dimanche 16 février 2014

Dans combien de dodos, Seigneur ?

Ça te ravit, Seigneur, que nous ayons des coeurs d'enfants puisque Tu as dit que le Royaume des Cieux appartient à ceux qui leur ressemblent. Tu peux donc comprendre pourquoi je Te demande dans combien de dodos que nous verrons Ta Gloire.

La situation ici sur terre n'est pas rose. Je n'ai pas besoin de Te faire une longue déclinaison de ce qui s'y passe car Tu participes intimement à toute la souffrance que nous vivons. De plus, est-ce Toi ou Notre Maman qui a souvent dit par la voix de messagers que notre société était pire que Sodome.

Je commence à comprendre comment Loth a pu se sentir dans Sodome : le seul de sa ville à craindre Dieu. Il devait être exposé constamment à tant de démence inhumaine autour de lui. Et, sûrement, que ses concitoyens devaient le traiter de « téteux » (tatillon) sans exclure qu'il pouvait être intimidé même physiquement de temps à autre car il représentait un peu la conscience de ses concitoyens à bien agir comme il le faisait. Je suppose tout cela parce que tout ça nous arrive de nos jours. J'ai encore vu, Seigneur, un vidéo récemment où des gays enragés bousculaient des protestataires du mariage gay.

Mais, il faut le reconnaître en sa faveur, Loth ne savait pas que Tu viendrais le sauver. Quelle force, quel courage devait l'habiter ! Nous, on le sait que Tu viendras. Le problème, c'est qu'on a hâte... D'où ma question dans combien de dodos, Seigneur ?

Je sais que Toi et Maman Marie allez nous protéger pendant les événements qui se dérouleront. Vous nous l'avez dit tellement de fois... Vous nous avez tant répété de « ne pas avoir peur ». Je Te crois, je Te fais confiance et je m'abandonne complètement à Toi, Seigneur.

J'aimerais par contre T'expliquer mon état par une image :

Imagine que Tu es mon Grand Frère et que Tu me dises qu'on va faire un tour dans les plus hautes montagnes russes qui soient. Tu sais que je déteste les montagnes russes, que j'en ai une peur morbide. Et Toi, mon Grand Frère, Tu me dis : « Non, non, viens, tu vas être avec Moi, Je te protégerai, tu seras à Mes Côtés...»

Seigneur, mon Grand Frère, les montagnes russes sont toujours là et je vais tout de même embarquer dedans, Seigneur ! D'être à tes côtés ne m'empêchera pas de ressentir les hauts, les bas et les haut-le-coeur... Peux-tu comprendre maintenant que je demande à mon Grand Frère s'il en reste pour longtemps quand nous sommes dans les montagnes russes... combien de dodos dans les montagnes russes de notre société, Seigneur ?

Si j'ignore la durée des montagnes russes que nous vivrons, Tu nous en a fait connaître toutefois l'envergure : tu nous a dit récemment, toujours par le biais d'un de tes messagers, que s'il n'y avait pas l'Avertissement (ou l'Illumination des consciences ou la Seconde Pentecôte), nous n'aurions pas la grâce pour être capables de passer à travers les événements qui suivront. Disons Seigneur que je n'ai pas peur parce que j'ai confiance en Toi mais il me reste une petite appréhension concernant les haut-le-coeur que je pourrai avoir...

Je sais, Seigneur, que Tu ne peux pas nous dire le nombre de dodos qui restent avant qu'on Te voit dans Ta Gloire. Ce qui me réconforte, c'est un petit bout de phrase dans un des hymnes du bréviaire où Tu dis : « J'étonnerai vos patiences. » Tu dis aussi, par un de tes messagers, que ça va nous apparaître comme « un rêve » toute cette période. Eh bien Seigneur, c'est réconfortant de penser que ce sera comme si je dormais dans les montagnes russes spirituelles et sociales que nous vivrons ! J'en aurai moins des haut-le-coeur !

Je sais, en effet, que plusieurs cesseraient d'être sur le qui-vive s'ils connaissaient le nombre de dodos qui restent; ils mèneraient un vie dissolue et espéreraient rejoindre Tes rangs juste avant la fin. Ce qu'ils ignorent, c'est que de sortir d'une vie dissolue ne se fait pas en criant ciseau et plusieurs pourraient en perdre leurs âmes.

Comprends donc, Seigneur, ma question comme étant une façon de Te dire que nous avons tous hâte de Te voir dans Ta Gloire car ce sera le temps de la Nouvelle Terre où il n'y aura plus de péché, de mal, de maladies ni de mort mais une Paix, une Charité et une Joie immense entre frères et soeurs.

Ah oui ! Il n'y aura plus de haut-le-coeur non plus !

Seigneur, renforce en nous la Vertu de l'Espérance. On en a besoin en titi. Disons au moins pour moi, le Nul que je suis.