dimanche 25 février 2018

Archevêque Chaput

Les Catholiques ont besoin de Foi et de Raison,
pas d'un nouveau paradigme


Sommaire

Récupérer la discipline du bon raisonnement moral Catholique est urgent, dit le Berger de Philadelphie.



Par : Kevin J.Jones
Le 23 février 2018

SOURCE : National Catholic Register





PHILADELPHIE — L'Encyclique Fides et Ratio de Saint Jean-Paul II célébrera son 20ème anniversaire cette année, le 14 septembre. L'Archevêque Charles Chaput de Philadelphie a réfléchi sur l'Encyclique dans son essai « Croyez que vous comprenez » dans le numéro de mars 2018 du site First Things.

Faisant valoir que l'Encyclique de 1998 sur la relation entre la Foi et la Raison était un document « prophétique » qui « confronte la crise de vérité au sein même de l'Église Catholique », l'Archevêque a mis en garde contre la théologie « à la mode ». La philosophie vigoureuse et la bonne théologie sont plutôt enrichissantes. « La connaissance de la vérité élargit notre liberté d'aimer » a déclaré l'Archevêque Chaput.

Dans une entrevue avec l’agence Catholic News Agency ( CNA ), il a parlé davantage de la pertinence de l'Encyclique pour aujourd'hui.


Comment le Catholique moyen peut-il bénéficier de Fides et Ratio, 20 ans après sa publication ?

La première chose à savoir est que ce n'est pas le genre de texte que vous pouvez parcourir comme le journal du dimanche. Fides et Ratio prend du temps à lire et à absorber. La plupart des gens se concentrent à juste titre sur des choses comme le fait d'élever une famille et de gagner leur vie. Donc, beaucoup de bonnes personnes peuvent ne jamais le lire. Mais cela ne diminue pas son importance pour le croyant moyen.

La principale conclusion de Fides et Ratio est qu'il est vital d'apprendre à penser clairement, avec l'Église, d'une manière mûre et bien informée. C'est tout aussi crucial que de ressentir profondément nos convictions religieuses. Le sentiment ne suffit pas et cela affecte directement la façon dont nous comprenons le rôle de la conscience.

La Foi Chrétienne est plus que de la bonne volonté et de bonnes intentions. La conscience est plus que nos opinions personnellement sincères. Une conscience saine a besoin d'une forte formation dans les vérités communes détenues par la communauté Catholique. Sans elle, la conscience peut très vite se transformer en une machine d'alibis. Le monde est un endroit compliqué. Cela nécessite de solides compétences en raisonnement Catholique enracinées dans l'enseignement de l'Église.

Le problème est que nous avons maintenant au moins deux générations de pauvres catéchèses et une formation de conscience très insuffisante. Alors, quand les voix nous disent de laisser les décisions morales actuelles à la « conscience adulte » de notre peuple, nous pourrions être d'accord — idéalement — mais avant de le faire, nous devons examiner ce que cela signifie exactement. Nous avons un grand nombre d'adultes par ailleurs accrédités qui se considèrent comme Catholiques mais dont l'éducation à la Foi s'est arrêtée en sixième année. Retrouver la discipline du bon raisonnement moral Catholique est urgent.

Si quelqu'un se trouve dans un environnement culturel ou ecclésial dominé par une philosophie et une théologie médiocres, comment devrait-il réagir ?

Ignorez les non-sens, lisez, regardez et écoutez le bon matériel Catholique, et vivez votre Foi en conformité avec ce que l'Église a toujours enseigné. Les bases s'appliquent toujours sur le mariage, le sexe, l'honnêteté et tout le reste. Il n'y a pas de « nouveaux paradigmes » ou de révolutions dans la pensée Catholique. Utiliser ce genre de langage trompeur ne fait qu'ajouter de la confusion à un âge déroutant.

Si nous sommes dans un environnement avec une bonne philosophie et une bonne théologie, de quoi devons-nous nous prémunir ?

L’orgueil et la complaisance, et prendre la bénédiction des bons enseignants et des pasteurs pour acquis. Nous sommes tous appelés à être des missionnaires. Nous prêchons mieux Jésus-Christ quand nous témoignons bien de notre Foi dans la charité et la justice de nos actions quotidiennes.

Pourquoi pensez-vous que ces problèmes de Foi et de Raison sont si récurrents à notre époque ?

La science et la technologie peuvent sembler — mais semblent seulement — rendre invraisemblables le surnaturel et le sacramentel. Le langage de la Foi peut commencer à sembler étranger et non pertinent. C'est pourquoi nous perdons tant de jeunes avant même qu’ils envisagent la croyance religieuse. Ils sont catéchisés chaque jour par un flot de distractions matérialistes qui ne réfutent pas Dieu, mais qui créent une indifférence à son égard.

L'Église est aux prises avec beaucoup de doute. C'est naturel à une époque de changement rapide. Je pense que beaucoup de pasteurs et d'érudits de l'Église ont simplement perdu confiance dans la rationalité de la Foi et la fiabilité de la Parole de Dieu, sans être disposés à l'admettre. Au lieu de cela, ils se réfugient dans des sentiments humanitaires et dans de l'action sociale. Mais vous n'avez besoin de Dieu pour aucune de ces choses, au moins à court terme. À long terme, Dieu est le seul garant sûr des Droits de l'Homme et de la dignité. Nous devons donc penser notre Christianisme — profondément, fidèlement et rigoureusement — aussi bien que le sentir.

C'est pourquoi Fides et Ratio est si important. Ça nous le rappelle.