vendredi 20 juillet 2018

Le Pape François accepte la démission
d'un Évêque Hondurien accusé d’abus sexuels

Mgr Pineda avec deux séminaristes non identifiés du Grand Séminaire de Suyepa. (Facebook)


Sommaire

L'Évêque Juan José Pineda Fasquelle était au centre des allégations d'abus sexuels de séminaristes et d'inconduite financière.



Par : Edward Pentin
Le 20 juillet 2018

SOURCE : National Catholic Register





Le Pape François a accepté aujourd'hui la démission de Mgr Juan José Pineda Fasquelle, Évêque auxiliaire de Tegucigalpa, au Honduras.

L'Évêque était au centre des allégations d'abus sexuels et d'inconduite financière dans l'Archidiocèse qui ont conduit à une visite apostolique en mai 2017 à la demande du Pape.

Le prélat Hondurien était un protégé du Cardinal Oscar Andrés Rodriguez Maradiaga, Archevêque de Tegucigalpa et, ces derniers mois, il avait reçu la charge de l'Archidiocèse en l'absence du Cardinal.

Le Cardinal Maradiaga est le coordinateur du groupe des Cardinaux du C9, conseillant le Saint-Père sur la réforme de l'Église.

En mars, le National Catholic Register a recueilli les témoignages de deux anciens séminaristes détaillant les allégations d'inconduite sexuelle de l'Évêque. Les deux hommes et les autres craignaient des représailles de la part du prélat pour avoir parlé.

En plus des abus, Mgr Pineda, 57 ans, aurait également eu une série d'amis intimes au Honduras et à l'étranger qu'il a traités avec des cadeaux.

L'Évêque a également été accusé d'inconduite financière, y compris l'utilisation abusive de 1,3 million de dollars du gouvernement Hondurien affecté à des projets de bienfaisance, mais qui « ont complètement disparu ».

Des nouvelles d'inconduite sexuelle et financière ont été rapportées pour la première fois par le magazine Italien L'Espresso en décembre dernier.

Une source ayant connaissance de l'affaire a déclaré au National Catholic Register le 20 juillet que « nous avons attendu ce jour au Honduras ».

L'annonce d'aujourd'hui signifie « ceux qui ont souffert obtiennent une justice partielle » a ajouté la source. « L'Église a pris des mesures sur la voie de la vérité ».

Mais il a déploré que Mgr Pineda reste Évêque et que la hiérarchie « continue de couvrir ces abuseurs ».

Il soutient que le Cardinal Rodríguez Maradiaga était « conscient de tout, mais qu'il se rangeait toujours du côté de Pineda et non de la vérité » et que les institutions destinées à traiter ces cas, comme la Nonciature Apostolique, « étaient ignorées ».

Au cours des derniers mois, le National Catholic Register a contacté le Cardinal Rodriguez Maradiaga et l'Évêque Pineda, offrant aux deux l'occasion de nier ces allégations, mais ni l'un ni l'autre n'ont répondu à nos demandes de renseignements.

« La chose positive » a déclaré la source, « c'est que quelque chose bouge ».



Mise à jour : 20 juillet, 13h10 CET

Dans une déclaration publiée aujourd'hui, Mgr Pineda a déclaré avoir remis sa démission au Pape « il y a plusieurs mois », ajoutant qu'il avait « essayé de tout mon cœur » de servir le « Peuple de Dieu » placé sous sa responsabilité.

« Si j'ai réussi, béni soit Dieu » a-t-il dit. « Si je vous ai failli, je m'en excuse ».

Le prélat Hondurien a ajouté que « les motifs et les raisons » de sa démission « sont connus de Dieu et de mes supérieurs », ajoutant qu'il « a agi en pleine conscience et en toute liberté. Je voudrais que nous nous trompions tous » a-t-il écrit.

Sa démission, a-t-il ajouté, lui a donné « du temps pour la prière, la méditation, la formation personnelle et continue, afin qu'en temps voulu, je continue à donner à l'Église et à vous le meilleur de moi ». Il a ajouté que tout le monde mérite un temps de « repos, de formation et de prière ».

Mgr Pineda a conclu : « Je continue comme fils de l'Église ; je continue d'avancer comme consacré ; je continue comme ministre de l'Église ; je continue d'avancer à la disposition de mes supérieurs ; je vous demande à tous vos prières et votre miséricorde ».