mardi 13 décembre 2016

Pourquoi les Modernistes

détestent l'Immaculée Conception



Écrit par : Chris Jackson
Chroniqueur Remnant
SOURCE : The Remnant


À l’occasion de la Fête de l'Immaculée Conception, j'ai compilé quelques citations qui nous disent précisément pourquoi nous n’avons pas vu beaucoup de Libéraux et de Modernistes célébrer avec quelqu'enthousiasme que ce soit la Fête de l'Immaculée Conception . Car, comme ces citations l'expliquent, ce Dogme détruit implicitement les fondements sur lesquels repose leur idéologie. En plus d'être un joyau dans la couronne de Notre-Dame, ce Dogme, au-dessus de tous les autres Dogmes mariaux, est l'un des principaux instruments qu'elle utilise pour écraser la tête du serpent ... Chris Jackson

De AD DIEM ILLUM LAETISSIMUM (Sur l'Immaculée Conception)

Par Pape Pie X


Encyclique promulguée le 2 février 1904

« Mais, afin que l'on ne croie pas que Nous ayons perdu de vue Notre sujet, qui est le mystère de l'Immaculée Conception, que de secours efficaces n'y trouve-t-on pas, et dans leur propre source, pour conserver ces mêmes vertus et les pratiquer comme il convient ! »

D'où partent, en réalité, les ennemis de la religion pour semer tant et de si graves erreurs, dont la foi d'un si grand nombre se trouve ébranlée ? Ils commencent par nier la chute primitive de l'homme et sa déchéance. Pures fables, donc, que la tache originelle et tous les maux qui en ont été la suite : les sources de l'humanité viciées, viciant à leur tour toute la race humaine; conséquemment, le mal introduit parmi les hommes, et entraînant la nécessité d'un rédempteur. Tout cela rejeté, il est aisé de comprendre qu'il ne reste plus de place ni au Christ, ni à l'Église, ni à la grâce, ni à quoi que ce soit qui passe la nature. C'est l'édifice de la foi renversé de fond en comble. Or, que les peuples croient et qu'ils professent que la Vierge Marie a été, dès le premier instant de sa conception, préservée de toute souillure : dès lors, il est nécessaire qu'ils admettent, et la faute originelle, et la réhabilitation de l'humanité par Jésus-Christ, et l'Évangile et l'Église, et enfin la loi de la souffrance: en vertu de quoi tout ce qu'il y a de rationalisme et de matérialisme au monde est arraché par la racine et détruit, et il reste cette gloire à la sagesse chrétienne d'avoir conservé et défendu la vérité. De plus, c'est une perversité commune aux ennemis de la foi, surtout à notre époque, de répudier, et de proclamer qu'il les faut répudier, tout respect et toute obéissance à l'égard de l'autorité de l'Église, voire même de tout pouvoir humain, dans la pensée qu'il leur sera plus facile ensuite de venir à bout de la foi ».

« C'est ici l'origine de l'anarchisme, doctrine la plus nuisible et la plus pernicieuse qui soit à toute espèce d'ordre, naturel et surnaturel ».

« Or, une telle peste, également fatale à la société et au nom chrétien, trouve sa ruine dans le dogme de l'Immaculée Conception de Marie, par l'obligation qu'il impose de reconnaître à l'Église un pouvoir, devant lequel non seulement la volonté ait à plier, mais encore l'esprit. Car c'est par l'effet d'une soumission de ce genre que le peuple chrétien adresse cette louange à la Vierge : "Vous êtes toute belle, ô Marie, et la tache originelle n'est point en vous" (Messe de l’Immaculée Conception) ».

« Et ainsi se justifie encore une fois ce que l'Église attribue à cette Auguste Vierge qu'elle a exterminé toutes les hérésies du monde ».

D'un sermon de 1875 par le Révérend Edward I. Purbrick, SJ :

« ... Et si nous étudions la nature de la Doctrine définie, nous verrions d’abondantes raisons pour une gratitude bien ressentie de notre cœur. La civilisation moderne est basée sur le naturalisme et le naturalisme dédaigne l'idée de la chute de l'homme. Le péché originel est une doctrine tout à fait conforme aux principes fondamentaux d'un système qui émancipe la chair, glorifie la nature et proclame la souveraineté de la raison humaine. La Doctrine de l'Immaculée Conception et sa déclaration en tant qu'article de foi sont une affirmation de la chute de l'homme et du péché originel, aussi claire et catégorique en vertu du fait qu'une pure créature a été surnaturellement exempte de toute tache d’une telle corruption. En insistant sur la seule exception et sur ses causes, l'Église n’inculque la règle générale qu'avec la plus grande force. Et en fixant ainsi l'esprit de ses enfants sur la vérité qui est la plus diamétralement opposée à l'hérésie fondamentale des temps modernes, elle leur fournit un antidote à son poison insidieux et leur coupe les erreurs qui sont à la racine des théories fascinantes si soigneusement entretenues par le paganisme ranimé de l'époque ».

