vendredi 23 février 2018

Le Pape abandonne
les Catholiques persécutés en Chine
Il se range du côté des Communistes



par Christopher A. Ferrara
SOURCE : The Remnant
Le 22 février 2018


Longtemps en maturation sous la politique d'Ostpolitik du Secrétaire d'État du Vatican — l'accommodement diplomatique du Vatican aux régimes Communistes, qui a commencé par le silence honteux du Concile Vatican II sur les maux du Communisme — la destruction systématique par le Vatican de l'Église Catholique visible en Chine semble être entrée dans sa dernière étape. Bergoglio, qui n'a jamais prononcé une parole critique contre un dictateur Communiste ou socialiste mais déclare librement que Trump n'est « pas Chrétien » s'il construit un mur frontalier, semble déterminé à terminer le travail déjà commencé du temps du règne de Jean-Paul II sous l'administration du Cardinal Angelo Sodano. Sodano est le même bureaucrate corrompu qui a couvert le scandale du Père Maciel en même temps qu'on le présentait comme l'Oracle de Fatima concernant son « interprétation » ridicule du Troisième Secret que nous sommes censés croire que Notre Dame aurait donné à l'Église en tant qu’énigme à résoudre par Sodano.

L'auteur de cet éditorial est Monsieur Christopher A. Ferrara. Monsieur Ferrara est avocat de profession. Il agissait aussi comme collaborateur principal de Feu Père Nicholas Gruner, fondateur du Centre de Fatima, Fort Érié, Canada et ayant aussi des installations à Rome. Il est chroniqueur dans plusieurs autres sites catholiques dont Le Remnant Newspaper.

Le coup de grâce sur le point d'être administré est une fusion forcée de l'Église Catholique « clandestine » en Chine, signifiant la vraie Église, avec l'Association Patriotique Catholique Chinoise ( APC ), la pseudo-Église contrôlée par le gouvernement et créée par le Régime Rouge Chinois en 1957 comme un instrument pour la suppression et la destruction ultime de la Foi en Chine. Ceci devait être accompli par la consécration illicite des Évêques schismatiques et leur consécration à tour de rôle des prêtres schismatiques. Le processus a commencé avec la trahison ecclésiastique des Évêques Catholiques légitimes alors en Communion avec Rome.

En 1954, dans son encyclique Ad Sinarum Gentem (1954), le Pape Pie XII réprouvait les membres de l'Église en Chine qui faisaient la promotion de l'erreur des « Trois Autonomies », selon laquelle l'Église en Chine « serait complètement indépendante, non seulement, comme nous l'avons dit, en ce qui concerne son gouvernement et ses finances, mais aussi en ce qui concerne l'enseignement de la Doctrine Chrétienne et la prédication sacrée ... « L'autonomie de la Doctrine et de la prédication est précisément le but de l'APC qui assure la conformité de ses membres, au moins par leur silence forcé, aux politiques immorales de Pékin et à l'indépendance générale de l'Autorité Romaine en cas de conflit avec le régime ».

Dans l'année qui suivit la création de l'APC, Pie XII, conformément à la condamnation systématique du Communisme par le Magistère, publia son encyclique Ad Apostolurum Principis ( 1958 ) sur le Communisme et l'Église en Chine. S'adressant aux Évêques de Chine, le Souverain Pontife a condamné la création de l'APC comme la dernière étape de la mise en œuvre de l'erreur des « Trois Autonomies » :


Pie XII et les Catholiques Chinois

Car, par une activité particulièrement subtile, une association a été créée parmi vous, à laquelle a été attaché le titre de « Patriotique » et les Catholiques sont forcés par tous les moyens d'y prendre part. Cette association, comme on l'a souvent proclamée, se forma ostensiblement pour rejoindre le clergé et les fidèles amoureux de leur religion et de leur pays... Et pourtant — malgré ces généralisations radicales sur la défense de la paix et de la Patrie, qui peuvent tromper les crédules — il est parfaitement clair que cette association est simplement une tentative d'exécution de certaines politiques bien définies et ruineuses. Car sous une apparence de Patriotisme, qui n'est en réalité qu'une fraude, cette association vise principalement à faire progressivement adhérer les Catholiques aux principes du matérialisme athée par lequel Dieu Lui-Même est nié et les principes religieux sont rejetés.

