dimanche 22 juillet 2018

Avec la décision de la Cour Suprême des USA
dans la cause Roe versus Wade légalisant l'avortement ( 1973 )
qui est menacée par la venue d'un nouveau Juge

Les militants de l'avortement laissent tomber
les prétextes et vont droit au but




par : Le blog de Life Site News

SOURCE : Life Site News
Le 21 juillet 2018

21 juillet 2018 ( The Bridgehead ) — La démission du Juge Anthony Kennedy de la Cour Suprême des États-Unis a été, à bien des égards, un moment de clarification. À mesure que les Progressistes commencent à se rendre compte qu'il existe un chemin discernable pour le renversement de la décision Roe versus Wade, ils ont brusquement abandonné tout semblant de nuance sur la question de l'avortement. L'avortement, il est maintenant clair, n'est pas simplement une question de « santé des femmes » ou même un « mal nécessaire ». L'avortement est essentiel à la survie de la Révolution Sexuelle et est une nécessité fondamentale pour ceux qui souhaitent vivre exactement comme ils leur plaît. Le sexe fait des bébés, mais les bébés ne sont pas pratiques et le droit de tuer ces bébés doit donc être maintenu à tout prix. L'avortement garantit aux personnes la possibilité d'utiliser leurs organes reproducteurs à des fins récréatives à condition que les enfants qui sont inévitables mais non désirés puissent être rapidement éliminés.

Avec la décision Roe versus Waded qui est menacée, les Progressistes sont en train de le dire dans les termes les plus catégoriques. L'activiste LGBT Viva Ruiz, qui a récemment créé un énorme char allégorique pour un défilé blasphématoire intitulé « Dieu merci pour l'avortement », a donné une interview chargée d'explications au média Jezebel, qui explique pourquoi l'avortement était si essentiel. « Si les gens avec des utérus n'ont pas accès à l'avortement, nous n'avons pas de libération sexuelle » a-t-elle expliqué, « et nous forniquons tous et nous avons dépassé le genre sexuel binaire ». Les lesbiennes ont besoin de l'avortement aussi, a-t-elle ajouté. Après tout, si elles ne peuvent pas accéder à l'avortement, comment peuvent-elles se débarrasser des bébés qu'elles font en vivant leur vie libérée ?

La comédienne alléguée Michelle Wolf l'a récemment résumée dans son sketch intitulé « Salut à l'avortement » de Netflix : « Que Dieu bénisse l'avortement ! »

Planned Parenthood de New York a lancé une campagne de collecte de fonds tout aussi brutale, qu'ils ont surnommée « #FreedomtoFck » [ Liberté de forniquer ]. Sans mentionner le fait horrifiant que le taux d'avortement de New York est l'un des plus élevés au monde, ils ont annoncé que les résidents de New York « avaient plus de sexe que n'importe qui d'autre en Amérique (Wow ! Nous l'avons fait !) » et donc les services d'avortement sont extrêmement importants. Planned Parenthood, explique leur campagne, aide à « s'assurer que tout le monde ait accès aux services de soins de santé sexuelle et reproductive dont ils ont besoin ». En bref, les New-Yorkais doivent soutenir leur industrie locale de l'avortement ! « Les pro-vie sur les lignes de front à New York ont des histoires à raconter sur les conséquences malheureuses du succès de Planned Parenthood — un activiste m'a parlé d'une fille qu'il a rencontrée qui avait déjà eu 22 avortements.

Chaque révolution revendique des victimes, et la Révolution Sexuelle a été la plus sanglante de toute l'histoire de l'humanité. Des dizaines de millions de bébés prématurés ont déjà été dépecés pour maintenir l'accoutumance de notre culture au coït sans conséquences, et si les Progressistes parviennent à leurs fins, ce nombre de tués continuera à grimper. Ils ne sont pas concernés par les enfants qui ne voient jamais la lumière du jour, bien qu'un magazine ait publié un article sur « Ce que vous devez savoir sur les relations sexuelles après un avortement » plus tôt cette année. Les lignes de bataille ont été clairement dessinées : les Progressistes se battront avec tout ce qu'ils ont pour préserver leur capacité à décharger leur progéniture dans les cliniques d'avortement et à continuer leur vie. La liberté sexuelle, semble-t-il, a un coût, et dans l'Amérique post-Roe, les plus jeunes et les plus innocents membres de notre société ont été forcés de payer le prix sanglant.