mardi 14 août 2012

La prière à Marie

LE CHAPELET ? SAPRISTI QUE J'AI DE LA MISÈRE !

On m'a conseillé une fois de me représenter mentalement les scènes du Je vous salue Marie pendant que je le récite. Il y a trois scènes que je me représente quand je dis un Je vous salue Marie maintenant.

Je vous présente les grandes scènes plus bas mais j'élaborerai chacune de ces scènes dans l'étude de la prière comme telle.

  • SCÈNE 1 : L'annonce faite à Marie par l'Archange Gabriel.

    L'Archange lui demande si elle accepte d'être la Mère du Messie, lui annonce, après son acceptation, qu'elle sera visitée et qu'elle enfantera un fils qui portera le nom de Jésus et, enfin, que sa cousine Élisabeth âgée et stérile jusque là est enceinte de 6 mois.

  • SCÈNE 2 : Marie enceinte (mais personne ne le sait) qui quitte Nazareth pour aller aider sa cousine Élisabeth dans ses trois derniers mois à Hébron (140 km approximativement sur un dos d'âne).

  • SCÈNE 3 : Je suis au pied de la Croix où Jésus est en train de mourir et je parle à Marie.

    COMMENT S'ARTICULE MA PRIÈRE MAINTENANT

    Je vous salue Marie, pleine de grâce

    J'imagine que Marie est seule dans sa petite maison de Nazareth. Il est logique de penser que Marie était seule lors de l'apparition de l'archange Gabriel.

    Je l'imagine dans sa toute petite chambre --- car La Sainte Famille vivait des plus modestement --- en train de filer de la laine. Elle se repose un peu et accote sa tête contre le mur dans une attitude de piété intérieure.

    Le soleil passe à travers les rideaux de la petite porte conduisant à la cour arrière. Soudainement, une lumière d'une blancheur éclatante qui estompe la lumière du soleil surgit progressivement à peine un mètre des pieds de Marie.

    La lueur grossit en taille et en luminosité laissant apparaître progressivement un être de couleur chair mais qui n'est pas de la chair. Cet être la salue et lui affirme qu'elle est pleine de grâce. Le mot « grâce » peut être compris comme la vie divine qui remplit Marie.

    Le Seigneur est avec vous

    L'évangéliste rapporte que Marie fut très troublée par cette salutation à un point tel que l'Ange dut la réconforter en lui disant le «Seigneur est avec toi».

    Un peu normal d'avoir la réaction de Marie: à qui faisait-elle affaire ? Certains écrits, autre que la Bible, affirment qu'elle se serait levée, dos contre le mur, un peu cabrée vers l'avant avec ses deux mains insérées dans les larges manches de sa tunique. On voit donc que cette strophe dite par l'ange est une parole de ré-assurance pour Marie.

    MA REPRÉSENTATION DE CES DEUX PREMIÈRES STROPHES

    Je m'imagine l'apparition de l'ange qui s'ébahit devant la perfection de Marie, sa salutation nous l'indique quand il dit « pleine de grâce ». Pas certain que, si un ange, m'apparaissait, il me ferait la même salutation. Et cet ange doit rassurer Marie qui en est troublée en luisant « Le Seigneur est avec vous. » Un peu, comme s'il disait « Je viens du Ciel, je ne suis pas un mauvais esprit. Voyez, je reconnais que Dieu est avec vous.

    Avant de continuer plus loin, j'aimerais bien que vous pensiez comment Marie, aussi sainte qu'elle n'était, ne portait pas de lunettes roses. Elle demande à l'ange comment ça va se faire puisqu'elle n'a pas connu d'homme. L'ange lui explique comment tout se déroulera.

    Petite question pour vous : imaginez que vous avez un conjoint et que vous apprenez que vous allez être enceinte sans l'intervention d'un homme. Auriez-vous acceptez d'être enceinte ainsi sachant tout le brouhaha que ça causerait avec votre conjoint ? Vous commencez à comprendre l'abandon total que cette femme avait en Dieu. Elle avait confiance que Dieu règlerait tous ces problèmes-là. Donnons-nous notre confiance à ce point à Dieu ? Hum !

