jeudi 15 février 2018

RAPPORT SPÉCIAL

La présumée dissimulation papale,
Le Pape accusé dans une affaire
d’abus sexuel international





Écrit par Hilary White
ex-correspondante à Rome
Le 9 février 2018
SOURCE : The Remnant



Plus de « Pape humble »

Hey, rappelez-vous il y a cinq minutes quand le Pape François a crié à un journaliste au Chili qu'il n'y avait « aucune preuve » à l'appui des plaintes contre son bon ami Évêque, Juan Barros ? Et, juste pour faire bonne mesure, il a accusé les personnes qui l'accusaient — les victimes d'abus sexuels par le mentor de Barros, le prédateur sexuel condamné Karadima — de commettre des « calomnies » ? [1] Et rappelez-vous quand le Cardinal O'Malley a dit au Pape en public au sujet de la « douleur » que ces accusations avaient causée aux victimes d'abus sexuels ? Et puis rappelez-vous comment le Pape s'était excusé — sauf pas vraiment — parce que les accusations sont, après tout, toujours des mensonges, et qu'il n'y a toujours « aucune preuve » contre Barros... ?

La presse, aussi bien séculière que Catholique, est remplie cette semaine de l'histoire que le Pape a effectivement vu la preuve de la complicité de Barros dans les abus sexuels de Karadima — non seulement que Barros avait aidé à dissimuler, mais qu'il avait été présent et témoin direct à l'époque et donc un participant passif. Nicole Winfield et l'Associated Press ont lâché la bombe que les informations provenaient directement des victimes, que François avait renvoyées, a refusé de rencontrer lors de son voyage, et a livré par sa propre Commission sur les abus sexuels :

Le Pape François a reçu en 2015 une lettre d’une victime expliquant en détails comment un prêtre l'a abusée sexuellement et comment d'autres membres du clergé Chilien l'ont ignorée, contredisant l'insistance récente du Pape selon laquelle aucune victime n'avait dénoncé la dissimulation ; c’est ce que l'auteur de la lettre et les membres de la propre commission d'abus sexuels de François ont dit à l'Associated Press [ AP ].

Le fait que François reçoive la lettre de huit pages, obtenue par l’Associated Press, remet en cause son insistance sur le fait qu'il pratique une « tolérance zéro » pour les abus sexuels et les dissimulations. Cela remet également en question son empathie déclarée envers les survivants des abus, aggravant la crise la plus grave de son pontificat de cinq ans..

Maintenant, il semble que François ait également annulé un avertissement de 2015 de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi selon lequel Barros ne devrait pas être nommé Évêque. Le quotidien Catholique Italien La Nuova Bussola Quotidiana rapporte que non seulement le Pape a vu une lettre des victimes, mais que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, sous Muller, « avait déjà mené une enquête préliminaire sur Barros et sur les autres Évêques proches de Karadima qui avaient conduit à décision de les relever de leurs fonctions ».

« Mais avec une lettre signée par le Pape en janvier 2015 et envoyée aux Évêques Chiliens, la demande d'exemption est bloquée et peu de temps après Barros est promu à... Osorno ».

L'article souligne que bien que Karadima ait été condamné par un tribunal du Vatican à partir des témoignages des victimes, ce sont les mêmes témoignages des mêmes victimes-témoins que François rejette maintenant dans les accusations contre Barros. Les accusations portées contre Karadima viennent des mêmes sources que celles contre Barros qui, selon les victimes, était dans la pièce à l'époque.

Bien que les détails ne soient pas encore connus, les lecteurs peuvent se souvenir d'un incident particulier survenu un an plus tard, dans lequel le Pape François a sommairement ordonné le renvoi de trois prêtres de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, dont les enquêtes concernaient des religieux accusés d'abus sexuels. Le site web One Peter Five rapporte, par l'intermédiaire de Marco Tosatti, que le Pape a ordonné leur expulsion sans fournir aucune explication au Cardinal Préfet de l'époque, Gerhard Muller. Quand, après plusieurs tentatives et trois mois plus tard [ 2], Muller a pu obtenir une audience avec le Pape pour demander la raison, il a reçu la réponse : « Je suis le Pape, je n'ai pas besoin de donner de raisons pour aucune de mes décisions. J'ai décidé qu'ils devaient partir et ils devaient partir ».

