mardi 24 juillet 2018

Petite réflexion sur la science
d'un de nos valeureux collaborateurs






Le Pape dénonce comme « racines de l'apostasie moderne : l'athéisme scientifique, le matérialisme dialectique, le rationalisme, le laïcisme, et leur mère commune : la Maçonnerie ».






En emboîtant le pas de ce Pape vénérable, j'essaie une petite réflexion sur la science dans sa généralité.

Puisque la science dépend de la Vérité, elle ne doit pas se départir d'elle.

Que la science tienne sa place et tout ira bien, une place forte de fierté et d'humilité.

Nous sommes heureux quand la science respecte l'homme, le soulage et le soigne. Ce faisant, elle sert Dieu dans l'amour et la vérité.

La science ne peut agir que sur le créé, le fini, sur les êtres vivants et la matière, l'univers spatio-temporel.

Elle ne peut intervenir dans le domaine spirituel : l'Incréé, l'Infini et l’Éternel; c'est pourquoi elle ne peut expliquer ce domaine de la surnature qui dépasse son champ de compétence : le pourquoi et le comment de la Grâce divine, de la Création, du péché, de la Rédemption, ni de la sanctification de l'Homme.

Ce domaine est réservé à Dieu et il n'appartient pas à l'Homme de chercher à les expliquer de manière rationnelle.

Ces choses sont contenues dans l'écriture Sainte et dans la Tradition de l'Église et se poursuivent dans le plan Divin.

Une science qui se détacherait de la Parole de Dieu serait vouée à l'arbitraire, ne sachant plus distinguer entre le Bien et le Mal.

Une science qui s'acoquinerait avec des principes idéologiques, tel celui de la laïcité, ne saurait plus refuser cet arbitraire qui conduit inévitablement à la « culture de mort » et donc au péché. Les transgressions débordent alors ses compétences et elle se trouve alors prise au piège du Démon.

Il n'y a hélas pas à chercher très loin pour trouver ces exemples de l'absurde et du morbide dans nos sociétés modernes déchristianisées.

Science et technique sont des aides indispensables et précieuses à notre vie terrestre. Pour autant, si le décalogue ne les encadre pas, elles deviennent souvent nuisibles à toutes les dimensions de l'Homme.