retour à la Tradition. Quelqu'un connait-il des charpentiers à la recherche d'un travail ? Une fois que les Modernistes seront partis, il y aura des isoloirs de confession qui devront être construits!