Marco Tosatti rapporte l'incident de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, mais ça suit une histoire étrange d'une réunion de fonctionnaires de la Curie pour discuter de certaines nominations d'Évêques. Sans nommer les noms, ( ou, tout aussi frustrant, sans donner de dates [ 3] ) Tosatti raconte :

« C'était il y a quelque temps où l’on devait nommer un Évêque, pas en Italie. Le Nonce a préparé la triade [ la « terna » ou la liste des trois candidats ]. Un Cardinal, chef du dicastère, peut-être le même détenteur de la Congrégation pour les Évêques, lors de l'assemblée ordinaire, prit la parole en disant : « Le premier candidat indiqué est excellent, le second est bon. Mais je voudrais mettre en garde contre le troisième, que je connais bien, puisqu'il était séminariste avec moi et qu’il présente des problèmes à la fois sur le plan de la Doctrine et de la morale. Il répond peu aux critères nécessaires. Mais le troisième était un ami de quelqu'un et d’un autre Cardinal, du cercle actuellement au pouvoir, s'est jeté sur son collègue, l'accusant d'inconvenance. La réunion s'est terminée sans autres décisions ».

Quels que soient les détails de ces incidents étranges, ce qui est clair au Chili, c'est qu'aucun nombre de témoins oculaires n'allait faire la moindre différence. Bergoglio voulait Barros comme Évêque et c'était tout. Même en « s'excusant », le Pape en avait remis lorsque les journalistes l'avaient interrogé, en leur disant : « Vous, en toute bonne volonté, dites-moi qu'il y a des victimes, mais je n'en ai vu aucune, parce qu'elles ne se sont pas manifestées ».

« Dans le cas de Barros, il a été observé, il a été étudié ; il n'y a aucune preuve. La meilleure chose à faire si quelqu'un croit que c'est le cas est de présenter rapidement des preuves ».

Le rapport de l’Associated Press, cependant, dit exactement le contraire ; que ses propres membres ( la Commission aujourd'hui défunte sur les [ 4] ) abus ) avaient approché le Cardinal O'Malley, « le plus important conseiller en matière d’abus » auprès du Pape, avec la lettre à remettre au Pape.


Marie Collins, la survivante des abus Irlandais et membre de la Commission qui a démissionné, citant le refus du Vatican de prendre des mesures significatives, a déclaré à l’Associated Press : « Quand nous lui avons donné la lettre pour le Pape, il nous a assuré qu'il la donnerait au Pape et qu’il parlerait de nos préoccupations. Et à une date ultérieure, il nous a assuré que cela avait été fait. « Juan Carlos Cruz, la victime de Karadima dont l'adhésion à la Commission du Vatican a bloqué, a déclaré l’Associated Press : « Le Cardinal O'Malley m'a appelé après la visite du Pape ici à Philadelphie et il m'a dit, entre autres choses, qu'il avait donné la lettre au Pape — en mains propres ».

À première vue, il n'y a que quelques possibilités logiques ici. En fait, à moins que le Cardinal O'Malley — qui, à ce jour, est resté silencieux — se présente et dise qu'il n'a pas remis la lettre au Pape, il n'en reste qu'une : le Pape a menti. Et c'est ce qui est maintenant dit ouvertement par une vaste gamme de voix, laïques et Catholiques, à gauche et à droite.

