vendredi 28 juillet 2017

La présumée Commission du Vatican sur Humanae Vitae
Il n'y a rien là ?




Par : Steve Skojec
Éditorialiste en chef de One Peter Five

Le 27 juillet 2017
SOURCE : One Peter Five





En mai dernier, nous avons publié un rapport du vétéran journaliste du Vatican, Marco Tosatti, qui a eu vent d’une prétendue commission du Vatican formée pour étudier — et éventuellement pour revoir — les enseignements sur la contraception consignés dans Humanae Vitae. À l’intérieur d’un mois, l'existence de cette commission a été confirmée par le professeur Roberto de Mattei dans un article pour Corrispondenza Romana.

De Mattei a cité les paroles de Mgr. Marengo lui-même — l'homme qui avait été identifié comme le chef de cette nouvelle commission sur Humanae Vitae — et elles étaient troublantes en effet. Elles indiquaient qu'il favorisait une approche de la contraception qui rappelle la façon dont Amoris Laetitia a traité de la Communion pour les divorcés /« remariés ».

« Dans un article plus récent dans le même journal (Vatican Insider, le 23 mars 2017) avec le titre important, Humanæ Vitæ et Amoris laetitia, monseigneur Marengo demande si : « Le jeu polémique, à savoir — la pilule oui — la pilule non — tout comme — la communion aux divorcés d'aujourd'hui oui — la communion aux divorcés non — n'est qu'une apparence d'inconfort et de tension [qui est] beaucoup plus décisive dans le tissu de la vie ecclésiale ».

Marengo, à son tour, a cité le Pape dans ce contexte, le citant en parlant d'une « idéalisation excessive, surtout quand nous avons réveillé à nouveau la confiance dans la grâce » qui « n'a pas rendu le mariage plus attrayant et souhaitable, mais tout le contraire ».

Comme j'ai dit dans mon commentaire à l'époque :

« La clé à retenir ici, c'est que, comme on nous l'a dit à maintes reprises, le mariage Chrétien est un idéal tout à fait inaccessible, donc, si vous vous embourbez, pas grave, jouissez de votre adultère et, en passant, voici certaines Hosties de Communion, c'est une cartographie de ce même principe éthique : « Tu ne vas jamais vivre cela, alors pourquoi essayer » concernant la question de la contraception.

Fait intéressant, des mois plus tard, certains médias ont commencé à repousser l'idée de cette commission, reléguant des rapports comme le nôtre au domaine de la théorie du complot. Cindy Wooden of Catholic News Service a eu une histoire hier dans laquelle elle a confirmé que « Quatre théologiens spécialisés dans le mariage et la vie familiale étudient le matériel archivistique du Vatican en vue de raconter toute l'histoire de comment et pourquoi le Bienheureux Paul VI a écrit son encyclique « Humanae Vitae » sur l'amour marital ».

Wooden continue :

« Mgr. Gilfredo Marengo, chef du groupe et professeur d'anthropologie théologique à l'Institut Pontifical Jean-Paul II de Rome pour les études sur le mariage et la famille, a parlé à Radio Vatican de l'étude le 25 juillet, l’anniversaire du 49e anniversaire de la publication de l'Encyclique ».

« Quelques blogueurs, écrivant au printemps sur le groupe d'étude, l'ont présenté de manière alarmante comme une initiative du Pape François pour changer l'enseignement de l'Encyclique contre l'utilisation de la contraception artificielle ».

« L'Archevêque Vincenzo Paglia, Chancelier de l'Institut Jean-Paul II, a réfuté catégoriquement les rapports des blogueurs » .

« En réponse à un courriel, Msgr. Marengo a déclaré à Catholic News Service le 26 juillet que l'étude « est un travail d'enquête critique historique sans autre but que de reconstruire autant que possible tout le processus de composition de l'Encyclique ».

« Quiconque a imaginé un autre but aurait simplement dû faire son travail et vérifier ses sources » a-t-il déclaré.

Fait intéressant, l'Archevêque Paglia a également nié qu'une telle commission existait même — et, selon Luciano Moia d'Avvenire, que Mgr. Marengo y était même associé. (Plus sur cela dans un instant.)

