mardi 18 février 2014

Souvenir de jeunesse : le carnet du campeur et le Grand Manitou

Un article léger cette fois; c'est un souvenir de jeunesse. Mais quel rapport avec Dieu qui est le sujet de ce blog ? Eh bien, il vous sera facile de faire le parallèle avec la vie de l'être humain qui chemine vers Dieu.

À l'âge de 12 ans, je suis allé à un camp d'été pour cinq semaines. Dès notre arrivée, on nous assignait notre moniteur, notre hutte et... un carnet du campeur. Voici en quoi consistait ce carnet :

Ce petit carnet était de taille d'un « Prions en Église », disons, avec une couverture cartonnée plus rigide mais flexible tout de même car nous l'avions toujours en poche et vous verrez pourquoi. À l'intérieur, chaque page correspondait à une activité que nous pouvions pratiquer au camp. Pour chaque activité inscrite à chaque page, il y avait, de mémoire, trois degrés de maîtrise que nous pouvions atteindre : apprenti, habile et maître, disons. Voici comment, schématiquement, la chose pouvait se présenter comme suit :

ACTIVITÉ/NIVEAUAPPRENTIHABILEMAÎTRE
PLANTATIONIdentifier 5 oiseaux en forêtIdentifier 10 oiseaux à son chant ET 5 plantes en forêtIdentifier 15 oiseaux, 15 plantes 10 animaux en forêt
TIR À L'ARC2 flèches sur 5 dans la cible4 flèches sur 5 dans la cible5 flèches sur 5 dans la cible dont une au centre
NATATIONMaîtriser 2 nages et nager 100 mètres pour chacuneMaîtriser 4 nages et nager 200 mètres pour chacuneMaîtriser 4 nages et nager 350 mètres pour chacune

Je vous fais fi de toutes les activités qu'il y avait : Hébertisme, Tir à la carabine, Activités de Vigie nautique ( canots, kayaks, voile, etc...), Bricolage, Dessin, et j'en passe.

À toutes les fois que nous réussissions un degré, le responsable de l'activité signait notre carnet du campeur à la page appropriée pour le degré atteint. Vous pouvez donc vous imaginer comment on pouvait se pratiquer dans chaque activité... Et vous comprendrez vite la raison qui nous poussait à se pratiquer tant que ça et à monter dans les degrés...

C'est là que ça se corse !

Lorsque nous avions atteint un certain nombre de degrés — je ne me souviens pas de l'échelle utilisée comme telle mais c'est peu important — nous atteignions un nouveau statut. Exemples: Campeur Émérite... et à un degré plus élevé : Vaillant Campeur et à un degré encore plus, un autre titre...

Le Grand Manitou

Il nous fallait se faire « consacrer » officiellement dans ce nouveau statut. Et voici comment comment cette consécration s'effectuait : notre responsable de hutte (notre moniteur attitré) nous avertissait qu'on serait réveillé en pleine nuit, qu'on serait emmené devant le Grand Manitou pour réaliser notre consécration dans ce nouveau statut. Il nous disait qu'on ne pourrait pas le voir... que seuls ceux qui ont atteint le sommet des degrés avaient le droit de le voir. Cette cérémonie s'appelait la cérémonie du Grand Soir.

On se demandait tous qui avait bien pu voir le Grand Manitou dans le passé. La rumeur circulait qu'il y avait à peine un ou deux campeurs qui avaient réussi à se rendre là et qu'ils étaient tenus au secret le plus strict à défaut d'expulsion du camp de façon définitive.

Vous savez, c'était du sérieux tout ça !

Ma rencontre avec le Grand Manitou

Un petit garçon qui se fait réveiller en pleine nuit, qui doit vite s'habiller et accompagner des adultes, je ne sais où... Hum ! le coeur vous bat, je peux vous l'assurer.