De la création de l'APC, Pie XII remarqua que ses membres étaient :

« contraints d'approuver les prescriptions injustes par lesquelles les missionnaires sont jetés en exil et par lesquelles les Évêques, les prêtres, les religieux, les religieuses et les fidèles en nombre considérable sont emprisonnés ; à consentir aux mesures par lesquelles la compétence de nombreux pasteurs légitimes est constamment entravée ; à défendre des principes pervers totalement opposés à l'unité, à l'universalité et à la constitution hiérarchique de l'Église ; à admettre ces premiers pas par lesquels le clergé et les fidèles sont minés dans l'obéissance due aux Évêques légitimes ; et à séparer les communautés Catholiques du Siège Apostolique ».

Parmi ces premiers pas, « certains ecclésiastiques ont témérairement osé recevoir la Consécration Épiscopale » — après avoir été choisis par « le peuple » ( c'est-à-dire Pékin ) — « malgré l'avertissement public et sévère que ce Siège Apostolique a donné aux personnes impliquées ». Concernant ces traîtres, qui ont usurpé la juridiction des Évêques Catholiques légitimes, Pie XII déclarait : « Des Évêques qui n'ont été ni nommés ni confirmés par le Siège Apostolique, mais qui, au contraire, ont été élus et consacrés au mépris de ses ordres exprès, ne jouissent d'aucun pouvoir d'enseignement ou de juridiction puisque la compétence ne passe aux Évêques que par le Pontife Romain ... Les actes exigeant le pouvoir des Saints Ordres qui sont accomplis par des ecclésiastiques de ce genre, bien qu'ils soient valides aussi longtemps que la consécration conférée était valide, sont encore gravement illicites, c'est-à-dire criminels et sacrilèges ».

L’APC, a observé Pie XII, a été érigée en défiant ouvertement la définition solennelle du Premier Concile du Vatican, en accord avec toute la Tradition, de la Primauté du Pontife Romain « sur le monde entier et le Pontife Romain lui-même en tant que Successeur du Bienheureux Pierre [ qui ] continue d'être le vrai Vicaire du Christ et le Chef de toute l'Église, le Père et le Maître de tous les Chrétiens ... [ avec ] le plein pouvoir de prendre soin de l'Église universelle et de la gouverner.

En conclusion, Pie XII a déclaré l'excommunication des Évêques schismatiques de l’APC :

« Il s'ensuit qu'aucune autorité, sauf celle qui est propre au Pasteur Suprême, ne peut rendre nulle la nomination canonique accordée à un Évêque [ légitime ] ; qu'aucune personne ou groupe, que ce soit des prêtres ou des laïcs, ne peut revendiquer le droit de nommer des Évêques ; que nul ne peut légalement conférer la Consécration Épiscopale s'il n'a reçu le mandat du Siège Apostolique. Par conséquent, si une consécration de ce genre est faite contraire à tous les droits et à la loi, et par ce crime, l'unité de l'Église est sérieusement attaquée, une excommunication réservée specialissimo modo a été établie au Siège Apostolique qui est automatiquement encourue par le consécrateur et par quiconque a reçu la consécration de façon irresponsable ».

Soixante ans plus tard, sous l'influence d'Ostpolitik, pratiquement tous les Évêques schismatiques de l'APC encore vivants ou subséquemment installés par Pékin, maintenant au nombre de 53, auraient été « reconnus » par Rome malgré leur subordination aux gangsters Communistes. Sept autres ont demandé à être « réconciliés » avec Rome tout en conservant leur adhésion à l'APC et donc leur soumission au même régime immoral. Chacun d'eux a usurpé la juridiction ecclésiastique — laquelle usurpation le Vatican lui-même semble maintenant être d'accord.