Comme Winfield écrit :

« La révélation pourrait être coûteuse pour François, dont le bilan sur la crise des abus était déjà fragile après qu'un cas d'abus Italien bâclé dans lequel il est intervenu soit devenu public [ 5]. Plus récemment, il a laissé tomber la Commission des abus à la fin de l'année dernière. Les analystes du Vatican se demandent maintenant ouvertement s'il « comprend », et certains de ses propres conseillers reconnaissent en privé que peut-être il n'a pas encore pigé.

« Aucune preuve.. ». Mentez gros, mentez souvent, et lorsque vous êtes attrapés, continuez de mentir.

L'une des nombreuses choses que ces reporters laïcs semblent ne pas prêter attention est que l’expression « aucune preuve » est en fait une réponse en vrac bien répétée théâtralement pour Bergoglio. Il a dit presque exactement la même chose en 2013 lorsqu'il a été confronté à un autre homosexuel prédateur qu'il abritait. Le brouhaha entourant le commentaire « Qui suis-je pour juger » tend à obscurcir le contexte du commentaire.

Ce commentaire a été réalisé en réponse à une question d'un journaliste sur Monsignore Battista Ricca — un prélat dont l'homosexualité libertine est si bien connue qu'elle a été couverte par le Telegraph dès juillet 2013. Ilze Scamparini a demandé au Pape au sujet de Ricca, en disant : « Qu’avez-vous l'intention de faire à ce sujet ? Comment affrontez-vous cette question et comment Votre Sainteté entend-elle faire face à toute la question du lobby gay ? »

Quelle réponse Bergoglio a-t-il donnée ? Sa réponse standard : « Aucune preuve ».

« À propos de Monseigneur Ricca : j'ai fait ce que la loi canonique demande, c'est une enquête préliminaire. Et à partir de cette enquête, il n'y avait rien de ce qui avait été allégué. Nous n'avons rien trouvé de ça. C'est la réponse ».

Il a ajouté : « Dans ce cas, j'ai mené l’enquête préliminaire et nous n'avons rien trouvé »
.

Mais les activités de Ricca, pour lesquelles le Pape a prétendu qu'il n'y avait aucune évidence, étaient notoires. Ces activités comprennent notamment avoir été pris en flagrant délit dans un ascenseur avec un prostitué adolescent et sa relation sexuelle avec un capitaine de l'Armée Suisse. Le comportement de Ricca était si flagrant qu'il fallut l'intervention du Nonce Uruguayen pour le faire limoger. Ça a été rapporté en 1999 et en 2000 par le site L'Espresso, qui a déclaré que l'information avait été confirmée par « de nombreux Évêques, prêtres, religieux et laïcs » en Uruguay. [ 6].

En fait, les éléments de preuve montrent que Ricca est complètement conforme aux procédures normales de Bergoglio. Comme l'a écrit « Marcantonio Colonna » dans le Pape Dictateur : « En fait, sa protection de Monseigneur Ricca correspond au modèle qui était bien établi quand il était Archevêque de Buenos Aires, où il s'entoure de gens moralement faibles pour les avoir sous la main ».

C'est à ce premier commentaire, à savoir « aucune preuve », sur l’avion de retour de Rio de Janeiro que certains de ceux qui prêtaient attention ont commencé à comprendre que la politique de Bergoglio était en ligne avec celle de certains leaders du passé qui recommandaient que si un politicien allait mentir, il devrait mentir gros et mentir effrontément. Et au cas où quelqu'un se demanderait ce qui allait se passer ensuite, le même conseil disait de continuer à mentir après que vous avez été attrapés.

Le modèle du silence et, quand il est pressé, le refus catégorique a été la politique de Bergoglio depuis longtemps avant qu'il ne vienne sur la scène internationale. Il a un long passé en Argentine à frôler de près les scandales et à nier avec véhémence toute implication, et à compter largement sur la bonne volonté générale des Catholiques envers les Évêques pour y parvenir. Peut-être que sa plus grande erreur avec Barros a été de ne pas comprendre à quel point il lui restait peu de capital de confiance dans le monde Catholique dans son ensemble. En effet, sur le sujet des prêtres abusant sexuellement des jeunes, il ne pouvait être mesuré que par les chiffres négatifs.

