mercredi 21 février 2018

Les retweets du conseiller pontifical appellent l’Église à fermer EWTN
à moins qu'ils ne congédient Raymond Arroyo »




Par : Claire Chretien

SOURCE : Life Site News
Mardi le 20 février 2018 - 12:21 pm EST




20 février 2018 (Life Site News) - Le confident du Pontife, Antonio Spadaro, a retweeté un appel pour que EWTN soit sévèrement censuré « jusqu'à ce qu'ils se débarrassent de Raymond Arroyo ».

L'appel à l’« interdit » de l'empire des médias Catholiques lancé par Mère Angélique est venu d'Anthony Annett, assistant du directeur du département des communications du Fonds Monétaire International.

Un interdit est essentiellement à un pas très court de l’excommunication. Ça interdit à une personne ou à des gens d'accéder à la plupart des Sacrements de l'Église.

« Qui commet un acte de violence physique contre le Pontife Romain encourt une excommunication latae sententiae réservée au Siège Apostolique à laquelle, s'il s'agit d'un clerc, peut s'ajouter en raison de la gravité du délit une autre peine, y compris le renvoi de l'état clérical. ( Canon 1370 ). « Qui fait de même contre une personne qui a le caractère épiscopal, encourt un interdit latae sententiae, et de plus, s'il s'agit d'un clerc, la suspense latae sententiae ».

Le dictionnaire de la Culture Catholique explique qu'un interdit est :

« Une censure interdisant aux fidèles, tout en restant en communion avec l'Église, l'usage de certains privilèges sacrés, tels que l'enterrement Chrétien, certains des Sacrements et la présence aux offices liturgiques. Cela n'exclut pas de l'appartenance à l'Église et n'implique pas nécessairement une faute personnelle de toute personne touchée par l'interdit. Lorsqu'elle est imposée pour une période déterminée, c'est une sanction vindicative en raison d'un acte grave commis contre le bien commun de l'Église par une ou plusieurs paroisses. Les services religieux habituels sont réduits, mais des sacrements peuvent être donnés aux mourants, des mariages célébrés, et la Sainte Communion est administrée si l'interdit est général ou local ( pas personnel ). Un interdit général ne peut être infligé que par le Saint-Siège. Les paroisses ou les personnes peuvent être interdites seulement par l'Ordinaire du lieu ».

Annett a demandé qu'une interdiction soit imposée à EWTN en raison d'un segment de l’émission World Over du 15 février 2018.

« Ne vous y trompez pas », a tweeté Annett, la discussion sur un récent discours de Spadaro et de l'ultra-libéral Cardinal Blase Cupich « représentent » une guerre totale « contre la Papauté du Pape François ».

Arroyo était un ami proche de Mère Angélica. Il est l'auteur de nombreux livres. Comme la confusion a monté pendant le règne du Pape François, l’émission signée par Arroyo, The World Over, a analysé les développements troublants dans l'Église. Arroyo le fait souvent avec l'aide du Père Gerald Murray et de Robert Royal ( la « clique du Pape » ).

Spadaro, un Jésuite que l'on appelle souvent le « porte-parole » du Pape, critique souvent les critiques sur l'ambiguïté d'Amoris Laetitia ou sur le Pontificat de François. Il est le rédacteur en chef de La Civiltà Cattolica.


Durée : 58 min 14 sec

Le segment de l’émission World Over couvrait le récent discours de Spadaro à l'Université de Georgetown. Arroyo a dit qu'il avait demandé une interview à Spadaro, mais il a dit qu'il était trop occupé.

Lors de ce discours à Georgetown, Spadaro a dit de la diplomatie du Pape : « Le Pape est à des années-lumière des théoriciens d'un choc des civilisations. François cherche à dissoudre le récit d'un conflit final toxique de religions qui nourrit la peur du chaos ».

Le Père Murray a déclaré à Arroyo que ces déclarations étaient « déroutantes » parce que « cela réduit la vie humaine à un simple jeu de « roi de la colline » et l'Église enseigne exactement le contraire. La vie humaine consiste à accomplir la volonté de Dieu, connaissant cette volonté et, ensuite, essayant de mettre une société en accord avec cette volonté ».

« Cela implique d'identifier les choses qui sont mauvaises [ et ] de les réprouver » a déclaré Murray.

Certains utilisateurs de Twitter se sont moqués de l'appel à punir EWTN à moins qu'ils ne licencient Arroyo.

En 2015, alors que commençait l'Année de la Miséricorde, un Archevêque du Vatican a suggéré que certaines critiques du Pape François pourraient entraîner une excommunication automatique.