mardi 27 décembre 2016

Un blog laïc le comprend très bien.
Pourquoi la presse Catholique ne le comprend pas ?




par Christopher A. Ferrara
SOURCE : Fatima Network Perspectives
Le 27 décembre 2016

Quiconque se demande pourquoi cette chronique est si souvent concernée par le Pontificat actuel en général et par Amoris Laetitia en particulier devrait considérer le titre de la chronique : Perspectives de Fatima. Comme je l'ai noté plus d'une fois sur ces pages, ce n'est autre que la dernière visionnaire de Fatima, Sœur Lucie, qui a averti le Cardinal Caffarra (l'un des quatre signataires des dubia concernant Amoris Laetitia) que « la bataille finale entre le Seigneur et le règne de Satan sera sur le mariage et la famille ».

Quiconque se demande pourquoi cette chronique est si souvent concernée par le Pontificat actuel en général et par Amoris Laetitia en particulier devrait considérer le titre de la chronique : Perspectives de Fatima.


L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Comme je l'ai noté plus d'une fois sur ces pages, ce n'est autre que la dernière visionnaire de Fatima, Sœur Lucie, qui a averti le Cardinal Caffarra (l'un des quatre signataires des dubia concernant Amoris Laetitia) que « la bataille finale entre le Seigneur et le règne de Satan sera sur le mariage et la famille ».

Pourquoi la bataille finale ? Parce que l'Église Catholique est le dernier rempart de la vérité révélée sur le mariage et la famille : à savoir que le mariage est une union sacramentelle indissoluble qui fournit le seul fondement sûr à la famille qui, à son tour, est le fondement de toute notre civilisation. Les effets désastreux de la culture du divorce sur l'Occident autrefois Chrétien devraient être évidents pour tout observateur. Tout aussi évident devrait être le résultat final du mariage et l’« apostasie silencieuse » reliée à la famille que Jean-Paul II a reconnue peu de temps avant sa mort : un châtiment divin à l'Église et au monde en général.

Même le nouveau catéchisme élabore le péril pour le plus obtus défenseur de la « miséricorde » Bergoglienne envers les personnes qui divorcent et prétendent se remarier :

« Le divorce est une offense grave à la loi naturelle. Il prétend briser le contrat librement consenti par les époux de vivre l’un avec l’autre jusqu’à la mort. Le divorce fait injure à l’Alliance de salut dont le mariage sacramentel est le signe. Le fait de contracter une nouvelle union, fût-elle reconnue par la loi civile, ajoute à la gravité de la rupture : le conjoint remarié se trouve alors en situation d’adultère public et permanent :

« Le divorce tient aussi son caractère immoral du désordre qu’il introduit dans la cellule familiale et dans la société. Ce désordre entraîne des préjudices graves : pour le conjoint, qui se trouve abandonné ; pour les enfants, traumatisés par la séparation des parents, et souvent tiraillés entre eux ; pour son effet de contagion, qui en fait une véritable plaie sociale ».

Pourquoi donc les défenseurs Catholiques d'Amoris Laetitia ne reconnaissent-ils pas ce qui est en jeu dans son ouverture évidente de la porte à la tolérance du divorce et du « remariage » dans l'Église et à l'admission des personnes « en état d'adultère public et permanent » à la Sainte Communion ? Pourquoi faut-il un blogueur laïc [ATTENTION : Le site comprend un contenu offensant que je n'approuve pas ] pour voir clairement ce qui se passe : c'est-à-dire qu'avec l'apparition d'Amoris Laetitia, « l'Église Catholique continue sa piteuse descente de la prééminence de son institution dans la Civilisation Occidentale vers une ONG ( organisation non gouvernementale ) glorifiée ? » Pourquoi ce simple blogueur peut-il voir ce que nos prélats bavards, avec toutes leurs vaines paroles d'accompagnement et de discernement ( singeant les ambiguïtés d'Amoris Laetitia ), ne peuvent ni voir ni dissimuler délibérément :

« Aujourd'hui, le mariage a essentiellement le même statut juridique et moral qu'un contrat de téléphonie cellulaire : c’est un inconvénient mais pas impossible à briser, il existe pour le plaisir et l'épanouissement du mari et de la femme (ou mari et mari ou femme et femme). Les enfants sont optionnels.

« En fait, l'unique institution éminente qui continue de résister au mariage romantique-hédonique est l'Église Romaine et, naturellement, cela doit changer. « Entre donc Amoris Laetitia ... »

« Mais pourquoi tout cela est-il important pour la droite alternative, pour les Protestants, les athées, les néopaïens et les Kekistes ésotériques (nouvelle religion païenne à la mode )? Tout ce qui nous importe, c'est de sauver notre race et de garantir l'avenir à nos enfants, n'est-ce pas ? »

« C'est important parce que la politique est en aval de la foi et de la culture ... Si nous croyons vraiment que la famille est la pierre angulaire de la société, est-il étonnant que nos ennemis en aient fait la cible principale ? …»

« Vu à travers cette lentille, Amoris Laetitia représente une plus grande menace pour le mariage (et donc pour une société saine) que le mouvement d’« union homosexuelle » même. Pourquoi ? Parce que c’est la capitulation complète du dernier rempart culturel qu’est le mariage sacramentel à la culture de l'épanouissement personnel ».

Comme je l'ai dit : c’est la bataille finale. À tout membre de la presse Catholique « dominante » qui ne voit toujours pas la gravité de la situation, je dis : « Vous devez être endormis ». Pendant ce temps, on rapporte que François lui-même a admis à son cercle de confidents : « Il ne faut pas exclure que je vais entrer dans l'histoire comme celui qui a divisé l'Église Catholique ».

Êtes-vous réveillés maintenant ?