Inés San Martín, l'intrépide correspondant au Vatican pour Crux, prend un ton plus sarcastique dans son article aujourd'hui intitulé : « Non, Virginie, il n'y a pas de « commission secrète » sur Humanae Vitae ». Le sommaire en haut de son commentaire vous indique tout ce que vous devez savoir :

« Les dernières rumeurs, diffusées par des blogs surtout conservateurs, ont suggéré que le Pape François et l'Archevêque Italien Vincenzo Paglia ont créé une commission secrète pour réévaluer l'enseignement de « Humanae Vitae », l'Encyclique de Pape Paul VI sur le contrôle des naissances. Comme il en ressort, le fait d’établir la vérité sur cette question est encore plus facile que de générer la théorie du complot en premier lieu ».

San Martín continue :

« Paglia a nié qu'une telle commission existe. En parlant récemment avec le journaliste Argentin Andrés Beltramo Álvarez, Paglia a déclaré : « Il n'y a pas de commission, tout a été inventé ».

« Cette interview a été publiée en ligne le 13 juillet dans Alfa y Omega Espagnol. Paglia lui-même a fourni une traduction en anglais via Twitter ».

« Pourtant, mardi, Radio du Vatican a publié une interview distincte avec le Père Gilfredo Marengo, professeur d'anthropologie théologique à l'Institut Saint Jean-Paul II à Rome. Répondant aux questions, il a déclaré qu'il dirige un « groupe de recherche » sur Humane Vitae ».

« Cela a soulevé des sourcils puisque Marengo est précisément l'homme que les rumeurs ont identifié comme leader de la prétendue « réinterprétation du document ». Alors, j'ai pris le téléphone, j’ai appelé l'Institut Pontifical Jean-Paul II et j'ai demandé à lui parler ».

« Il n'était pas là, mais la personne sur la ligne m'a heureusement donné son courrier électronique. Je lui ai écrit et, pas plus de dix minutes plus tard, j'ai eu une réponse ».

« Marengo m'a dit qu’avec ses collègues, il faisait partie d'un groupe de recherche sur Humane Vitae, mais que ça n’avait « rien à voir avec « réformer l'Encyclique » ».

[...]

« Sur la base de l'interview de Marengo avec la Radio du Vatican, il aurait été assez facile de lancer un article en affirmant que Paglia mentait, qu'il y a vraiment une cabale secrète qui plane pour évider Humanae Vitae, sortir un beau titre accrocheur et presto : une nouvelle sensation Internet est née ».

« Cependant, il s'avère que le fait de prendre le téléphone pour obtenir les faits réels de la situation était tout aussi simple ».

[...]

« Peut-être que la morale de l'histoire est la suivante : si les théoriciens de la conspiration consacraient la même énergie aux rapports réels qu'ils font à la gymnastique mentale et aux exercices de connexion, ils pourraient savoir ce qui se passe de temps en temps ».

Pour Wooden et San Martín, il semble que le fait que le groupe non seulement existe et est dirigé par les mêmes personnes qui ont été présumées l’opérer depuis des mois n'est pas pertinente. Vous voyez, c'est juste un groupe de recherche ! Rien de plus. Le mot « commission » n'est trouvé nulle part ! Et pourquoi quelqu'un croirait-il qu'un tel groupe pourrait suggérer des changements dans l'application pastorale des directives de Humanae Vitae sur la contraception ? Certainement, quelque chose d'aussi immuable que l'enseignement Catholique sur la contraception n'a jamais été renversé par des directives pastorales émanant d'un groupe de travail chargé d'étudier une question de Doctrine établie.

Je suppose que nous sommes censés croire qu'il est plus plausible que ce groupe ait été mis en place sous la direction d'un homme qui a déclaré publiquement — récemment — qu'il considère la contraception à travers le même objectif que la Communion pour les divorcés/« remariés » simplement parce qu'il n'a rien d'autre à faire avec son temps. Ce n'est pas comme s'il y avait une pénurie de prêtres ou de quelque chose. « Humanae Vitae : l’histoire non racontée » est évidemment une priorité absolue en 2017.