« Les Victimes Argentines qui ont essayé de rencontrer le Pape François.. »

Bien que le site Web Bishop Accountability soit ouvertement anti-clérical, leurs données sont inattaquables car la plupart d'entre elles proviennent d'informations déjà publiques. Sur leur page d'Argentine, il y a une longue liste d'accusations que Bergoglio / François n'est tout simplement pas intéressé à entendre des victimes.

« Dans les 21 années du Pape François comme Évêque et Archevêque de Buenos Aires, le Wall Street Journal rapporte, y compris les années quand il a dirigé la Conférence des Évêques d'Argentine, il a refusé de rencontrer les victimes d'abus sexuels ».

« Tous ont essayé de contacter le Cardinal Archevêque en 2002 ou plus tard », la même période où le Pape Benoît XVI et d'autres Évêques s'efforçaient de rencontrer les victimes et de manifester un intérêt pour le problème. Le site dit que « en plus de l'échec de Bergoglio à répondre aux victimes, le dossier public ne contient aucune preuve qu'il a publié des informations sur les agresseurs ».

En fait, il est allé jusqu'à nier carrément qu'il y ait eu des abus dans son Archidiocèse. Quelques semaines après son élection à la papauté, il a été cité par son ami, le Rabbin Abraham Skorka : « Dans mon diocèse, ça ne m’est jamais arrivé, mais un Évêque m'a appelé une fois par téléphone pour me demander ce qu'il faut faire dans une telle situation ». François a ajouté qu'il était d'accord avec l'attitude de « tolérance zéro » de l'Épiscopat Irlandais et a admiré les réformes du Pape Benoît XVI — dont il devait plus tard renverser discrètement.

Ce fut précisément à cette époque que les victimes d'Argentine tentèrent d'attirer l'attention du nouveau Pape. L'un, connu seulement sous le nom de « Gabriel », a voulu parler à François des abus sexuels qu'il a subis de la part de Julio César Grassi, accusé d'avoir molesté au moins cinq garçons, « qui a évité les sentences de la justice de Morón et la Cour de Cassation. Jusqu'à présent, les juges et les procureurs de toutes les instances l'ont reconnu coupable ».

Dans le cas où quelqu'un pense que l'affaire Grassi-Gabriel n'était pas assez sérieuse pour attirer l'attention du Pape, Bishop Accountability résume : « Un an après que Gabriel ait déposé des accusations criminelles [ 2003 ] mais avant le début du procès de Grassi, trois hommes ont saccagé l'appartement du survivant et l'ont battu ». Ces hommes ont menacé de le tuer s'il ne rétractait pas son témoignage et ne quittait pas l'affaire.

Dix ans [ après que Gabriel eut déposé des accusations criminelles ], en mai 2013, avec Grassi toujours libre malgré sa condamnation en 2009, « Gabriel et son avocat, Juan Pablo Gallego, ont apporté une lettre de deux pages adressé au Pape François au bureau du Nonce Apostolique à Buenos Aires. Un employé a refusé d'accepter la lettre après avoir appris sa teneur et a menacé d'appeler la sécurité si Gabriel et Gallego ne quittaient pas les lieux ».

Le groupe présume que c'est l'intervention directe de Bergoglio auprès des juges dans l'affaire qui a empêché une condamnation contre Grassi pendant si longtemps et a retardé sa condamnation par de multiples appels. En 2006, l'Archevêque Bergoglio se plaignait d'une « campagne médiatique » et affirmait que l'affaire Grassi était « différente » des autres accusations. Au cours de son procès criminel, Grassi a déclaré que Bergoglio « ne lâche jamais » sa main. En 2009, Grassi était condamné de deux chefs d'agression sexuelle aggravée et de corruption dans le cas de « Gabriel », qui avait 13 ans au moment des sévices, mais les appels ont traîné jusqu'à ce qu'il soit finalement envoyé en prison en septembre 2013.