Pendant ce temps, les Évêques « clandestins » survivants, qui ont refusé de se joindre au schisme de l'APC, ne sont plus que 17 ( excluant les Évêques à la retraite ). Ils sont empêchés de consacrer leurs successeurs par la même loi ecclésiastique citée pour justifier « l'excommunication » des quatre Évêques de la Fraternité Saint Pie X : le Canon 1382, dont la peine d'excommunication latae sententiae a apparemment été levée comme étant des Évêques marionnettes de l’APC dont les chaînes sont tenues par des dictateurs Communistes.

Pire, conformément à un accord qui aurait déjà été accepté par le Vatican de Bergoglio et Pékin, le Vatican a « demandé » ( lire : exigé ) que deux des 17 « Évêques clandestins » restants, « Vincent Guo Xijin et Peter Zhuang Jianjian, » abandonnent leurs titres à leurs concurrents illégitimes, « alors que les sept prélats schismatiques de l’APC cherchant toujours l'approbation de Rome la recevraient.

Pire encore, selon le même accord, le soi-disant faux Conseil des Évêques de la Chine choisirait les noms des futurs Évêques qui seraient approuvés par Rome et qui seraient tous membres de l’APC. Le « Conseil des Évêques » écrit Sandro Magister est « une imitation de la Conférence Épiscopale sous le contrôle strict du régime, d'où sont exclus tous les Évêques reconnus par Rome mais non par les autorités Chinoises ». La tête de cette fausse Conférence des Évêques est l'Évêque de l’APC, Ma Yinglin, l'un des sept prétendants schismatiques à l'Épiscopat Catholique que Rome doit reconnaître encore tandis que les Vice-Présidents comprennent deux autres schismatiques à être « approuvés » encore : Guo Jincai de Chengde, le « Secrétaire Général » et Zhan Silu di Xiapu-Mindong. Les autres membres du Conseil sont tous des marionnettes de l’APC qui ont déjà reçu la reconnaissance du Vatican : Fang Xingyao de Linyi, Shen Bin de Haimen, Fang Jianping de Tangshan, Pei Junmin de Liaoning, Li Shan de Beijing, Yang Xiaoting de Yulin, He Zeqing de Wanzhou, Yang Yongqiang de Zhoucun.

Ainsi, dans le cadre de l'opération dont l'exécution semble imminente, la pseudo-Église de l’APC deviendrait totalement ascendante par rapport à la véritable Église en Chine et une trahison totale du clergé et des laïcs Catholiques fidèles qui, pendant plus d'un demi-siècle, ont souffert la persécution, l'emprisonnement et même la mort plutôt que de se soumettre au contrôle d'un régime Communiste qui impose l'avortement forcé sur ses sujets.

En défense de la trahison en cours, l'actuel génie de la diplomatie Vaticane, le Cardinal Parolin, qui est déjà présenté comme le prochain Bergoglio, a déclaré dans une récente interview :

« Je voudrais vous dire avec une grande simplicité et clarté que l'Église n’oubliera jamais les épreuves passées et présentes ainsi que les souffrances des Catholiques Chinois. Tout ça est un grand trésor pour l’Église Universelle. Par conséquent, je dis aux Catholiques Chinois avec une grande fraternité : nous sommes proches de vous, pas seulement par la prière, mais aussi par notre engagement quotidien à vous accompagner et vous soutenir sur le chemin de la pleine communion. Nous vous demandons, par conséquent, que personne ne devrait s'accrocher à l'esprit d'opposition pour condamner son frère ou utiliser le passé comme une excuse pour susciter de nouveaux ressentiments et fermetures ».

En d'autres termes, merci pour toute cette souffrance ! Bravo à vous tous ! Mais maintenant nous sommes sur le point de rendre votre souffrance totalement vaine. S'il vous plait, allongez-vous et abandonnez-vous lorsque nous vous vendrons aux Communistes de Pékin.