Ici, je retournerai à l'homme qui a sorti cette histoire il y a trois mois : Marco Tosatti (qui, je suis assez sûr, pratiquait du journalisme au Vatican depuis plus longtemps que la jeune Miss San Martín a été en vie, au cas où elle s'intéresse à des conseils sauf les siens). Dans son article aujourd'hui, Tosatti s'engage dans un peu d'exercice de « compréhension », mais nous avons décidé (avec sa permission) de reproduire en entier une de ses traductions les plus récentes :

Il y a des choses qui plaisent. Le 11 mai, nous avons écrit que « au Vatican, de bonnes sources nous disent que le Pontife s'apprête à désigner — ou a déjà formé — une commission secrète pour examiner et étudier peut-être les changements à la position de l'Église sur la contraception, comme cela avait été établi en 1968 par Paul VI dans l'Encyclique Humanae Vitae. C'était le dernier document de ce type signé par le Pape Montini et c'était la formalisation de ce que le Concile Vatican II avait élaboré sur cette question. Jusqu'à présent, nous n'avons aucune confirmation officielle de l'existence et de la composition de cet organisme ; mais une demande de confirmation ou de déni a été délivrée au siège compétent et jusqu'à présent elle n'a pas été répondue. Cela pourrait être un signal en soi, en ce sens que si les nouvelles étaient totalement infondées, ce ne serait pas difficile de le dire ».

Quelques jours plus tard, le site Catholique américain OnePeterFive a repris les nouvelles, confirmant sa solidité. Et le 14 juin, le professeur Roberto de Mattei, sur Corrispondenza Romana, a fourni quelques détails. De Mattei a écrit : « Ce sera Monseigneur Gilfredo Marengo, professeur à l'Institut Pontifical Jean-Paul II, qui sera le coordinateur de la commission nommée par le Pape François pour « réinterpréter » l'Encyclique Humane Vitae de Paul VI à la lumière d'Amoris laetitia, à l'occasion du cinquantième anniversaire de la promulgation de Humane Vitae, qui sera l'année prochaine. Les rumeurs initiales de l'existence de cette commission, toujours secrète, rapportées par le journaliste du Vatican Marco Tosatti, étaient une source fiable. Nous pouvons confirmer qu'il existe une commission composée de Monseigneur Pierangelo Sequeri, chef de l'Institut Pontifical Jean-Paul II, du professeur Philippe Chenaux, professeur d'histoire ecclésiastique à l'Université Pontificale du Latran et de Monseigneur Angel Maffeis, chef de l'Institut Paul VI de Brescia. Le coordinateur est Monseigneur Gilfredo Marengo, chargé de cours en anthropologie théologique à l'Institut Jean-Paul II et membre du Comité directeur du magazine CVII-Centre Vatican II Study and Research.

Le 4 juillet, dans le journal des Évêques Italiens, Avvenire, Monseigneur Vincenzo Paglia, Président de l'Académie Pontificale pour la Vie, a publié une interview avec Luciano Moia. Comme l’écrit Lorenzo Bertocchi aujourd'hui pour La Nuova Bussola Quotidana : « Le journaliste [Moia], engagé dans le renouveau de la théologie morale établie par Amoris Laetitia, a demandé au prélat si certaines « manipulations médiatiques » concernant une commission secrète pour la « révision » de Humanae Vitae, l'Encyclique du Pape Paul VI sur la contraception et l'amour humain, correspondait à la réalité. Non seulement cela mais Moia a également cité une liste supposée d'experts et de théologiens — de Pierangelo Sequeri à Gilfredo Marengo — qui serait impliqué dans ce projet. Et puis, la question fatale : « Est-ce qu'il y a quelque chose de vrai dans tout cela ? » Juste rien, a répondu Paglia plutôt que de dire « c'est un bon moment pour l'Église d'aider tout le monde à réinventer les forces génératrices alors que le monde risque la stérilité » ».