Plusieurs autres cas similaires, qui ont tous été repoussés dans leurs tentatives de rencontrer Bergoglio, sont détaillés ici pour ceux qui ont l'estomac solide.

Un virtuose de la performance du mensonge

Regardant en arrière et examinant soigneusement son bilan, la maîtrise de Jorge Bergoglio dans l'utilisation des faiblesses des hommes moralement compromis devient évidente. C’est discutable que même les membres de la soi-disant « Mafia de Saint Gall » qui ont conspiré apparemment pour le mettre sur le trône de Peter ont été utilisés par lui. Mais il est également un maître pour juger un auditoire et de leur dire ce qu'ils s’attendent à entendre ; une compétence clé pour tous les arnaqueurs et les tricheurs de confiance.

En regardant attentivement le fameux commentaire « Qui suis-je pour juger », c'était clair dès le début. La première partie de cet entretien est un mensonge flagrant et énorme, et c'est de là que le Pape a présenté ses excuses pour l'homosexualité en général. Rappelons que c'était la toute première interview dans une envolée, lors du voyage de retour à Rome, à l'occasion des Journées Mondiales de la Jeunesse à Rio, quelques semaines après son élection. À l'époque, les apologistes du Pape se mirent immédiatement en action et nous avons tout entendu sur la façon dont le Pape parlait strictement dans les limites de la Doctrine Catholique.

Mais peut-être avec le recul, nous sommes prêts à examiner toutes les implications de son petit discours, celui qui a été clairement bien répété. ( N'oubliez pas qu'aucune question n'est posée dans une interview papale sans avoir été soigneusement étudiée à l'avance. Les journalistes doivent soumettre leurs questions bien à l'avance.) C'est le Pape qui expose sa politique en matière d'homosexualité, une politique pour laquelle il a été dûment récompensé en étant loué sur la couverture du magazine américain du lobby homosexuel.

Lisez attentivement sa réponse complète :

« Je vois que souvent dans l’Église, au-delà de ce cas et aussi dans ce cas, on va chercher les « péchés de jeunesse », par exemple, et on les publie. Pas les délits, eh ? Les délits c’est autre chose : l’abus sur mineurs est un délit. Non, les péchés. Mais si une personne, laïque ou prêtre ou sœur, a fait un péché, et ensuite s’est convertie, le Seigneur pardonne, et quand le Seigneur pardonne, le Seigneur oublie et cela est important pour notre vie. Quand nous allons nous confesser et que nous disons vraiment : « J’ai péché en ceci », le Seigneur oublie ; et nous, nous n’avons pas le droit de ne pas oublier, parce que nous courrons alors le risque que le Seigneur n’oublie pas nos péchés. C’est un danger. C’est important : une théologie du péché. Souvent je pense à saint Pierre : il a fait l’un des pires péchés, celui de renier le Christ ; et avec ce péché il a été fait Pape. Nous devons y penser beaucoup. Mais, revenant à votre question plus concrète : en ce cas j’ai fait l’investigatio previa et nous n’avons rien trouvé. Ça c’est la première demande. Ensuite, vous parlez du lobby gay. Bah ! On écrit beaucoup sur le lobby gay. Je n’ai encore trouvé personne au Vatican qui me donne sa carte d’identité avec « gay ». On dit qu’il y en a. Je crois que lorsqu’on se trouve avec une telle personne on doit distinguer le fait d’être « gay », du fait de faire un lobby ; parce que les lobbies, tous ne sont pas bons. Celui-ci est mauvais. Si une personne est gay et cherche le Seigneur, fait preuve de bonne volonté, qui suis-je pour la juger ? Le Catéchisme de l’Église catholique l’explique de manière très belle, mais il dit, attendez un peu comment il dit… il dit : « Nous ne devons pas mettre en marge ces personnes pour cela, elles doivent être intégrées dans la société ». Le problème n’est pas d’avoir cette tendance, non, nous devons être frères, car ceci est une chose, mais s’il y a autre chose, autre chose. Le problème est de faire de cette tendance, un lobby : lobby des avares, lobby des politiciens, lobby des maçons, beaucoup de lobby. Voilà le problème le plus grave pour moi. Et je vous remercie beaucoup pour avoir fait cette demande. Merci beaucoup !