    Vous êtes bénie entre toutes les femmes

    Marie arrive à Hébron (140 kilomètres à dos d'âne ), elle a 14 ans et demi et elle est enceinte de 8 jours. Élisabeth a au moins 60 ans; elle est la femme d'un prêtre renommé au Temple de Jérusalem, Zacharie. Elle est enceinte de six mois; c'est son premier enfant. Elle a mal partout, des nausées... rien ne se stabilise depuis 6 mois. Le bébé ne bouge même pas. Sûrement qu'elle a peur de perdre son enfant, elle que l'on considérait comme stérile, chose très, très mal vue dans la société du temps.

    Élisabeth et Zacharie possèdent un riche domaine. À la guérite, Marie sonne. Un serviteur vient à la porte. Marie se présente comme étant la cousine d'Élisabeth qu'elle n'avait vue au plus tard à l'âge de trois. Le serviteur lui ouvre et fait annoncer l'arrivée de Marie à Élisabeth.

    Marie avance vers les escaliers de la grande galerie, Élisabeth sort de la porte principale et descend prudemment les escaliers pour accueillir avec grande joie Marie, sa petite cousine.

    Les deux se rencontrent au pied de l'escalier. Elles s'étreignent. À l'occasion de cette étreinte, Élisabeth sent pour la première fois bouger son bébé, le petit Jean Baptiste.

    Elle tressaille de joie d'enfin sentir son bébé. C'est certain que Marie y est pour quelque chose. C'est là qu'elle lui dit « Tu es bénie entre toutes les femmes ! ». Pensez-vous que mon point d'exclamation de la dernière phrase est de trop ? Comprenez-vous comment on doit dire ce bout de phrase quand on dit cette prière ? Élisabeth ne devait plus porter à terre, c'est simple.

    Élisabeth venait de vivre un miracle. Et le miracle ne serait pas tout entier si on ne mentionnait pas que toutes les douleurs d'Élisabeth ont disparu du même coup.

    Les exégètes (les spécialistes) affirment que bébé Jésus a pré-sanctifié Jean Le Baptiste qui sera son précurseur. Pré-sanctifié veut dire que Jésus, qui a 8 jours, a complètement éliminé la tache originelle de Jean-Baptiste. Le contact des deux mamans aura fait disparaître la tache originelle de Jean Baptiste qui aura pour tache plus tard d'annoncer la venue du Messie (Le Précurseur).

    Finalement, avez-vous déjà vu ça une femme de plus de 60 ans qui dit à une jeune fille de 14 ans et demi qu'elle est bénie entre les femmes ? Ne fallait-il pas qu'Élisabeth soit inspirée, non ?

    Et Jésus le fruit de vos entrailles est béni

    Maintenant, la cerise sur la gâteau ! Ici on tombe vraiment dans le mystère. On est toujours au pied des escaliers et Élisabeth fait cette affirmation à Marie : que le fruit de ses entrailles est béni. Personne, mais personne ne savait que Marie était enceinte. Ça ne paraissait pas encore et elles n'avaient même pas eu le temps de s'en parler. Rappelez-vous, elles étaient encore au pied de l'escalier.

    On est en droit de penser qu'Élisabeth était envahie du Saint-Esprit pour faire une telle déclaration.

    MA REPRÉSENTATION DES STROPHES TROIS ET QUATRE

    Au début, je m'imagine que c'est l'ange qui parle, ensuite c'est Élisabeth qui parle. Et comment doit-on se représenter la réaction d'Élisabeth ? Réponse: comme une femme tellement heureuse de sentir son bébé bouger....enfin ! Quelle maman n'a pas connu cet instant sublime surtout qu'il aurait dû sentir son bébé bien, bien avant six mois ?

    On assiste donc à une déclaration très réjouie à Marie, on pourrait même dire une déclaration de Feu tant l'Esprit Saint avait envahit Élisabeth.

    Et, plus important encore, il nous faut aussi conclure que Marie apporte de la joie, de la santé tant spirituelle que physique partout elle est conviée.

    Sainte Marie, Mère de Dieu

    Priez pour nous pécheurs

    Maintenant et à l'heure de notre mort. Amen

    MA REPRÉSENTATION DE CES DERNIÈRE STROPHES

    Je m'imagine être au calvaire avec Marie qui ne regarde de façon implorée que son Fils. Pourquoi là me direz-vous ? Réponse: parce que c'est là que Jésus a lavé, racheté toutes nos fautes. Pas ailleurs. Sans Son Sacrifice de la Croix, on serait condamné éventuellement avec toute l'accumulation de nos péchés faits dans notre vie.