Il y a deux jours, Radio Vatican a accueilli une entrevue avec Mgr. Gilfredo Marengo. Dans ce même entretien, il dit qu'il y a « un groupe de recherche sur l'Encyclique en vue du 50e anniversaire ». Il nomme également les membres du groupe impliqué dans le travail : Monseigneur Pierangelo Sequeri, directeur de l'Institut Pontifical Jean-Paul II, le professeur Philippe Chenaux, professeur d'histoire de l'Église à l'Université Pontificale de Latran et Mgr. Angelo Maffeis, responsable de l'Institut Paolo VI de Brescia. Les mêmes noms indiqués par le professeur. Mais pas Mattei.

En substance : la nouvelle est confirmée et même un certain secret est également confirmé — disons cela — de l'existence de ce groupe. Tant et si bien que ni les sources institutionnelles que nous avons contactées en mai, et ce sans aucune réponse, soit l'Archevêque Paglia, qui aurait ajusté sa dénégation d'une manière différente, ni notre collègue Moia, spécialiste de ces questions pour le quotidien des Évêques, qui savait à ce sujet. Comme nous l'avons dit, ce sont des événements qui donnent une certaine satisfaction. Et ils nous confirment dans notre grande confiance et respect — avec des réserves profondes et raisonnables — vis-à-vis des refus officiels.

Pourquoi devons-nous jouer constamment à ce jeu de chat et de souris avec la vérité ? Pourquoi, quand nous avons un Vatican (et des collaborateurs) dont on ne peut pas faire confiance, qui vont jusqu'à changer le libellé des traductions et des transcriptions publiées d'une manière qui couvre les remarques papales controversées (quelque chose que Jean Allen de Crux a défendu), devrions-nous croire ces refus de rapports qui se sont avérés être si proches de la touche ?

Est-ce que la « reconstruction » n'est pas tout à fait juste ? Est-ce suffisant de justifier que de dire qu'une chose n'est pas vraie ? Ce n'est pas une « commission », c'est un « groupe de recherche » et alors même que tous les autres détails correspondent, on dit que c'est une théorie de conspiration ou une fabrication ? Certes, il est possible que ce « groupe de recherche » fonctionne avec diligence sur une « enquête critique historique » qui reconstituera « autant que possible l'ensemble du processus de composition de l'Encyclique ».

Mais sans autre objectif ? Pas de recherche de failles ? Aucun examen de quelles équivoques possibles le Pape Paul VI aurait pu envisager avant de décider contre elles ? Aucune exploration des déclarations et des gestes profondément troublants du Pape François concernant le caractère permissible de la contraception ? Aucun progrès n'a été fait en travaillant en direction de la conviction de François que « Nous devons toujours aller de l'avant. Toujours en avant ! » ainsi que son objectif d'accomplir une « réforme irréversible » ?

Considérez-moi comme un sceptique.

Plus tôt aujourd'hui, j'ai publié un extrait d'une dissertation portant sur des institutions dans la sphère séculière et comment, lorsque le mensonge devient nécessaire pour maintenir le statu quo, la dinde de l’organisation est cuite. Une partie se distingue de cet extrait :

« La vérité est pouvoir, les mensonges sont faiblesses. Tout ce que nous obtenons maintenant sont des mensonges, des statistiques conçues pour tromper et prodiguer des fausses garanties que le statu quo est stable et permanent. La vérité est puissante car elle est la principale dynamique de résolution des problèmes. Les mensonges, les jeux statistiques et les fausses garanties sont mortelles car ils condamnent tous efforts sincères pour corriger ce qui s'est rompu avant que le système n'atteigne le but du non retour ».

La vérité a aussi un nom : Jésus-Christ. Et c'est celui que nous servons. Le système ecclésiastique actuel semble avoir atteint un point de non retour, mais Notre Seigneur nous a garanti que l'Église qu'il a fondée ne succombera jamais à l'ennemi.

J’ai hâte de ce jour où ceux qui sont au pouvoir dans l'Église perdront leur peur de faire face au mal ou de dire toute la vérité et, plutôt, de travailler courageusement pour défendre les enseignements de Christ plutôt que de les revisiter constamment dans l'espoir de trouver un moyen de les contourner.