L'une des techniques rhétoriques préférées du Pape est une combinaison de « Mendier la question » et de la conspiration. Il commence par supposer, sans aucun effort de défense ou d'explication, un point qui concède toute la question. C'était la première fois qu'un Pape utilisait le terme politique « gay ». Pas « homosexuel », pas « attiré par le même sexe », mais « gay », ce qui signifie qu'il a commencé par adopter l'ensemble des manipulations linguistiques du mouvement homosexuel. La langage compte en politique, et un Pape utilisant ce terme signifie qu'il commence implicitement la discussion — et son pontificat — en s'alignant sur les principes de base d'un mouvement violemment opposé à l'enseignement moral Catholique, et en opposition directe à son prédécesseur immédiat et toujours vivant,.

Dans ce cas aussi, il s'adressait à un avion chargé de journalistes qui étaient eux-mêmes soit laïcs, ou soit pour la plupart des Catholiques qui pensent qu'il est bien d'être en désaccord avec l'enseignement Catholique sur la sexualité. Il y a très peu de Catholiques « conservateurs » dans le pool de journalistes du Vatican. Cela signifie que son utilisation de cette langage était un clin d’œil et un hochement de tête complices à son public immédiat, un message sournois qui disait : « Les gens parlent tout le temps d'un lobby gay, mais vous et moi savons que c'est surtout un non-sens, la propagande de ces gens... ces conservateurs... Nous, les gens cool et branchés, ne détestons pas les gays, n'est-ce pas ? »

Ce écart étonnant suit une affirmation implicite mais très claire que Ricca s'est repenti et qu’il a abandonné son activité, une affirmation pour laquelle il n’y a absolument aucune preuve à l'appui. Nous sommes simplement invités à prendre la parole du Pape, mais étant donné que ça suit son étonnant mensonge effronté qu'il n'y a aucune preuve de l'activité homosexuelle de Ricca en premier lieu, nous pouvons considérer cette assurance pour ce qu'elle semble valoir.

Ensuite, après une autre petite blague à propos du « lobby gay » — ce qui implique ( mais bien sûr jamais dit carrément ) que tout cela est une absurdité hystérique — nous entendons une contradiction directe avec l'enseignement Catholique, pas moins d'une source qu’est son prédécesseur, le Pape Benoît Ratzinger. « Le problème n'est pas d'avoir cette tendance ». Eh bien, en fait, votre sainteté, oui c'est ça le problème, en particulier dans le cas des prêtres. La « tendance » est appelée dans le même Catéchisme que vous citez « intrinsèquement désordonné » et Ratzinger a été très clair que cette « tendance » est un signe d'un dysfonctionnement émotionnel sérieux qui « doit » empêcher un homme d'être ordonné.

Gaspiller le capital de confiance

Il y a quelques mois, dans une article pour le site The Remnant, j'ai parlé de la raison pour laquelle l'Église ( et presque toutes les sociétés humaines ) considère le mensonge comme un péché :

« Une erreur que beaucoup font à propos du mensonge est de le comprendre seulement en termes de moralité. Mais Thomas d’Aquin fait remarquer que c'est d'abord une question de métaphysique. Le mensonge est un acte en désaccord dans son essence avec la nature de la réalité ».

