samedi 8 mars 2014

Sollicitation interdite... !

Actes 3:1-26

1 Pierre et Jean montaient ensemble au temple, à l'heure de la prière: c'était la neuvième heure.

2 Il y avait un homme boiteux de naissance, qu'on portait et qu'on plaçait tous les jours à la porte du temple appelée la Belle, pour qu'il demandât l'aumône à ceux qui entraient dans le temple.

3 Cet homme, voyant Pierre et Jean qui allaient y entrer, leur demanda l'aumône.

4 Pierre, de même que Jean, fixa les yeux sur lui, et dit: Regarde- nous.

5 Et il les regardait attentivement, s'attendant à recevoir d'eux quelque chose.

6 Alors Pierre lui dit: Je n'ai ni argent, ni or; mais ce que j'ai, je te le donne: au nom de Jésus- Christ de Nazareth, lève-toi et marche.

7 Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes;

8 d'un saut il fut debout, et il se mit à marcher. Il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant, et louant Dieu.

9 Tout le monde le vit marchant et louant Dieu.

10 Ils reconnaissaient que c'était celui qui était assis à la Belle porte

--------------------------

Au sortir de la messe aujourd'hui, j'aperçois un jeune homme debout sur le parvis qui reçoit de l'argent d'un homme qui venait de sortir de la messe. L'argent venait tout juste d'être transféré d'une main à l'autre qu'un garde de sécurité arrive immédiatement sur les lieux et dit au jeune homme « Tu sais que tu ne peux pas faire de sollicitation ici ».

L'homme donateur regarde le garde de sécurité et lui dit : « Mais il ne m'a pas demandé d'argent, c'est moi qui lui en ai offert ». Le garde, un peu incertain, car il est juste habitué à appliquer des règles simples et strictes, est un peu décontenancé. Pour retrouver sa sécurité intérieure, il répète la règle qu'il connaît : « Il ne peut pas faire de sollicitation ici. »

Les deux hommes sont partis de la place ensemble.

Avez-vous remarqué que, du temps de Jésus, les Pharisiens acceptaient les mendiants à la porte du Temple ? Le passage des Actes des Apôtres plus haut vous l'indique bien, non ? Serait-ce à dire que notre Église actuelle serait plus pharisaïque qu'en ces temps-là ?

Pour ceux qui sont familiers avec les locutions de Jésus, vous savez qu'Il dit qu'Il vient, entre autres, pour « purifier » son Église car Il la veut pure, humble et pauvre. L'église actuelle est donc le contraire de ces trois adjectifs présentement. Est-ce que ça vous semble logique ? L'Église est souillée, orgueilleuse et riche, bien assez riche à tout le moins pour ne pas être empathique envers les pauvres qui sont sur le seuil de sa porte, disons...

À quoi sert les belles homélies, dites-moi ?
« Et celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, Je vous le dis, il ne restera pas sans récompense.»

« En vérité, Je vous le dis, dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à Moi que vous l’avez fait.»

Vous connaissez ces Paroles de Jésus, n'est-ce pas ?

C'est l'Église qui nous les a enseignées.

Et vous avez appris que l'aumône aux pauvres est une belle forme de pénitence pendant le carême.

Si vous avez déjà entendu cela, c'est que vous avez entendu les mêmes homélies que moi... Et pourtant on interdit la sollicitation pour les pauvres sur le parvis de l'église. Nous, les fidèles, on vient tout juste d'écouter la Parole de Jésus et de communier à LUi et nous aurions ainsi l'occasion d'exercer ce que l'on nous enseigne : être proches des « maganés » de la vie, de nos frères et soeurs dans le besoin.

C'est ça que Jésus désire plus que la messe. Voyez la citation de St Jean Chrysostome : à quoi ça sert de boire au Calice (de communier ou d'aller à la messe) si on ne s'occupe pas du mendiant qui est notre frère et qui est à la porte de l'église. Mais l'Église interdit la sollicitation des mendiants. Pauvre St Jean Chrysostome... qu'il doit être peiné de voir l'Église agir ainsi.

L'Église ne pratique pas ce qu'elle enseigne
et Elle nous empêche de le pratiquer sur ses propres parvis.

Est-ce un petit plus clair pourquoi Jésus vient purifier Son Église ? Ah, puis je ne vous parle pas du commerce que l'Église fait le dimanche, voyez cet article ici qui en parle.

Qui est ce mendiant ? (suite mais pas encore la fin...)
Mes relations m'ont permis d'apprendre que le mendiant qui fut rabroué par le garde de sécurité est un jeune homme de 29 ans. Il n'a jamais connu son père qui s'est envolé en fumée avant sa naissance. Sa mère l'a donné en famille d'accueil quand il avait 3 mois et demi. Elle est partie en dehors du Québec. Le jeune homme ignore où elle est précisément. Il a été transféré dans huit (8) familles d'accueil depuis sa naissance. Il demeure dans une petite chambre de motel reconverti pour héberger une population similaire à lui. Au moment de l'incident, il lui restait trois jours avant de recevoir des sous pour sa survie. Il n'avait plus un sou.

Il faut aller au devant de nos frères
D'autant plus nécessaire qu'ils n'ont pas le droit de solliciter sur les marches de la Maison de Son Père et du Nôtre...

La fin trois jours plus tard

En pleine chaire, en fin de messe sur semaine, le célébrant nous avise : « Il y a un jeune homme qui se promène un peu partout ici. Ne vous laissez pas attendrir légèrement. »

Post Scriptum: Ne percevez pas de hargne, ni de colère de ma part envers l'Église. J'aime pareil l'Église, même avec ses défauts.

Je vous rappelle ici ce que l'Abbé Pierre, le prêtre des pauvres de Paris, disait à qui critiquait l'Église : « Vous avez des parents ou vous en avez eu, n'est-ce pas ? Et alors ? Avaient-ils des défauts ? Oui... n'est-ce pas ? Et pourtant vous les aimiez pareil ? Il en est de même pour notre Mère, l'Église. »

Soyons donc de bons enfants de l'Église et compensons nous-mêmes pour les défauts de notre Mère, l'Église.