Au moment même où cette trahison est sur le point d'être accomplie, Pékin a commencé à « appliquer rigoureusement des règles qui n'étaient pratiquement que sur papier » de sorte qu’« à partir du 1er février 2018, la présence à la Messe ne sera plus tolérée ». Ainsi, les Catholiques seront désormais autorisés à assister à la Messe uniquement dans les églises gérées par l'APC, à laquelle le Vatican est en train de céder le contrôle des fidèles en Chine. Ce contrôle comprendra des caméras de surveillance du gouvernement dans les églises clés.

Dans une tentative désespérée d'empêcher cette catastrophe, le Cardinal Joseph Zen Ze-Kiun, Évêque Émérite de Hong Kong, s'est rendu à Rome pour remettre à Bergoglio ( lors d'une audience générale ) une lettre de protestation de Mgr Zhuang, l'un des deux Évêques à qui on a « demandé » de démissionner en faveur des marionnettes de l’APC. Dans le cas de Zhuang, son remplaçant serait Huang Bingzhang, que même le New York Times appelle « un Évêque excommunié et un membre du Parlement Chinois, le Congrès National des Peuples ».

Zen et la lettre du Cardinal Zen sont parvenus même à obtenir une audience avec Bergoglio, au cours de laquelle il a dit : « Oui, je leur ai dit [ à ses collaborateurs au Saint-Siège ] de ne pas créer un autre cas Mindszenty » ! Par quoi il entendait le cas du Cardinal Josef Mindszenty, Archevêque de Budapest et Cardinal Primat de Hongrie sous les Communistes, condamné à la prison à vie et soumis à la torture jusqu'à sa libération pendant la Révolution Hongroise de 1956. Paul VI, suite à la nouvelle politique d'Ostpolitik, a renvoyé de façon infâme Mindszenty et lui a ordonné de quitter la Hongrie afin de faire place à un successeur agréable aux Communistes après l'échec de la révolution.

Malheureusement, la représentation de Bergoglio auprès du Cardinal Zen n'est probablement pas plus fiable que sa promesse à une mère en deuil : « Six de ses neufs enfants sont membres des Frères Franciscains de l'Immaculée ( deux des enfants ) et des Sœurs Franciscaines ( quatre des enfants ) de l'Immaculée ». Bergoglio a assuré la femme que « bientôt, bientôt », sa persécution de l'Ordre prendrait fin, après quoi les deux ailes de l'Ordre ont été essentiellement détruites par les Commissions Bergogliennes.

Mais alors, la réputation de Bergoglio pour l'honnêteté en général est bien en deçà de ce que l'on peut attendre d'un Pontife Romain. Pour citer un autre exemple, ses protestations selon lesquelles il n'avait pas vu de preuves du rôle de Mgr Juan Barros pour faciliter la prédation homosexuelle des jeunes hommes par le tristement célèbre Père Kardima et que les victimes « ne se sont pas manifestées » sont démenties par un rapport que « les membres de la Commission pour la Protection des Mineurs du Pape ont dit qu'en avril 2015, ils avaient envoyé une délégation à Rome spécialement pour remettre une lettre [ de ] Juan Carlos Cruz au Pape concernant Barros ». La lettre de Cruz « détaille les abus sexuels, les baisers et les attouchements qu’il a dit avoir souffert aux mains de Karadima [ et comment ] Barros et d'autres ont été témoins des abus mais les ont ignorés ». Le Cardinal Sean O'Malley, nommé conseiller principal de François sur les abus sexuels par le clergé, a informé Cruz qu'il avait donné la lettre au Pape — en mains propres ».

La vente de feu imminente des fidèles Catholiques de Chine, qui remplit les pires craintes de Pie XII, n'est que la dernière étape d'un pontificat qui inflige de graves dommages continus à l'Église et un « danger implacable pour la Foi ». Au-delà de prier pour la conversion de Bergoglio ou pour la libération de l'Église de ses griffes, les fidèles de la base, en tant que membres de l'Église militante et confirmés du Christ, ont le devoir de susciter une protestation mondiale incessante contre ses déclarations absurdes et ses abus injustifiés de l’Office Pétrinien.