La théologie Thomiste enseigne que c'est en mentant que nous devenons le plus comme le diable, et le plus contrairement à Dieu, parce que nous essayons de changer la nature de la réalité pour convenir à nos propres buts. Le mensonge habituel vous change en effet en un être différent, qui est par nature un adversaire de la Vérité, ordonné contre la Vérité. Cela signifie bien sûr qu'une personne dont « l'orientation », comme on pourrait le dire, est vers le mensonge, même quand il dit à un moment donné quelque chose de vrai, il est toujours en train de servir ses mensonges. Il ne dit la vérité que pour continuer à contrôler et manipuler la réalité. Ce n'était pas par la violence, mais par le mensonge et la manipulation, en émettant des demi-vérités et en prétendant être le genre d'homme qu'il n'était pas, que le personnage de Shakespeare, Lago, a mérité le titre de personnage le plus mauvais de la littérature anglaise.

Les êtres humains sont naturellement ordonnés à la vérité et nous devons travailler à assumer un mensonge. C'est pourquoi les tricheurs de confiance peuvent réussir, pourquoi mentir fonctionne pour obtenir ce que vous voulez ; les gens ne le voient pas venir. La première hypothèse naturelle est la confiance, au moins au niveau de base d'attendre la vérité la plupart du temps. Nous considérons donc instinctivement le mensonge comme une trahison de confiance.

Compte tenu de la confiance que les fidèles Catholiques avaient dans la papauté jusqu'aux environs de 1965, combien de confiance non méritée François a-t-il bénéficié dès son élection, ce pontificat devrait être considéré comme l'une des grandes escroqueries de confiance dans l'histoire. Les Catholiques croyants ont regardé avec horreur comme ce Pape a habituellement piétiné sur tous les aspects de l'enseignement Catholique. Sandro Magister a récemment publié un article sur son site Web qui énumérait de façon vertigineuse les nombreuses fois, au cours des derniers mois, que le Pape François a falsifié avec une intention évidente, les paroles du Christ dans les Écritures et l'enseignement de l'Église.

Bien sûr, cela n'intéresserait guère les journalistes laïcs, qui n'ont pas prêté attention à son habitude de réécrire le Catholicisme, mais la crise des abus sexuels est quelque chose qui intéresse beaucoup les journalistes laïcs, un fait que Bergoglio semble n'avoir pas compris. Il est maintenant irréfutable que le Pape Bergoglio soit un menteur habituel — qu'en fait, la vérité, comme la réalité, ne semble signifier pour lui rien d'autre qu'un outil.

Les sociologues parlent du concept de « société de haute confiance », celle que les citoyens croient que les élites leur disent et les citoyens leur font confiance pour les gouverner et les protéger adéquatement. Ils avertissent que la perte générale de confiance dans les institutions conduit à un état général de chaos, dans lequel les lois livresques importent peu alors que les citoyens se tournent vers leur dernier recours pour se protéger, eux et leurs propres familles. C'est ainsi que les sociétés se désintègrent. Il a été dit à plusieurs reprises que la crise des abus sexuel a créé une perte massive de confiance envers les Prélats parmi les fidèles Catholiques, et c'est vrai.

Avec un tricheur de confiance professionnel sur le trône pontifical, utilisant ouvertement le mensonge et les manipulations pour maintenir le pouvoir et imposer un ordre du jour radicalement différent de la Doctrine Catholique, combien de temps avant cette désintégration prévisible ? La voyons-nous déjà ? La voyons-nous dans les déclarations de tel ou tel épiscopat sur Amoris Laetitia et la Communion pour les Catholiques divorcés et remariés civilement ? Avec le Cardinal Marx et d'autres promoteurs de « bénédictions » pour les « unions de même sexe », allons-nous assister à une escalade ? J'ai vu un véritable chœur de Catholiques sur les médias sociaux déclarer que, si Paul VI est canonisé, leur perte de Foi dans l'Église en tant qu'institution sera complète.