J'aperçois une lueur le long du chemin en forêt. Nous approchons. C'est silence partout. Nous arrivons : un corridor de 6 adultes sur un côté et de 6 autres sur l'autre côté, tous revêtus de draps blancs. Vous devez franchir ce corridor pour arriver au bout : le Grand Manitou est là bordé de deux faibles torches pour l'illuminer un peu. Lui aussi est revêtu d'un drap blanc.

À toutes les fois que je revois des vidéos du Ku Klux Klan, je me dis qu'ils n'ont rien inventé ! N'empêche qu'être réveillé en pleine nuit, qu'être accompagné par des adultes qui gardent silence et de franchir ce corridor silencieux de draps blancs pour en arriver face à face avec le Grand Manitou du camp, ouf... ce n'est pas de la petite bière pour un jeune de douze ans...

Disons que ça doit ressembler à l'apparition de Dieu à Moïse au buisson ardent... comme niveau de tension, j'entends...

Ma consécration par le Grand Manitou

Écoutez... je ne me souviens pas trop ce qu'il a dit... La nervosité, je suppose... Il semblait dire que j'avais bien travaillé, que je méritais ce nouveau statut et que je devais continuer à progresser. J'ai bien essayé mais je n'ai pas été capable de reconnaître sa voix. Peut-être s'était-il bourré la bouche de gomme pour ne pas être reconnu, je ne le sais guère, je ne pouvais voir derrière le drap blanc...

Oups ! Ce n'était pas fini, semble-t-il ! J'avais une autre épreuve à franchir. On ne m'avait rien dit sur ça... J'étais un peu intrigué et dans l'appréhension. Le Grand Manitou me dit : « Montre-moi ta main...». Je me suis exécuté sur-le-champ... Avais-je d'autres choix ? Il prit une allumette et l'alluma. Ensuite, il l'éteignit prestement et me la posa sur le dos de la main. Et il ajouta : « Maintenant tu es consacré Campeur Émérite. »

L'allumette ne m'avait pas fait mal !

Événement abusif ?

Certains pourraient croire qu'on ne fait pas une telle scène à un enfant de 12 ans. J'admets que les photos de cet article peuvent faire peur. Oui... elles ressemblent (en plus graves par contre) à la situation vécue.

Mais non, ce n'était pas abusif et voici pourquoi :

  • Nous étions avisés à l'avance qu'au moment de la cérémonie du Grand Soir nous serions réveillés en pleine nuit.

  • Nous savions aussi que nous ne pourrions pas voir le visage du Grand Manitou qui était réservé uniquement aux campeurs ayant atteint les degrés suprêmes dans le carnet du campeur.

  • Tout cet événement était une récompense du bon travail que nous avions fait. Donc, c'était perçu comme un événement positif.
Il n'empêche que l'ensemble de tout ce Grand Soir suscitait de l'inconnu, bien entendu. Et qui dit inconnu dit aussi une certaine crainte. Mais justement c'est cet inconnu et cette crainte qui donnaient tout le décorum et l'importance que les campeurs accordaient au Grand Soir.

Oui mais c'est quoi le rapport avec Dieu

Nous sommes tous des campeurs ici-bas. La gestion de nos carnets de campeurs est faite au Ciel. Dans ce camp où j'étais, certains campeurs trouvaient « con » ce système, ils n'y adhéraient aucunement. Ils n'ont jamais vu le Grand Manitou non plus.

De la même manière, il y a des campeurs ici-bas qui se foutent de leur carnet là-haut et de ceux qui le gèrent. Pensez-vous qu'ils vont voir Dieu ?

Au lieu des différents degrés d'activités qui étaient inscrits dans le carnet du campeur, le carnet qui est géré là-haut est composé des vertus atteintes, des bonnes actions accomplies et des réparations que nous avons effectuées pour les autres.

La fameuse allumette qui était une épreuve inattendue de ma part correspond peut-être à ce qu'un prêtre m'a dit récemment. Il m'a en effet affirmé qu'il y aurait un dix minutes après notre mort où Satan pourrait encore nous tenter. Je nous souhaite que ça ne nous fasse pas plus de mal que mon allumette !