vendredi 23 décembre 2016

L’histoire des quatre enveloppes
En relation avec la restructuration au Vatican
présentée par le Pape dans son allocution
à la Curie le 22 décembre 2016


Définition d'une organisation bureaucratique
C'est une organisation qui ne s'adapte pas graduellement à sa clientèle mais, lorsqu'elle le fait, elle le fait « par crise ». La « crise », c'est la réorganisation. Elle suspend alors toutes les règles qui existent, purge et rétablit ensuite de nouvelles règles. Le pire, c'est que c'est un « cercle vicieux ».

Feu Michel Crozier (2013)
Sociologue des organisations
Le phénomène bureaucratique




Oui... mais vous pourriez dire que le Vatican n'est pas une organisation ordinaire... C'est vrai qu'habituellement le Saint Esprit guide l'Église et, conséquemment, le Vatican. Mais nous sommes dans des temps peu ordinaires. N'avez-vous pas remarqué les deux premières minuscules lignes de notre première page principale ? Il s'agit de deux locutions de Jésus données à Lumière de Marie...

« Le mal est entré dans la Maison même du Vatican » 5 janvier 2016
« Dans Mon Église, ils ont flirté avec le mal ; la franc-maçonnerie détient le pouvoir ... » 4 juillet 2015

Peut-il alors en sortir du bien ?
Ne faisons-nous pas affaire à une « vraie bureaucratie »... maçonnique même ?


En somme, le Vatican souffre de la même maladie que toute autre organisation bureaucratique : la « structurite » aigue qui nous a été à nouveau démontrée dans l'allocution du Pape à la Curie le 22 décembre 2016.




Préambule à cette histoire

Cette histoire est contée depuis des lunes dans le milieu des conseillers en administration. Et si elle perdure, c’est bien parce qu’il y a un fond de vérité à celle-ci. L’article portant sur l’allocution du Pape à la Curie le 22 décembre m’a fait penser à vous la raconter.

Si vous vous souvenez des principaux événements qui se sont déroulés au cours de la Papauté de François, vous saurez sûrement faire les associations qui s’imposent. Vous avez le droit de penser que la totalité des 27 effectifs qui furent remerciés de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements pourrait bien faire partie de cette blague tout comme le limogeage qui a eu lieu à l'Institut Jean-Paul II. Imaginez... ce sont que des exemples donnés ici.. Quant à moi, je tenterai de vous la raconter « objectivement » (hum !).

Autre petit commentaire : si vous travaillez dans une grande organisation, cher (ère) lecteur (trice), vous remarquerez que cette histoire s’applique très bien à votre milieu !

Voici donc cette histoire suave…

Le chef ultime d’une très grande organisation venait d’être nommé. Il était fortuné : il profiterait d’une rencontre de transition avec son prédécesseur qui ne quittait pas, semble-t-il, dans les meilleurs termes qui soient. Mais le nouveau chef n’en savait guère plus.

La rencontre de transition :

Le chef partant : « Je vous ai préparé 4 enveloppes pré-numérotées que j’ai remisées dans votre tiroir de bureau. Si vous avez quelque problème que ce soit avec votre personnel, n’hésitez pas à les ouvrir, elles vous seront sûrement utiles…

Le nouveau chef était ravi de pouvoir bénéficier de l’expérience de son prédécesseur… Il se mit donc à la tâche de diriger cette organisation…

Au bout de quelques mois…

Le nouveau chef éprouvait beaucoup de difficulté à faire passer ses idées à son personnel… La résistance était forte, les arguments contre ses idées pleuvaient toujours…

Un soir, après les heures, seul à son bureau, abattu par tant de résistance, il se résolut à ouvrir le tiroir de son bureau et à ouvrir la première enveloppe. Il était écrit :

Tous les irritants, tous les maux, les problèmes que tu as pu entendre récemment de ton personnel, il va falloir que tu les connaisses par cœur car tu vas les réciter au complet devant une assemblée importante de ton personnel et, suite à cette énumération que tu auras faite, tu attribueras tous ces maux à ton prédécesseur. Tu promettras une « réforme » qui va tenir compte et éliminer toutes ces doléances.

N’envoies pas de e-mail sur ce sujet car c’est trop froid ou impersonnel. Vois-les physiquement ou bien fais un vidéo pour qu’ils voient que tu as l’air bien convaincu.

Tu devrais avoir la paix pour un bout de temps car le personnel va se dire que, du fait que tu as nommé tous les problèmes, tu pourras les résoudre. Il sera plein d’espoir.

Comme de fait, il y a eu accalmie et espoir chez le personnel…

Au bout de quelques mois…

La vapeur reprit de la force dans la marmite… La résistance augmentait à nouveau…

Un soir, après les heures, seul à son bureau, abattu par tant de résistance, il se résolut à ouvrir le tiroir de son bureau et à ouvrir la deuxième enveloppe. Il était écrit :

Quant tu rencontres de la résistance, pense à réorganiser tes effectifs. Annonce une réorganisation. Ton personnel va avoir assez peur de perdre leur chaise qu’il ne s’occupera plus de te prendre en cible. Tu vas avoir la paix. Et utilise des consultants externes parce qu’ils donnent une belle image d’objectivité et ça ne t’empêche pas de leur dire quoi faire car, après tout, ils ne mordront la main qui les nourrit. Mais en utilisant des conseillers externes, si ta réorganisation ne porte pas fruit et que le personnel critique par la suite, tu auras des bons boucs émissaires !

Comme de fait, le chef annonça une réorganisation… Tout le monde était sur la pointe des pieds. Seul le chef avait enfin les pieds à plats sur terre…

Au bout de quelques mois…

La vapeur reprit de la force dans la marmite… ce n’était plus seulement le comité exécutif mais c’était l’ensemble des cadres supérieurs. Le chef commençait à être moins salué dans les corridors… Et quand il l’était, c’était par gêne et non par empathie…

Mais le chef était capable de vivre avec ces attitudes… Ce dont il n’était pas capable, c’était le fait que les choses qu’il avait demandées de faire ne se faisaient pas… Ça, c’était intolérable pour lui…

Un soir, après les heures, seul à son bureau, abattu par tant de résistance, il se résolut à ouvrir le tiroir de son bureau et à ouvrir la troisième enveloppe. Il était écrit :

Mon cher, tu en es rendu au sacrifice… Qu’est-ce à dire ? Il te faudra un cadre — et tant mieux s’il est bien populaire, bien aimé et bien respecté… C’est toujours mieux ainsi car la leçon porte plus — que tu vas foutre dehors après l’avoir engueulé comme du poisson pourri devant ses pairs. Qu’il soit innocent ou coupable, ça n’importe pas du tout. L’important, c’est de donner une leçon aux autres pour qu’ils restent assis sur leur chaise… Tu comprends ?

Tu vas avoir la paix ensuite. Plus personne ne va se lever de sa chaise…

Et, comme de fait, le sacrifice eut lieu. Un agneau a payé pour la résistance de tous. Le calme est ensuite revenu, chacun tenant bien serrée sa chaise…

Au bout de quelques mois…

Le chef a vu poindre des éléments de résistance à nouveau. Mais il se disait que ce n’était que des éléments dispersés ici et là dans l’organisation. Mais avec les semaines qui passaient, la cohésion augmentait…

Un soir, après les heures, seul à son bureau, abattu par tant de résistance, il se résolut à ouvrir le tiroir de son bureau mais il hésitait à ouvrir la quatrième enveloppe. C’était en effet sa dernière enveloppe. Mais, au bout d’un moment, il se résolut à l’ouvrir. Il était écrit :

Prépare tes quatre enveloppes…