On m'a dit par des contacts à l'intérieur du Vatican qu'après le voyage au Chili, le soutien de Bergoglio s'est complètement tari. Il n'a plus de ressources de confiance, même parmi les gens qu'il a choisi de s'entourer et après les rapports du Cardinal Sandri qui l'a accompagné dans un match, il semble que même ses légendaires crises de colère n’ont plus l'effet désiré pour terroriser ses subalternes dans la soumission.

Marie Collins, qui n'est même pas une Catholique « conservatrice », a fait écho à cette inquiétude, affirmant que l'affaire Barros a « définitivement miné la crédibilité, la confiance et l'espoir » chez François.

« Tout ce que je peux dire, c'est que les gens qui avaient beaucoup d'espoir dans ce Pape, et je ne parle que des Catholiques ordinaires que je connais dans ma propre paroisse, trouveraient cela très difficile maintenant... et ne peuvent pas comprendre le Pape ni croire que ce Pape particulier a dit les choses qu'il a dites ces dernières semaines » a-t-elle déclaré au National Catholic Reporter.

Cela peut sembler être un moment de réjouissance, en voyant finalement la coquille du téflon papal, apparemment incassable, se fissurer, mais en réalité cette situation est potentiellement très dangereuse pour les âmes à long terme. Il y a une multitude de problèmes que ce pontificat a créés ou aggravés que nous aurons à traiter pendant longtemps après la disparition de Bergoglio, mais peut-être que l'un des plus importants sera la destruction de la confiance. Déjà fracturé depuis l'effondrement de toutes les institutions Catholiques après Vatican II et les horreurs de la crise d'abus sexuel, combien y aura-t-il de réparations de la confiance autrefois instable que les Catholiques ont instinctivement eu dans l'Église après cela ?

Remarques :

[1] « Aucune victime ne s'est manifestée au Chili ; montrez-moi la preuve. C'est de la calomnie et de la calomnie. Est-ce clair ? »

[2] Le livre « Le Pape Dictateur » raconte que les réunions régulières entre le Pape et les chefs des dicastères ont été abolies et même les Préfets de la Curie sont souvent incapables de voir le Pape, dont les nominations sont maintenant entièrement contrôlées par le Secrétariat d'État. Il est clair que personne ne voit le Pape à moins que le Cardinal Parolin ne l’approuve, ce qui pourrait être la raison pour laquelle le Cardinal Zen, dans ses efforts pour avertir François des dangers d'un accord du Vatican avec le gouvernement Chinois Communiste, a dû attendre Audience générale du mercredi.

[3] Ceci est courant dans le journalisme Italien qui a des normes quelque peu différentes de celles du monde anglo-saxon... et conduit le reste d'entre nous en réserve. Les Italiens se soucient de se faire une idée générale de ce qui se passe, là où les Anglo-Saxons sont considérés comme étrangement obsédés par les détails triviaux.

[4] Bien qu'elle n'ait jamais blâmé le Pape, Marie Collins s'est plainte que la bureaucratie du Vatican n'avait simplement pas mis en application les recommandations de la Commission. Le délai des membres de la Commission a été abandonné sans renouvellement et bien qu'il n'ait pas été officiellement dissous, la Commission a cessé de fonctionner sans aucun plan de relance.

[5] Probablement une référence à l'affaire Inzoli dans laquelle François a renversé une phrase précédente d'un tribunal du Vatican après que le prêtre — maintenant laïcisé — ait approché certains des proches conseillers du Pape pour l'aide, y compris le Cardinal Coccopalmerio.

[6] Pas n'importe qui à Rome essayait très dur. Sandro Magister a rapporté après le commentaire « Qui suis-je pour juger » : « Avant la nomination, on avait montré à François, comme d'habitude, le dossier personnel de Ricca, dans lequel il n'avait rien trouvé d'inconvenant. Il avait également entendu de diverses personnalités de la Curie, et aucun d'eux n'avait soulevé des objections ».