De la Définition de l'Immaculée Conception, trouvée dans le livre « Our Faith and Belief » [ Notre Foi et Notre Croyance ] (Murphy & McCarthy 1917) :

« ... Mais si l'Incarnation est ainsi continuellement honorée par l'Église, il n'en est pas moins vrai qu'elle est l'objet d’attaques incessantes de la part des hérésies (insidieuses ou ouvertes) ; et d'Arius à Luther, comme a prédit Saint Jean, la marque de l'Antéchrist a été de nier ou de compromettre la Doctrine selon laquelle Dieu « est venu dans la chair » et a pris notre nature à partir de la substance de la Sainte Vierge. Dans l'Église, il n'y a pas de doctrine, de discipline ou de pratique qui n'ait pour fin et pour objet, direct ou indirect, la préservation ou l'application du fait merveilleux que nous commémorons à Noël — L’Homme-Dieu ».

« Mais toutes les formes d'erreur, depuis celles des Galates jusqu'à celles de Luther, de Calvin et de Cranmer ainsi que toutes les autres sectes subséquentes auxquelles elles ont donné naissance — toutes les tentatives du pouvoir séculier contre l'Église, des Empereurs Romains à Elisabeth et Victoria, ne sont que des dispositifs du serpent pour renverser la Prophétie dans le mystère duquel « la Femme » devrait « écraser sa tête ». En Angleterre, il vient seulement être rendu licite au Clergé d'administrer même les Sacrements de l'Église et d'appliquer ainsi aux individus les bienfaits de l'incarnation ; et nous savons que, dans la vie de certains d'entre nous, un Évêque Catholique a été poursuivi pour avoir dit la Messe et avoir donné la Confirmation ».

« Le Protestantisme est la dernière, la plus subtile, et peut-être la forme la plus pernicieuse des erreurs qui soit apparue ; et les doctrines de l'Establishment Anglo-Irlandais sont d'autant plus pernicieuses à cause du déguisement qu'elles ont prises ; car, ayant emprunté à l'Église certaines formes et cérémonies, certaines paroles et formules, elles sont capables de beaucoup plus de succès dans leur tromperie que les autres formes de Protestantisme. « Ça a été pour elles », affirme un récent écrivain, « de prétendre à une succession apostolique d'évêques », de voler de grands fragments de vieilles prières Catholiques, de chanter des hymnes Catholiques anciens, de répéter des vieilles croyances Catholiques et de singer l'exclusivité même de l’Église. Elles ordonnent aux plus fières de toutes les races d'admettre d'un souffle le Credo Athanasien et la Suprématie Royale et achète le consentement de ses victimes avec un revenu de £ 3,000,000 sterling ».

« Mais la fidélité nominale aux croyances d'Athanase et de Nicée n'a pas assuré l'acceptation de la Doctrine de l'Incarnation par ses membres qui, pour la plupart, ignorent simplement la croyance que les natures Divine et humaine sont indissociablement unies en une seule Personne ; et celle de cette Divine Personne, la Sainte Vierge, est la vraie et authentique Mère. Ce fut ce mystère qui fut la cause de la chute de Lucifer ; et ce sera le grand objet de ses attaques. Arius a ouvertement nié la Divinité de Notre Seigneur ; le Protestantisme, subtil et rusé, dissimulant sa fin et son objet et faisant semblant de zèle à l'honneur de Notre Seigneur, a attaqué l'Incarnation plus insidieusement et efficacement en réduisant sa Mère Bénie au niveau d'une « simple femme (ordinaire) » ( comme certains de ses écrivains n'hésitent pas à l'appeler ) et niant toutes ces Doctrines et Rites qui ont été le résultat ou la croissance de ce mystère.

Mais au Concile de Trente comme à celui de Nicée, et maintenant à Rome, le Catholique a défendu la Vraie Doctrine par ses définitions et par ses anathèmes ; et, comme à Éphèse, il y a quatorze siècles, il condamna les erreurs de Nestorius et, en proclamant la Divine Maternité de Marie, garda efficacement la Vraie Doctrine de l'Incarnation de son Fils ; si maintenant, dans cet âge d'incrédulité et d'irrévérence, quand tant de Chrétiens refusent d'honorer la Mère de Dieu, Elle a déclaré cet autre grand mystère — le premier dans l'ordre du temps et celui qui prépare l’Incarnation, étant requis pour l'honneur de Notre Seigneur lui-même — à savoir Son Immaculée Conception. Les gloires de Marie ( pour citer le titre d'un des discours du Dr Newman ) sont « pour le bénéfice de Son Fils » et elles ne sont jamais entièrement séparées dans la commémoration de l'Église ... »

Comme l'observe Dr Faber dans un de ses récents sermons, l'honneur ou le déshonneur de la Mère et du Fils vont invariablement ensemble ; et nous savons par l'histoire de la Réforme dans ce pays et dans d'autres pays, que la destruction des images et des autels de Marie a rapidement suivi la profanation du Saint-Sacrement; tandis que, d'autre part, ceux qui chérissent la dévotion à Notre Seigneur dans la Sainte Eucharistie sont également dévots en proportion envers sa Mère Bénie. Et quand il est exposé sur l'autel pour l'adoration des Fidèles, c'est sa Sainte Mère que nous invitons afin de lui présenter nos prières, en lui adressant tous les titres avec lesquels l'Église nous a appris à invoquer son aide en concluant avec son Immaculée Conception.