jeudi 27 juillet 2017

Nous voilà repartis !

Un autre Synode délirant en marche





par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Network Perspectives
Le 27 juillet 2017

Si l’approche du prochain Synode plus qu’inutile est une indication — et sans doute, ça l’est — nous sommes dans une autre agression contre le mariage et la famille sous prétexte de défendre les deux. Le Synode de 2018, intitulé « Les Jeunes, la Foi et le Discernement vocationnel », vise à « écouter les jeunes » en ce qui concerne la façon dont ils pensent que l'Église devrait s'attaquer à leurs différentes situations dans la vie (célibataires, mariés, divorcés, etc.). En d'autres termes, les disciples instruiront le professeur sur la façon de les enseigner.

Ici, nous voyons l'inversion diabolique qui marque la crise post-Vatican II dans l'Église en général si bien que l'Église mandatée pour faire des disciples de toutes les nations est plutôt (dans son élément humain égaré) devenue un disciple de l'esprit du temps en écoutant attentivement ce que le monde veut lui dire.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Aux fins du prochain Synode, le Vatican a créé un sondage en ligne ridicule, accessible à la contribution du grand public et qui sollicite, par une série de vingt questions, des informations personnelles des « jeunes » pour fins d’utilisation au Synode, avec plusieurs des questions chargées en faveur de l'acceptation comme acquis du statut quo abyssal actuel parmi les Catholiques sur le mariage, la famille et l'adhésion à l'enseignement de l'Église sur la morale sexuelle en général. À l'instar de Life Site News Reports :

« La plupart des réponses sont présentées en termes de choix multiples, excluant souvent l'option la plus appropriée. Par exemple, en réponse à la question : « Pourquoi n'avez-vous pas d'enfants ? », un jeune peut choisir des raisons comme l'âge, la santé et les conditions de vie ... mais pas parce qu'il n'est pas marié ou qu’il est en train de discerner une vocation religieuse.

« En donnant son état de vie dans le sondage, le journaliste a observé plus loin que l'une des options comprend « séparé ou divorcé, actuellement célibataire » impliquant qu’être marié à nouveau était une option ».

Dans sa « Lettre aux jeunes » en relation avec le Synode, le Pape François révèle ce que Romano Amerio a identifié comme le phénomène curieux du « juvénilisme » dans l'Église post-conciliaire, c'est-à-dire l'adulation des « jeunes » simplement parce qu'ils sont jeunes (Cfr. Iota Unum, pp. 196-200). Voici une citation de la Lettre :

« Un monde meilleur se construit aussi grâce à vous, à votre désir de changement et à votre générosité. N’ayez pas peur d’écouter l’Esprit qui vous suggère des choix audacieux, ne temporisez pas quand la conscience vous demande d’oser pour suivre le Maître. L’Église même désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi; voire de vos doutes et de vos critiques. Faites entendre votre cri, laissez-le résonner dans les communautés et faites-le arriver aux pasteurs. Saint Benoît recommandait aux abbés de consulter aussi les jeunes avant toute décision importante, parce que “souvent Dieu révèle à un plus jeune ce qui est meilleur” (Règle de Saint Benoît III, 3) ».

Notez tout d'abord l'abus grotesque de la Règle de Saint Benoît qui, dans le passage cité, se réfère aux plus jeunes membres d'un monastère cloîtré rempli de moines profès qui votent sur la conduite des affaires monastiques, et non pas consultent « les jeunes » dans la société en général pour connaître leurs opinions sur les questions de Foi et de morale par le biais d'un sondage en ligne. C'est ridicule.

Notez également l'absence de toute indication dans la lettre selon laquelle « les jeunes » devraient tenir compte de l'Église sur les conséquences de la violation du Sixième Commandement, comme l'enseigne Notre Seigneur Lui-Même. Au contraire, les « jeunes » sont exhortés, sans conseils spécifiques, à faire des « choix audacieux » et à « prendre des risques » selon la « conscience », comme ils sont prétendument informés par « l'Esprit ». Ce conseil amorphe s'inscrit dans l'attaque soutenue sur le Sixième Commandement commencé par le ridiculement mal nommé Synode sur la Famille, qui a fini par aboutir dans l'admission des adultères publics à la Sainte Communion, fondée sur l'illumination supposée par « le Dieu des surprises ».

Enfin, la Lettre exhorte les « jeunes » à « faire entendre votre voix » comme si l'Église était une démocratie dont les « politiques » sont déterminées par les sondages d'opinion et les opinions de la majorité.

En bref, chaque signe indique ainsi une autre catastrophe synodale qui s'approche. Je serai ravi d'être en erreur et je serai heureux de le dire si le contraire se produit.