vendredi 11 avril 2014

La propagande après l'Avertissement (une fiction)



Robert vient visiter Hélène son amie d'enfance.

— Robert : « Salut, comment va ? »

— Hélène : « Je suis encore sous le choc de ce qui est arrivé hier et les jours précédents.»

— Robert :

« Bien comment ça ? C'est vrai que c'était unique, que nous n'avions jamais vécu ça auparavant mais c'est fini maintenant. C'est passé... Les experts nous disent que ça peut se passer une fois par dix millions d'années, on n'a donc plus à nous inquiéter... »

— Hélène :
« Tu es drôle toi... cet événement ne t'a pas fait réfléchir sur toi-même, sur ce que tu es, sur la vie que tu mènes et que tu devrais mener ? »

— Robert :

« Bah ! Dès que le courant électrique fut revenu, j'ai regardé les nouvelles à la télé. Il y avait le Président de l'Association des psychologues qui disait que c'était tout à fait normal d'avoir vécu ce que tu as vécu. Moi aussi d'ailleurs, j'ai vécu cet état. Il disait que c'était tout à fait normal de se replier sur soi-même intensément quand on est exposé à un trauma aussi important. »

— Hélène :
« As-tu remarqué comment ces professionnels réussissent à tout expliquer avec une approche « humaine » ou « humaniste ». Tout ce qui est surnaturel devient naturel selon eux. Ce sont des réducteurs de conscience quant à moi. Ils sont, selon moi, en flagrant conflit d'intérêt : plus ils admettront le surnaturel, plus ils perdront de la clientèle. Ce n'est pas leur jeu d'admettre le surnaturel dans ce qui s'est passé. Et si tu leur demandais d'expliquer les stigmates de Padre Pio, ils te bredouilleraient encore une fois une réponse « humaine ».

— Robert :
« Il y avait aussi à cette émission l'astronome en chef des Laboratoires d'Astronomie du pays. Il a expliqué que les trois jours que nous venons de passer était dû à un astre dont la course était cachée par un autre astre si bien qu'aucun instrument n'avait pu le détecter. Et lorsque cet astre s'est distancé de l'autre et a longé la Terre, il traînait une longue queue de poussière stellaire qui a rendu l'atmosphère de toute la terre super noire à un point tel qu'on ne pouvait plus sortir. Tu vois, tout s'explique. Il ne faut pas dramatiser...»

— Hélène :
Écoute, Robert. On dirait que tu n'acceptes pas qu'il y ait un Créateur de tout l'Univers. Et puisqu'Il l'a créé, il peut en disposer comme bon lui semble. Je suis certaine que tu crois que les tremblements de terre s'expliquent uniquement par des déplacements de plaques tectoniques. Toujours l'approche scientifique réductrice, Robert. Mais on dirait que tu ne veux pas te poser la question à savoir « Qui permet ces déplacements ? » Qui a créé l'eau, Robert ? Le hasard ? Et pourquoi il y a de l'eau douce et de l'eau salée ? Et que les deux restent à leur place ? »

Je suis certaine que, toi aussi, tu as revu toute ta vie. On l'a tous revue notre vie. Les psychologues appellent ça une intériorité subséquente à un trauma violent, moi j'appelle ça une illumination de ma conscience : ma conscience a tout vu le mal que je me suis fait dans le passé et le mal que j'ai fait aux autres. Et je te garantis que je vais changer parce que j'ai vu aussi où ça me menait; ce n'était pas trop beau à voir...»

— Robert : « C'est vrai que ça m'a porté à réfléchir moi aussi.

— Hélène :

«« Écoute. À la fin de cette expérience qui a duré peut-être 15 minutes mais qui m'a paru un jour entier tant c'était intense, j'ai vu un visage d'homme dans mon esprit. Je ne me suis jamais sentie si aimée que cela de toute ma vie ! J'ai senti que je ne Lui avais jamais retourné la pareille.

Sans qu'il se dise aucun mot, j'ai compris clairement qu'Il nous aimait tant qu'Il a voulu Se faire connaître par cet événement. Toujours sans mot dire, j'ai compris que nous étions une génération inculte, qui n'a pas été élevée du tout dans la Foi en Dieu. Que c'était l'ultime moyen qu'Il pouvait prendre pour nous dire qu'Il existait et qu'Il nous aimait parce que tous nos environnements sociaux, politiques, économiques, médiatiques, culturels et familiaux Le nient. Et que cette négation va continuer. Que cet événement est le dernier avant Son Retour, qu'il nous faut nous aussi L'aimer et que, si nous L'aimons, Il nous protégera de l'Horreur mondiale qui s'est installée au somment de l'humanité. Sans Lui, on ne passera pas au travers tant ce qui s'en vient sera horrible.

— Robert :
« Ouais, j'ai vu moi aussi un visage. Bizarre. Pourquoi les médias, ces fameux spécialistes experts n'en parlent pas ?