    Et je me dis que si je veux l'adorer, lui demander quelques faveurs pour mes frères et mes soeurs, je dois me tenir là où Lui-Même les a obtenus. C'est ma petite logique bien personnelle; je mets au défi n'importe qui de me dire qu'il y a un meilleur endroit qu'au pied de Sa Croix pour ce faire. Je me situe donc au lieu du rachat. Et je m'incline vers l'oreille de Marie qui est juste un peu en avant de moi et je lui demande de prier pour moi. Prier, on l'a déjà dit signifie «parler à Dieu».

    Je demande donc à Marie de parler à Jésus pour moi et toute l'humanité.

    Jésus ne refuse rien à Marie. Si j'arrive à persuader Marie de parler à Jésus pour mon compte, c'est certain que Jésus donnera suite.

    C'est la dernière image que je représente en disant cette dernière section du Je vous salue Marie. Ah ! j'oubliais de vous dire que lorsque je parle de côté à l'oreille qu'elle parle de Jésus qui est en train de mourir, il fait sombre, très sombre et au moins 44 degrés Celsius.

    CONCLUSION

    En vous représentant mentalement les actes de vie de l'ensemble de ces strophes, vous arriverez à avoir (du moins je l'espère) une prière profonde qui touchera Marie et qui fera tellement plaisir à son Fils !

    Et vous le savez maintenant, prier Marie c'est gagner le coeur de Jésus avec certitude.

    Pourquoi nous, les êtres humains, serions astucieux dans le mal et que nous ne le serions pas dans le bien ? Je vous parie que l'astuce d'aborder avec piété Marie vous donnera de bons rendements... spirituels à tout le moins.

    Approchez-vous de Jésus en honorant Sa Mère... Quel fils, même de la terre, n'est pas touché par cet honneur que l'on peut faire de sa mère ?

    Dans votre prière à Marie, prenez donc la place de l'Archange Gabriel en saluant Marie et en la ré-assurant, ensuite prenez la place d'Élisabeth en louangeant avec enthousiasme Marie du fait qu'elle soit la Première de toutes les femmes de la terre, qu'elle soit immaculée et qu'elle porte Dieu en elle. Terminez votre oraison en vous mettant à côté de Marie au pied de la Croix et demandez-lui à l'oreille de prier Jésus en train de mourir pour votre compte, vos proches et toute l'humanité.

    Vous verrez que le Je Vous Salue Marie n'est pas répétitif et qu'il élève vraiment votre esprit à un niveau de méditation vous permettant d'entrer dans le Coeur Immaculé de Marie, demeure de Dieu.

    Et, nous qui sommes de grands pécheurs, c'est d'autant plus important alors de la prier: elle est le Refuge des pécheurs ! La prier, c'est certainement obtenir d'elle tous les meilleurs recours pour nous sortir de nos merdiers. Et elle réussit à tout coup si on lui prête notre bonne volonté. Inimaginable les pouvoirs que Marie possède quand c'est pour nous préparer à rencontrer son Fils.

    Mais il faut que je sois honnête avec vous : ce n'est pas toujours encore facile de décider de dire le chapelet. Et, c'est tout récemment que j'ai compris pourquoi : l'Autre déteste la femme qui s'appelle Marie et la prière qu'on peut lui réciter. Il fait tout pour nous distraire même de bonnes choses ! Il est vicieux et astucieux ! Et vous savez pourquoi il la déteste tant, parce qu'il n'accepte pas qu'un être humain lui soit supérieur aux yeux de Dieu, lui qui était si beau et si intelligent, son orgueil rabroué le fait sortir de ses gonds, le fait rager et le met en furie. Capish ?

    Personnellement, je ne parle pas pour vous, mais si ça vous arrive, ne vous en faites pas, c'est simplement très bénéfique : je baille et je pleure malgré moi (mais je n'en souffre pas) jusqu'à la moitié de mon chapelet. Un prêtre m'a dit que ce sont des « libérations ». Quelles sortes de libérations ? Des blessures non cicatrisées ? Libérations dues à la rencontre de personnes avec une âme plus noire que blanche dans la journée ? D'avoir écouter les nouvelles, oh excusez-moi de la propagande à la radio ou à la télé ? Fouillez-moi... je ne le sais pas. Mais ne vous découragez pas, persistez... Vous n'en reviendrez pas des effets protecteurs et bénéfiques que cette prière nous donne.